Roméo et Juliette

Lucernaire , Paris

Du 20 mars au 01 juin 2019
Durée : 1h15

CLASSIQUE

,

Danse contemporaine

,

Musique classique

,

Théâtre musical

,

Tragédie

Privilégiant la lutte de l’Homme face au Destin à celle des Montaigu aux Capulet, l’adaptation s’axe sur la problématique de la fatalité : sommes-nous les jouets de la Fortune ou pouvons-nous avoir une emprise sur notre Destin ?
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 15,50 € au lieu de 31,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Roméo et Juliette

De

William Shakespeare

Adaptation

Manon Montel

Chorégraphie

Claire Faurot

Mise en scène

Manon Montel

Avec

Xavier Berlioz

,

Jean-Baptiste Des Boscs

,

Claire Faurot

,

Manon Montel

,

Léo Paget

,

Thomas Willaime

Le choix du destin ?

« Des fatales entrailles de ces races rivales sont nés deux amoureux sous une mauvaise étoile ». Privilégiant la lutte de l’Homme face au Destin à celle des Montaigu aux Capulet, l’adaptation s’axe sur la problématique de la fatalité : sommes-nous les jouets de la Fortune ou pouvons-nous avoir une emprise sur notre Destin ?

Des artistes multidisciplinaires (violoncelle, guitare, accordéon, chant, danse et combat) s’emparent du mythe de Roméo et Juliette pour embarquer les spectateurs au cœur d’un foisonnement de passion où se côtoient grivoiserie et poésie, comédie et tragédie, réalisme et fantastique.

« Shakespeare, c’est le chaos de la tragédie dans lequel il y a cent traits de lumière … » Voltaire

  • Note d'intention

La mise en scène s’axe sur la problématique de la fatalité : sommes-nous les jouets de la Fortune ou pouvons-nous avoir une emprise sur notre Destin ? Le déterminisme est inscrit dans le ciel. Il y a un parallèle constant entre la passion de Roméo et Juliette, et le cosmos. Que peuvent les amants contre les étoiles ? Privilégiant la lutte de l’Homme face au Destin, à celle des Montaigu contre les Capulet, l’adaptation resserre l’action sur les 6 personnages principaux : Juliette, Roméo, Mercutio, Tybalt, la Nourrice et Frère Laurent. Il y a ceux qui refusent et ceux qui subissent. Combattre la fatalité c’est combattre le temps.Tout arrive trop tôt ou trop tard.

Le hasard semble se jouer ironiquement des desseins des hommes. Le tragique repose sur cette inadéquation entre les hommes et le temps, alors que ceux-ci (notamment Frère Laurent) ont la prétention de le maîtriser. Ce cycle infernal est incarné par un 7e personnage : la musique. Composition originale de Samuel Sené pour violoncelle, accordéon, guitare et voix, elle met en miroir les rythmes dansants et funèbres. Une ritournelle, dramatique et pleine d’espoir, s’invite dans les scènes du bal et du caveau.

Si l’adaptation assume les libertés prises par rapport à une traduction classique, elle n’en a pas moins respecté scrupuleusement la confrontation des registres si chère à Shakespeare : les envolées lyriques des amants croisent les trivialités de Mercutio, qui attirent les jurons de la Nourrice.La langue du texte alterne entre grivoiserie et poésie, comédie et tragédie, réalisme et fantastique. L’expression du corps souligne aussi ce jeu de contraste. Deux danses représentent de manière symétrique la nuit de noces et la mort des amants, l’union de l’amour et du macabre.

À l’annonce du décès de Juliette, le père Capulet associe inconsciemment la mort à Roméo : « La mort a défloré ma fille ». L’absence de décor révèle l’importance des quelques accessoires : le linceul (métaphore filée de la vie), le poignard, le poison. A l’instar de statues, les personnages sont dessinés par les costumes et les lumières qui les révèlent et les contraignent. « C’est une belle nature mais bien sauvage, nulle bienséance, de la bassesse avec de la grandeur, de la bouffonnerie avec du terrible ; c’est le chaos de la tragédie dans lequel il y a cent traits de lumière », dit Voltaire au sujet de Shakespeare

  • La presse

« Adaptation bouleversante, toute de fougue et de passion. » L'Express

« Un spectacle sans faute, ultra esthétique. » Coup de Théâtre

« Portée par le mouvement d’acteurs multidisciplinaires, ce Roméo et Juliette laisse en nous une impression de pérennité. » Théatrorama

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Roméo et Juliette

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Taj F. (3 avis) 21 mars 2019

Les sept arts en une seule et même pièce Un jeu de comédien fascinant, rafraîchissant, téméraire dans ses emprunts au cinéma. Scènes interposées et changements d'angles, la mise en scène est d'une rare originalité. Un banc, trois instruments et six acteurs. La sobriété de la scénographie contraste la richesse et l'envergure du spectre des émotions parcourues. Des tableaux du quattrocento aux sculptures baroques voilées, des amours chorégraphiées aux luttes passionnelles et sanglantes, nous sommes envoûtés, émus, constamment surpris par la présence et la sincérité des comédiens. Bercés par la mélodie de leurs voix; lovés par les langueurs d'un violoncelle; inspirés par le souffle d'un accordéon et éveillés par les stridences d'une guitare, nous succombons à la poésie Shakespearienne, subtilement réinterprétée, reconstruite pour notre sensibilité contemporaine inhibée. Qui aurait pu croire comique la plus notoire des tragédies ? Juliette et ses pères invoquent nos larmes, Roméo nos passions les plus ardentes, la nourrice notre amour de parent, Frère Laurent tout ce qu'il y a de bon en nous, et Mercutio... Mercutio réalise le plus sublime des braquages en forçant le coffre-fort de nos préconceptions, réécrivant un personnage, une institution du théâtre, et changeant, à lui tout seul, le registre de la pièce. Une subversion inattendue et bienvenue qu'il était temps d'inventer. En bref, courrez voir cette pièce.
0
0

Spectacles consultés récemment