Le Mandat

Paris 12e

du 18 avril au 5 mai 2024 2h15

Le Mandat

Douze ans après avoir mis en scène Le Suicidé, Patrick Pineau poursuit son exploration de l’œuvre de Nicolaï Erdman, dans une toute nouvelle traduction d’André Markowicz. À ses côtés, c’est une troupe de 12 acteurs qui promet de porter le tragicomique à son comble pour mieux mettre en pièces les travers d’une société à bout de souffle !

  • Un Feydeau soviétique, satirique et joyeux

Nous sommes en Russie, sept ans après la chute du tsar. Deux familles tentent de conserver par tous les moyens leur place dans une société en pleine mutation. D’un côté, les Goulatchkine à l’esprit petit-bourgeois postrévolutionnaire, de l’autre les Smetanitch nostalgiques de l’ordre ancien. Une seule solution pour survivre dans ce monde où ils n’ont plus leur place : le mariage de la fille Smetanicht avec le fils Goulatchkine, Pavel Sergueïevitch, chargé d’entrer au parti et ainsi d’obtenir le mandat censé assurer la sécurité des deux familles.

Sur le mode burlesque, Nicolaï Erdman fustige les deux régimes et dénonce la terreur à laquelle son pays est soumis. Il y a cent ans, la pièce était créée par Meyerhold à Moscou. Succès public immédiat mais trop subversif pour le régime de l’époque !

Douze ans après avoir mis en scène Le Suicidé, Patrick Pineau poursuit son exploration de l’œuvre de Nicolaï Erdman, dans une toute nouvelle traduction d’André Markowicz. À ses côtés, c’est une troupe de 12 acteurs qui promet de porter le tragicomique à son comble pour mieux mettre en pièces par un rire ravageur les travers d’une société à bout de souffle qui peine à se réinventer !

  • La presse

« En confiant sa création à une distribution de troupe qui brille par son équilibre autant que par son énergie et sa justesse, Patrick Pineau joue délicatement sur les deux tableaux que sont la farce comique et la satire politique. Le metteur en scène propose de cette manière une pièce au rythme effréné, embarquant sans mal la salle et le plateau dans un grand ballet chaotique, comme une course ininterrompue contre le temps. » L'Œil d'Olivier – Peter Avondo

« Cette adaptation du Mandat est fluide et comme pouvait l’être Un chapeau de paille d’Italie quand Georges Lavaudant dirigeait un certain… Patrick Pineau. L’acteur n’a rien perdu de cette dextérité qu’il met ici au service d’un texte infiniment sombre sous sa drôlerie. "Ils refusent de nous arrêter" dit au final Pavel. Il ne leur reste plus rien dans la vie. Erdman et Pineau font exister celles et ceux qui ont été asphyxiés par la folie du pouvoir dans une Russie "qui n’existe plus" disent-ils, à cette époque-là… » Sceneweb – Nadja Pobel

« Fil rouge de la représentation, la force burlesque des situations s’exprime sans épuiser la sincérité des femmes et des hommes qui leur donnent vie. Toutes et tous s’agitent, courent, trébuchent, se démènent, nous confrontent aux maladresses d’une humanité qui, sans s’en apercevoir, nous empoigne. » La Terrasse – Manuel Piolat Soleymat

« Patrick Pineau s'empare avec enthousiasme de la farce burlesque de Nicolaï Erdman. La pièce est portée par une troupe remarquable. » Le Figaro – Nathalie Simon

« Le metteur en scène a la belle idée de monter la première pièce de Nicolaï Erdman, grand succès comique du théâtre russe d’après la Révolution, un texte à l’ironie irrésistible. » Les Inrockuptibles – Patrick Sourd

  • Note d'intention

Se moquer des autres, quoi de plus facile ? Se penser plus intelligent que tout le monde, quoi de plus simple ? Enfoncer des portes ouvertes sur un ton sentencieux et pontifiant, quoi de plus habituel ? Être pour ou contre, louer ou blâmer, adorer ou haïr, distribuer à l’emporte-pièce des bons et des mauvais points, étant posé a priori que l’on fait soi-même parti du bon camp,
quoi de plus ordinaire ? Mais quoi ? Ne faudrait-il donc pas aussi, avant de juger, prendre le temps d’un examen, sans en exclure quiconque, en particulier soi-même ? Et surtout, avant d’adopter à l’égard des autres et du monde une posture de surplomb, ne faudrait-il pas prendre le temps du recul sur soi pour faire preuve d’un minimum d’humilité ? Car qu’est-ce que la bêtise, si elle cesse d’être l’apanage des autres ? Telles sont les questions hautement philosophiques, et peut-être politiquement salutaires, que nous invite implicitement à nous poser Nicolaï Erdman avec Le Mandat, pièce aussi comique que subversive écrite en 1924, à l’aube du stalinisme. Cette pièce ne fait pas appel à notre esprit de sérieux, auquel nous ne sommes
déjà que trop sujets, mais à notre intelligence sensible, à notre esprit comme sens de l’humour et instinct du jeu.

Nicolaï Erdman est un libre penseur irrévérencieux qui, par son écriture, contraint la pensée à prendre de la hauteur sans avoir l’air d’y toucher, et cette élévation est une forme de libération jubilatoire, dans le rapport à la bêtise et à la folie. Cependant prendre de la hauteur n’est pas prendre de haut les autres, car le libre penseur n’a besoin d’abaisser personne pour réussir à s’élever. Il lui suffit de faire un pas de côté pour s’extirper des préjugés, ce qui le sauve de tout mépris dans le rapport à autrui comme de tout parti pris dans le rapport aux catégories binaires qui aliènent la pensée commune.

Cette hypothèse de lecture du Mandat s’oppose aux deux lectures principales ayant jusqu’à présent dominé la réception de l’œuvre : l’une y voit un portrait à charge de la bourgeoisie, tournée en ridicule, et l’autre un portrait glaçant du totalitarisme, dont le jeune auteur aurait eu le pressentiment. Sans remettre en cause la légitimité de ces lectures, il est possible de les dépasser, et de voir dans l’esprit du texte tout autre chose, de l’ordre de « l’intelligence qui s’amuse ». Cela revient à s’en remettre à la force comique et à la puissance humoristique des répliques et des situations inventées par Erdman, sans prétendre être plus intelligent que l’auteur, au risque sinon de tordre le cou à une pensée dont l’intérêt est précisément de ne pas être arrêtée.

Magali Rigaill, dramaturge

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Cartoucherie - Théâtre de la Tempête

Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Cartoucherie
  • Métro : Château de Vincennes à 1 km
  • Bus : Cartoucherie à 174 m, Plaine de la Faluère à 366 m
  • Navette : Sortir en tête de ligne de métro, puis prendre soit la navette Cartoucherie (gratuite) garée sur la chaussée devant la station de taxis (départ toutes les quinze minutes, premier voyage 1h avant le début du spectacle) soit le bus 112, arrêt Cartoucherie.

    En voiture : A partir de l'esplanade du château de Vincennes, longer le Parc Floral de Paris sur la droite par la route de la Pyramide. Au rond-point, tourner à gauche (parcours fléché).
    Parking Cartoucherie, 2ème portail sur la gauche.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Cartoucherie - Théâtre de la Tempête
Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris
  • Placement libre

    de 15,5 à 26,5 €

  • Tarif +60 ans (sur justificatif)

    20 €

  • Tarif -30 ans, chômeur (sur justif.)

    15,5 €

  • Tarif -18 ans ou étudiant (sur justificatif)

    11 €

Pourraient aussi vous intéresser

Partenaire
Le Montespan

Théâtre Actuel La Bruyère

Edelweiss [France Fascisme]

Points communs - Théâtre des Louvrais

L'Os à Moelle

Artistic Athévains

- 10%
Big Mother

Théâtre des Béliers Parisiens

Oublie-moi

Théâtre Actuel La Bruyère

- 49%
Les Téméraires

Comédie Bastille

Réserver à partir de 11 €