Le Passé

1
2
3
4
5

Odéon - Théâtre de l'Europe , Paris

Du 02 au 19 décembre 2021
Durée : 4h30 avec entracte

CONTEMPORAIN

,

Sélection Contemporain

,

Festival d'Automne à Paris

,

Russe

Julien Gosselin joue avec la temporalité grâce à un dispositif impressionnant. Les comédiens sont excellents et évoluent dans une mise en scène mêlant théâtre et cinéma. Le public et la presse sont unanimes : c'est absolument magistral.

Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 19 décembre 2021

 

Photos & vidéos

Le Passé

De

Leonid Andreïev

Mise en scène

Julien Gosselin

Avec

Guillaume Bachelé

,

Joseph Drouet

,

Denis Eyriey

,

Carine Goron

,

Victoria Quesnel

,

Achille Reggiani

,

Maxence Vandevelde

  • Un spectacle total

Une plongée fascinante dans une société, moralement étouffante, bouleversée par une femme en colère aux prises avec un monde patriarcal, violent et destructeur. Un spectacle total, aux formes de représentation multiples et surprenantes, hors de toute bienséance mais d’une profonde humanité.

  • La presse

« Ovationnée vivement par le public, la pièce Le Passé de Julien Gosselin, d’après les textes du dramaturge et écrivain russe Léonid Andreïev, [...] un exploit de mise en scène, de jeu d’acteurs, de scénographie, de tournage... » Dernières Nouvelles d'Alsace

« Tous [les comédiens] se révèlent magistraux d’exactitude et d’intensité. En dialogue constant avec la musique de Guillaume Bachelé et Maxence Vandevelde, où le piano et les beats se confondent, ils livrent une performance qui donne aux personnages d’Andréïev un déchirant et ambivalent relief mélancolico-nostalgique... » Scèneweb

« Enorme claque (...) un spectacle magistral » Télérama sortir TTTT

  • Le futur parle du présent

Le théâtre ne se conjugue-t-il qu’au présent ? Julien Gosselin lui préfère le futur antérieur. Ce n’est pas par hasard qu’avec la compagnie Si vous pouviez lécher mon cœur, il s’est fait connaître par une adaptation des Particules élémentaires, de Michel Houellebecq, suivie de travaux sur l’écriture romanesque de Roberto Bolaño ou Don DeLillo, présentés à l’Odéon en 2014, 2016 et 2018.

Un peu à la manière de Treplev dans La Mouette de Tchekhov, il porte en lui une utopie particulière : celle d’une scène qui viendrait nous parler du fond de l’avenir, longtemps après la disparition de l’humanité. Moins pour nous interpeller que pour faire sentir combien notre époque est d’emblée traversée par ce qui adviendra. La modernité porte déjà le souvenir de son propre deuil… Ce regard qui tient notre temps à distance de lui-même, voici que Gosselin le tourne vers le passé. Il y a découvert un auteur pour qui le théâtre est le lieu réservé non aux vivants mais aux revenants, où notre propre vie fait silence pour « voir les morts vivre à nouveau » : Léonid Andréïev.

« Ses phrases », dit Gosselin, « vous creusent un trou dans le cœur ». Ses textes, son théâtre, interrogent un désir obsédant, celui de vivre en excédant les limites de l’existence. Entre la mort de Tchekhov et le premier conflit mondial, la célébrité d’Andréïev fut immense. Vint 1914, puis 1917, et il fut oublié. Sa voix n’était pas de celles qui s’accordent avec quelque régime que ce soit. Pour la faire entendre, Gosselin s’est attaché à transformer son propre langage artistique : accueillir le passé, c’est aussi laisser revenir son théâtre, jouer avec la nostalgie des signes d’autrefois.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le Passé

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment