La Cerisaie

1
2
3
4
5

Odéon - Théâtre de l'Europe , Paris

Du 07 janvier au 20 février 2022
Durée : 2h30

CLASSIQUE

,

Sélection Evénement

,

Tête d'affiche

Tiago Rodrigues n’avait jusqu’ici abordé les classiques qu’en les refondant profondément (ainsi de son Antoine et Cléopâtre). Cette fois-ci, le metteur en scène portugais semble vouloir rester au plus près du texte de Tchekhov. Avec Isabelle Huppert.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 44,50 €,33,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide pour les personnes de plus de 12 ans. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

La Cerisaie

De

Anton Tchekhov

Mise en scène

Tiago Rodrigues

Avec

Isabel Abreu

,

Tom Adjibi

,

Nadim Ahmed

,

Suzanne Aubert

,

Manuela Azevedo

,

Marcel Bozonnet

,

Océane Cairaty

,

Alex Descas

,

Adama Diop

,

David Geselson

,

Hélder Gonçalves

,

Isabelle Huppert

,

Grégoire Monsaingeon

,

Alison Valence

Tiago Rodrigues n’avait jusqu’ici abordé les classiques qu’en les refondant profondément (ainsi de son Antoine et Cléopâtre). Cette fois-ci, le metteur en scène portugais semble vouloir rester au plus près du texte de Tchekhov.

Comment donc envisage-t-il cette Cerisaie ? S’il fallait la résumer d’un mot, il choisirait aujourd’hui celui de changement. Cela n’a pas toujours été le cas. Jusqu’ici, il avait toujours considéré « a dernière pièce de Tchekhov comme une œuvre sur la fin des choses, la mort, les adieux. » N’y est-il pas question de la vente inéluctable d’une vieille propriété familiale, du sacrifice de son verger presque centenaire ?

L’auteur a tout de même qualifié de « comédie » son ultime chef-d’œuvre, comme pour inviter son public à ne pas s’en tenir à la mélancolie. Dans l’œil de ce tourbillon tragicomique de destruction créatrice se tient Lioubov. Cette Cerisaie où elle perdit un fils est comme une part de son âme ; pourtant, Lioubov reste sourde aux avertissements de Lopakhine, le moujik enrichi. « Créature complexe, extravagante et lunaire », Lioubov est pareille au « pivot tragique sur lequel tout s’articule ». Isabelle Huppert incarnera au Festival d’Avignon, dans la Cour d’honneur du Palais des papes, cette « victime sacrificielle » offerte « aux dieux du changement », héroïne d’une Cerisaie à l’image de nos incertitudes – car « monter La Cerisaie aujourd’hui », affirme Tiago Rodrigues, c’est « aborder les douleurs et les espérances d’un monde nouveau. C’est nous regarder ».

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La Cerisaie

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment