Adieu Ferdinand ! Suite et fin - Le Casino de Namur 2

1
2
3
4
5

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 06 novembre 2019 au 05 janvier 2020

CONTEMPORAIN

,

Sélection Evénement

,

Tête d'affiche

Avec Adieu Ferdinand ! Suite et fin, Philippe Caubère signe un triptyque étonnant dont Le Casino de Namur II constitue la troisième partie.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 42 €,31,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Adieu Ferdinand ! Suite et fin - Le Casino de Namur 2

De

Philippe Caubère

Mise en scène

Philippe Caubère

Avec

Philippe Caubère

Le spectacle Adieu Ferdinand ! Suite et fin se compose en trois soirées spectacles (première soirée La Baleine et le camp naturiste, deuxième soirée Le Casino de Namur I et troisième soirée Le Casino de Namur II).

C’est leur Graal, leur Eldorado, leur but ultime : le casino. Les trois potes roulent jusqu’à Namur. Ils fuient les champs de betteraves et les injonctions de la famille Pétrieux pour s’accomplir en Pays plat et en francs belges. Accompagné de Jean-Marie et de Bruno, le jeune Ferdinand Faure découvre la roulette et le black jack local. L’un va s’enliser jusqu’à tout perdre, l’autre amasser une fortune, et le troisième chercher sa voie entre les deux. Mais les rôles vont s’inverser, chacun connaîtra la grandeur et la décadence du monde du jeu. Comique virtuose, acrobate virevoltant jusqu’au vertige, Philippe Caubère érige seul en scène un monde foisonnant d’espaces, de temps et de personnages. Il signe avec Le Casino, coup de maître, sa toute dernière fresque.

Fin des années soixante-dix, il incarne le rôle-titre du film Molière d’Ariane Mnouchkine. Avec elle, pilier du Théâtre du Soleil, il joue 1789 et 1793, puis L’Âge d’or. Dès 1981, Caubère se consacre à l’édification d’un monument de théâtre. Le Roman d’un acteur, suivi de L’Homme qui danse, oeuvre autobiographique, se compose de plus de vingt spectacles. Indépendants les uns des autres, tous empruntent au burlesque et au pathétique, à Fellini et à la commedia dell’arte. Dans ce périple, ultime création à ce jour, il reconstruit l’enfer désopilant du casino de Namur, haut lieu métaphorique où s’entremêlent les valeurs de l’amitié et de la fraternité, en prise avec les démons du jeu et de l’argent.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Adieu Ferdinand ! Suite et fin - Le Casino de Namur 2

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment