Fin de partie

Jacques Osinski magnifie Beckett ! Les comédiens sont exceptionnels et laissent éclater un texte d'une richesse folle. Un extraordinaire moment de théâtre !

Jacques Osinski fait un nouveau pari, excitant et effrayant : la grande pièce de Beckett. Un duo au sommet avec Denis Lavant et Frédéric Leidgens dans les rôles principaux. La presse est unanime !

  • La grande pièce de Beckett

Couronné du Prix Laurent Terzieff 2023 en qualité de « Meilleur spectacle dans un théâtre privé », Fin de partie revient pour 30 représentations exceptionnelles.

Après plusieurs monologues beckettiens en compagnie de Denis Lavant, Jacques Osinski fait un nouveau pari, excitant et effrayant : Fin de partie, la grande pièce de Beckett, sa préférée. Tout à coup, il faut voir les choses en grand. Sommes-nous sur terre ? Sommes-nous sur l’arche de Noé après la fin du monde ? Peut-être est-ce déjà le purgatoire…

La pièce raconte un monde qui s’écroule et donne la plus belle définition du théâtre qui soit : « Le souffle qu’on retient et puis… (il expire). Puis parler, vite des mots, comme l’enfant solitaire qui se met en plusieurs, deux, trois, pour être ensemble, et parler ensemble, dans la nuit. »

  • La presse

« Le duo mémorable formé par les deux comédiens fait résonner comme jamais la pièce de Samuel Beckett, présentée dans le OFF. » Fabienne Darge, Le Monde

« Ils nous font arpenter nos gouffres, affronter nos abîmes, avec une grâce maligne mêlée de philosophie. Rarement on nous aura aussi bien fait entendre un texte si magique. Effroyable et amical. » Fabienne Pascaud, Télérama TTTT

« C’est assurément la plus intense mise en scène de Jacques Osinski, mettant face à face deux acteurs géniaux : Denis Lavant (Clov) et Frédéric Leidgens (Hamm). Un sommet de sorcellerie théâtrale ! » Jean-Pierre Thibaudat, Médiapart

« Avec ses comédiens Jacques Osinski propose de s’embarquer vers une destination inconnue et de se laisser porter par cette étrange, quelque part entre terre et mer, pour jubiler ensemble ! » Gérard Rossi, L’Humanité

« Fin de Partie, une si belle fin du monde à Avignon. » Alexis Campion, Le Journal du Dimanche

« On se souvient de Michel Bouquet et Rufus incarnant  Fin de Partie  il y a 25 ans sur la scène du Théâtre de l’Atelier. Ce spectacle-là s’annonce aussi à l’Atelier. La filiation est faite […] grâce à Lavant et Leidgens, le public a ri tout au long de la pièce. Ils ont fini par être ovationnés ! » Oriane Jeancourt Galignani, Transfuge

  • Note d'intention

Encore  Beckett. Tant qu’il reste en lui des choses que je ne comprends pas, qui me sont obscures, étrangères, je crois que je peux le mettre en scène. Après Cap au pire. Après La Dernière Bande. Après L’image et Words and Music, Fin de partie donc : la grande pièce de Beckett, sa préférée, celle qu’on n’ose pas aborder sans un certain bagage.

Se  dire je vais monter Fin  de  partie, c’est un peu comme se dire je vais monter Hamlet : Éxcitant et effrayant. Les métaphores maritimes abondent chez Beckett, l’Irlandais. Et j’ai en abordant Fin de partie, le sentiment d’accoster sur une île après avoir longtemps voyagé, avec mes précédentes mises en scène, sur une mer déconcertante, tantôt calme tantôt en furie.

J’ai fait le voyage à l’envers commençant par l’un des derniers textes Cap au pire pour arriver à Fin de partie, que Beckett écrivit juste avant La Dernière Bande. Après des années d’errance, Beckett est devenu un écrivain reconnu. Molloy a étépublié. En attendant Godot a connu un succès international.

Aborder Fin de partie, c’est me poser la question du théâtre, retrouver le théâtre, après m’être centré sur les mots et la musicalité : Tout à coup, il faut voir les choses en grand. Quatre comédiens sur scène et un décor. Je retrouve l’excitation d’une première fois, la magie enfantine des trois coups et du théâtre de Guignol. Il y a de cela dans le début de Fin de partie : Clov tirant les rideaux  et soulevant les draps qui recouvrent Hamm et les poubelles de Nell et Nagg. C’est comme un petit théâtre, une scène qui tous les soirs commence et tous les soirs se termine, indéfiniment.

Jacques Osinski

  • Une lettre...

« Je suis seul ici à la campagne, suis arrivé aujourd’hui et ai fait à pied les cinq kilomètres depuis la gare sous le soleil et dans le froid. Il y a eu des jours à Paris vers la fin de ton séjour où je me suis demandé si je pourrais jamais à nouveau franchir ce morceau de terrain debout dans cette vie. J’ai regardé mes arbres, l’érable negundo, le prunus et les tilleuls sont bel et bien en bourgeon, le châtaignier aussi, et le cèdre ne lâche pas ses aiguilles ; le « gazon » est blanc, la maison chaude et j’ai le Telefunken comme compagnie. Rien à manger dans la maison jusqu’à demain, à part du thé, du vin et du tord-boyaux, donc ça va.

Nouvelles de Godot : Glenville, l’obsédé des stars, s’est retiré remercions le Christ et Albery a acquis – en payant encore 250 livres d’avance sur les droits d’auteur pour lui seul 6 mois de plus d’option pour le R.U et les U.S.A. et parle presque sérieusement de monter la pièce à Londres en avril. Cet accord avait à peine été signé que j’ai reçu une lettre d’un certain Kerz (décorateur) du New Repertory Theatre de N.Y. me demandant l’autorisation de monter la pièce à Broadway avec Buster Keaton, Marlon Brando, Cox et Allen ! C’est désolant d’avoir à dire non. Imagine Keaton en Vladimir et Brando en Estragon ! (…) Ma bataille sans espoir contre mes fous continue, en ce moment j’ai fait sortir A de son fauteuil et je l’ai allongé sur la scène à plat ventre et B essaie en vain de le faire revenir sur son fauteuil. Je sais au moins que j’irai jusqu’à la fin avant d’avoir recours à la corbeille à papier. Je suis mal fichu et démoralisé et si anxieux que mes hurlements jaillissent, résonnant dans la maison et dans la rue, avant que je puisse les arrêter. J’espère que je vais un peu me calmer ici. »

Samuel BECKETT
Lettre à Pamela Mitchell
Ussy-sur-Marne, 17 février 1955 (Lettres II, Gallimard)

Sélection d’avis du public

Par Michael M. - 10 avril 2023 à 09h10

Comédiens exceptionnels. Mise en scène parfaite.

Magistrale interprétation Par Françoise B. - 9 avril 2023 à 11h48

Superbe spectacle. La mise en scène est totalement au service du texte. Le duo d'acteurs est prodigieux de complicité. La langue de Beckett est quasiment mise en musique par la diction très particulière de Hamm. Clov est un clown désarticulé qui apporte le mouvement à côté du statisme de Hamm. Entre les deux personnages, un mélange de répulsion et de dépendance. La marche vers le gouffre et le néant est parfaitement orchestrée.

Par Silvana M. - 6 avril 2023 à 11h30

Une interprétation époustouflante, une mise en scène sobre et intelligente. Une des meilleures représentations de la pièce que j’ai vues

A réserver aux aficionados de Beckett ! Par Gérard C. - 15 mars 2023 à 11h26

Interprétation magistrale surtout de F. Leidgens. Pièce difficile d’accès. Des lectures préalables sur les ressorts de la pièce et sur Beckett sont indispensables pour comprendre (en partie) cet œuvre.

Synthèse des avis du public

4,5 / 5

Pour 12 Notes

75%
17%
0%
0%
8%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 12 5
Par Michael M. (1 avis) - 10 avril 2023 à 09h10

Comédiens exceptionnels. Mise en scène parfaite.

Magistrale interprétation Par Françoise B. (2 avis) - 9 avril 2023 à 11h48

Superbe spectacle. La mise en scène est totalement au service du texte. Le duo d'acteurs est prodigieux de complicité. La langue de Beckett est quasiment mise en musique par la diction très particulière de Hamm. Clov est un clown désarticulé qui apporte le mouvement à côté du statisme de Hamm. Entre les deux personnages, un mélange de répulsion et de dépendance. La marche vers le gouffre et le néant est parfaitement orchestrée.

Par Silvana M. (1 avis) - 6 avril 2023 à 11h30

Une interprétation époustouflante, une mise en scène sobre et intelligente. Une des meilleures représentations de la pièce que j’ai vues

A réserver aux aficionados de Beckett ! Par Gérard C. (1 avis) - 15 mars 2023 à 11h26

Interprétation magistrale surtout de F. Leidgens. Pièce difficile d’accès. Des lectures préalables sur les ressorts de la pièce et sur Beckett sont indispensables pour comprendre (en partie) cet œuvre.

Par Norbert M. (1 avis) - 26 février 2023 à 09h24

tres belle pièce et excellente interprétation des comédiens bravo

"Quelque chose suit son cours" Le 16 février 2023 à 11h05

Cette phrase issue de la pièce la résume . Le mystère de cette pièce de ces dialogues banals...et fondateurs sur la finitude. Mise en scène remarquable qui accompagne cette banalité seulement rythmée par les déplacements de Clov (les mouvements inimitables de Denis Lavant. Les acteurs sont prodigieux. Denis Lavant bien sur (pour moi, il "est" Clov) et un formidable Frédéric Leidgens qui révèle si bien la tyrannie de Hamm...et sa faiblesse ontologique. Pour moi, une des meilleures représentations de cette pièce que j'aie pu voir.

Interprétation magistrale Par JOCELYNET (11 avis) - 13 février 2023 à 08h54

Félicitations aux acteurs qui réussissent à maintenir l’attention malgré la répétition des situations... Car c’est Beckett mais laissez-vous transporter dans ce monde parallèle et mettez-vous entre parenthèse pendant un moment. Ne cherchez pas trop de rationnel et vous en viendrez après-coup a dire que vous avez passé un bon moment et qu’il en restera toujours quelque chose.

Le 13 février 2023 à 08h30

La mise en scène est lente, sans interet et noie un texte difficile qui mériterait une vraie mise en valeur . Il reste un numéro d'acteur de haut niveau, ....

Par Marie F. (1 avis) - 11 février 2023 à 10h25

Génial

Exceptionnel Par Françoise G. (56 avis) - 6 février 2023 à 09h49

Spectacle impressionnant tant par la forme que par le fond. Le texte de Samuel Beckett est brillamment mis en valeur par le jeu des acteurs et la mise en scène. Un très grand moment !

Rare Le 29 janvier 2023 à 09h29

Que dire de plus que les critiques qui encensent cette pièce très peu jouée et d’une actualité féroce. On reste bouche bée pendant deux heures, les silences sont lourds de sens et les petits phrases assassines. Les acteurs sont extraordinaires. La critique des Échos est tellement juste que je vous invite à la lire si vous hésitez encore. Sinon, faites comme moi, allez-y et lisez les critiques après.

Incroyable, poignant, fort Par Diane R. (2 avis) - 22 janvier 2023 à 12h20

Je découvrais la pièce. J’ai été scotchée! Il y a tant de thèmes abordés: la fin de la vie, la fin du monde, la solitude, la dépendance, l’amertume,..des séquences si fortes que je n’ai pas beaucoup ri. La prochaine fois, peut-être que je serai capable d’aborder le texte avec plus de distance . Bravo aux acteurs et au metteur en scène qui nous ont accordé un moment d’ëchange après la représentation, permettant d’ouvrir certaines portes et de donner quelques clés !

Informations pratiques

Théâtre de l'Atelier

1, place Charles Dullin 75018 Paris

À l'italienne Accès handicapé (sous conditions) Bar Pigalle Restaurant Vestiaire
  • Métro : Anvers à 145 m, Abbesses à 311 m
  • Bus : Yvonne Le Tac à 117 m, Anvers - Sacré Coeur à 134 m, Trudaine à 265 m, Pigalle à 372 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de l'Atelier
1, place Charles Dullin 75018 Paris
  • 1re catégorie

    de 32,5 à 43,5 €

  • 2e catégorie

    32,5 €

  • 3e catégorie

    23,5 €

Pourraient aussi vous intéresser

Partenaire
- 50%
Le Montespan

Théâtre Actuel La Bruyère

Un Tramway nommé Désir

Théâtre des Bouffes Parisiens

Inconnu à cette adresse

Théâtre Antoine - Simone Berriau

L'Os à Moelle

Artistic Athévains

- 28%
Je suis la maman du bourreau

Pépinière Théâtre

Réserver à partir de 23,5 €