Impromptu 1663

du 6 au 8 octobre 2017
2 heures

Impromptu 1663

L’histoire théâtrale a retenu « l’affaire Tartuffe », un peu moins la querelle de « l’École des femmes », qui pourtant permit à Molière de répondre à ses détracteurs, non par un texte théorique, mais par deux courtes comédies en prose, révélatrices de la puissance qu’il accorde à l’écriture dramatique et au genre comique, porteur de la jeunesse et réplique à toutes les critiques.
  • L'affaire « l’École des femmes »

L’histoire théâtrale a retenu « l’affaire Tartuffe », un peu moins la querelle de « l’École des femmes », qui pourtant permit à Molière de répondre à ses détracteurs, non par un texte théorique, mais par deux courtes comédies en prose, révélatrices de la puissance qu’il accorde à l’écriture dramatique et au genre comique, porteur de la jeunesse et réplique à toutes les critiques.

De cette impertinence élégante, Clément Hervieu-Léger a choisi de faire le terrain d’expression de dix-sept jeunes comédiens, tout droit sortis du Conservatoire National d’Art dramatique, instance suprême, qui les destine à une carrière brillante. C’est dans ce tourbillon, fait de cette Critique de l’École des Femmes, de l’Impromptu de Versailles et de deux autres pièces de Molière que les comédiens exprimeront leur inextinguible foi dans le Théâtre, une foi faite de doutes et de folles espérances.

« Avec L’Impromptu, Molière pousse plus loin encore son obsession du naturel et fait voler en éclats la notion même de rôle ou de personnage. Il s’agit maintenant pour l’acteur de figurer « qu’il est ce qu’il représente ». » Clément Hervieu-Léger

  • Note d'intention

6 janvier 1663. La troupe de Molière joue L’École des femmes en présence du roi. En dépit des critiques dont la pièce fait l’objet depuis quelques semaines, la représentation reçoit un accueil triomphal. Louis XIV, conquis, accorde à la troupe une gratification royale. Mais le succès, d’où qu’il vienne, n’a jamais fait taire les jaloux.

Au mois de février, Donneau de Visé publie Les Nouvelles nouvelles dans lesquelles il s’en prend violemment à Molière et à ses œuvres. L’École des femmes est l’objet d’attaques virulentes. Ses détracteurs lui reprochent ses manquements formels (non observance des règles classiques, absence d’action comme de sujet) mais ils accusent encore davantage son auteur de se livrer là à des satires personnelles. Chacun croit se reconnaître derrière le masque tombé de tel ou tel personnage. C’est la cabale des délicats.

Molière annonce alors qu’il répondra à ses censeurs par une « petite comédie », « une dissertation faite en dialogue ». Le 1er juin, il présente ainsi La Critique de l’École des femmes, pièce en un acte et en prose mettant en scène des spectateurs conversant à l’issue d’une représentation de ladite pièce. Il inaugure, ce faisant, un genre dramatique nouveau, celui de la « sortie de théâtre », que reprendront après lui Gogol, Valentin, Dubillard ou Grumberg. Mais cette réponse de Molière ne suffit à calmer ses ennemis. Donneau de Visé, Boursault, Pierre et Thomas Corneille se déchainent de plus belle. La querelle est à son acmé. Au blâme de sa pièce succèdent maintenant les attaques en règle sur sa vie privée.

Fin septembre, les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne jouent Le Portrait du peintre ou la Contre-critique de l’École des femmes de Boursault. La pièce multiplie les allusions scabreuses à la vie sentimentale de Molière en s’en prenant notamment, de manière particulièrement obscène, à Madeleine Béjart. Une fois encore, le patron de l’Illustre Théâtre ne désarme pas et choisit de répondre aux insultes par le théâtre.

Le 14 septembre 1663, à l’invitation du roi, il crée une nouvelle pièce en un acte et en prose : L’Impromptu de Versailles. Molière s’y met en scène dans son propre rôle répétant avec les acteurs de sa troupe. D’autres l’imiteront, de Pirandello à Lagarce. Il y parodie le jeu de l’Hôtel de Bourgogne, réplique avec mépris à Boursault, prie ses adversaires de rester dans les bornes de la décence et annonce qu’il se taira désormais.

« L’affaire Tartuffe », qui éclatera l’année suivante, a eu tendance à nous faire oublier quelque peu l’importance de la querelle de L’École des femmes dans notre histoire littéraire et théâtrale. Le choix que fait Molière de répondre à ses détracteurs, non par un texte théorique (ce qu’il fera avec les placets du « Tartuffe »), mais par deux courtes comédies en prose est révélateur de la puissance qu’il accorde à l’écriture dramatique et plus précisément au genre comique. Le théâtre nous parle de nous, à nous, ici et maintenant.

Molière initie là une véritable révolution théâtrale. Ainsi l’année 1663 représente, sans conteste, un tournant décisif dans la construction de l’acteur moderne. Avec « La Critique », Molière invente le théâtre en temps réel : rien ne se passe en dehors du plateau. Avec L’Impromptu, il pousse plus loin encore son obsession du naturel et fait voler en éclats la notion même de rôle ou de personnage. Il s’agit maintenant pour l’acteur de se figurer « qu’il est ce qu’il représente ».

Quatre siècles plus tard, notre obsession reste la même. Et nul mieux que Molière n’a pu, je crois, raconter avec tant de justesse l’inextinguible foi dans le théâtre qui anime dix-sept jeunes comédiens à l’heure de quitter l’école. Une foi faite de doutes et de folles espérances.

Clément Hervieu-Léger

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre Suresnes - Jean Vilar

16, place Stalingrad 92150 Suresnes

Accès handicapé (sous conditions) Bar Grand Paris Hauts-de-Seine Restaurant Vestiaire
  • Tram : Suresnes Longchamp à 2 km
  • Bus : Stalingrad à 18 m, Place de Stalingrad à 82 m, Stresemann à 191 m, Place de la Paix à 331 m, Les Mazurieres à 377 m
  • Transilien : Suresnes Mont Valérien à 2 km
  • Navette gratuite Paris - Suresnes : Une navette est mise à votre disposition (dans la limite des places disponibles) pour vous rendre aux représentations du Théâtre.

    Départ de cette navette 1h précise avant l’heure de la représentation (ex. : départ à 19h30 pour une représentation à 20h30), avenue Hoche (entre la rue de Tilsitt et la place Charles de Gaulle-Étoile), du côté des numéros pairs. À proximité de la gare Suresnes-Longchamp (Tram 2), la navette peut marquer un arrêt sur le boulevard Henri-Sellier (à l’arrêt des bus 144 et 244 (direction Rueil-Malmaison), 25 minutes environ avant la représentation. Faites signe au chauffeur.

    La navette repart pour Paris environ 10 minutes après la fin de la représentation, et dessert, à la demande, l’arrêt Suresnes-Longchamp, jusqu’à son terminus place Charles de Gaulle-Étoile.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre Suresnes - Jean Vilar
16, place Stalingrad 92150 Suresnes
Spectacle terminé depuis le dimanche 8 octobre 2017

Pourraient aussi vous intéresser

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

Inconnu à cette adresse

Théâtre Antoine - Simone Berriau

Edmond

Théâtre du Palais Royal

La Machine de Turing

Théâtre Michel

Le petit coiffeur

Théâtre des Gémeaux Parisiens

Pascal et Descartes

Théâtre des Gémeaux Parisiens

Spectacle terminé depuis le dimanche 8 octobre 2017