Saïgon

Les Gémeaux - Scène Nationale de Sceaux , Sceaux

Du 12 au 22 octobre 2022
Durée : 3h15 avec entracte

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

,

Evénement

,

En langue étrangère

Plus la mémoire que l’on a de l’autre est en péril, plus nous avons besoin de nous souvenir. C’est tout l’enjeu de cette pièce qui s’inscrit dans la pure émotion du langage et du partage communs, sur fond d’exil, d’amour et de nostalgie. En français et vietnamien, surtitré en français.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 39 €,34,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
La présentation du pass vaccinal est suspendue dans tous les endroits où il était exigé. Le port du masque n'est plus obligatoire mais recommandé.
 

Photos & vidéos

Saïgon

De

Caroline Guiela Nguyen

Mise en scène

Caroline Guiela Nguyen

Avec

Caroline Arrouas

,

Dan Artus

,

Cécile Coustillac

,

Adeline Guillot

,

Thi Truc Ly Huynh

,

Phu Hau Nguyen

,

Maurin Olles

,

Pierric Plathier

,

Thi Thanh Thu Tô

,

Anh Tran Nghia

,

Hiep Tran Nghia

En français et vietnamien, surtitré en français.

  • Un récit collectif franco-vietnamien

Dans Saïgon, il y a toujours un être qui manque, quelqu’un à pleurer. Du récit intime à la grande Histoire il n’y a qu’un pas à franchir pour s’immerger dans le souvenir. Tentant de rapprocher des mondes qui se sont aimés, déchirés, éloignés depuis longtemps, les personnages de Saïgon, comme les acteurs qui les incarnent sont français, vietnamiens, ou français d’origine vietnamienne. Quel que soit leur âge, ils partagent des paysages, des visages, des chansons, et une langue qui, pour certains d'entre eux, n’existe plus que dans leurs mémoires.

La pièce se déroule dans un lieu soumis à la même nostalgie : le restaurant de Marie-Antoinette, arrivée elle-même en France il y a si longtemps. Un endroit où l’on va pour parler vietnamien. Un restaurant dans un drôle d’espace-temps. À la fois à Paris et à Saïgon. En 1956 et 1996. 1956, veille du départ des derniers Français d’Indochine, 1996, année de la fin de l’embargo américain et du retour possible au Vietnam. D’une ville à l’autre, à travers les époques, on vient dîner, boire et chanter, danser, s’aimer et pleurer.

Ici et là-bas, Caroline Guiela Nguyen a provoqué les rencontres et de celles-ci sont nés les témoignages de ces femmes et de ces hommes, marqués par l’histoire et la géo-graphie et se croisant dans cette grande allégorie chorale et épique. Pour qu’aucun mur ne se dresse entre les êtres, la pièce ne laisse derrière elle aucun terrain abandonné au mutisme de la blessure. Pour que chacun puisse une fois encore s’inviter, s’inventer et se découvrir à nouveau.

  • La presse

« Le spectacle a séduit d’emblée, avec son charme doux et entêtant, son petit côté In the mood for Love. […] Tout se tisse ici de manière sensible et on ne peut plus vivante, mais si le spectacle est aussi attachant qu’émouvant, c’est grâce à son atmosphère, qui capte et exhale celle, si particulière, de la capitale du Sud-Vietnam. » Fabienne Darge, Le Monde, 10 juillet 2017

« Une saga nourrie d'êtres délicats et d'émotions fragiles […] De nombreux comédiens vietnamiens vivent et chantent pour nous avec une infinie tendresse cette histoire de séparation, d’exil, d’abandon, de solitude qui serre l’âme au plus profond. Parce qu’elle est toute simple, sans grands mots, sans violence, sans drame ni passions exacerbées. Juste triste. Désespérément triste. Et magnifique. Caroline Guiela Nguyen a trouvé l’esprit. » Fabienne Pascaud, Télérama, 13 juillet 2017

« La metteuse en scène croise ces destins avec fluidité. […] Caroline Guiela Nguyen cultive l'émotion avec grâce et lenteur, passant des pleins feux d'une fête au clair-obscur de la salle de restaurant déserte. Elle a du talent à revendre, un univers bien à elle, un parti pris compassionnel qui fait mouche. » Philippe Chevilley, Les Echos, 13 juillet 2017

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Saïgon

29 Notes

30 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(16)

Très bon


(7)

Bon


(0)

Pas mal


(2)

Peut mieux faire


(4)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Virginie F. (2 avis) 31 janvier 2018

Époustouflant de réalisme, tous les ingrédients étaient là pour passer un délicieux moment. Ça m’a rappelé énormément ma famille avec ses secrets, son humour à la vietnamienne, les repas, la nostalgie du passé, le retour au pays... c’était juste génial! Bravo à tous
1
0
1
2
3
4
5
Par

Luc C. (1 avis) 29 janvier 2018

Des Erreurs liées àl'histoire ! Des approximations historiques et géographiques ! En 1956, le général DIEM ne menaçait pas les Français ! Les USA étaient en cet instant relativement discrets ! L'ambiance décrite correspondait plus à celle d'Hanoï où des centaines de milliers de vietnamiens (dont des catholiques) fuyaient les communistes en allant vers le Sud ! La forte immigration vers la France, les USA, le Canada et les Boat people ce ne fut pas 1956 mais à partir de 1975 avec la victoire du Nord ! D'autre part en 1996, les buildings étaient rares à HCMC, les anciennes maisons coloniales étaient en ruine ! Courtoisement.
2
1
Par

Boo B. (1 avis) 01 février 2018

Cher Luc, bien malheureusement, ce sont vos remarques qui sont parfaitement approximatives. Je n’ose même pas y répondre point par point de peur d’abîmer votre ignorance. En tout cas sachez qu’il y eût suffisamment de violence et de morts en 1956 pour que je prenne le temps de vous répondre. J’ai comme l’intuition profonde que votre rapport à l’Histoire et à la Géographie est empreint de cette particularité française qui consiste à sans cesse racheter, sous couvert de pseudo scientificité historique, les erreurs commises sous la colonisation. J’ai pour ma part beaucoup d’Histoire à vous raconter, point par point. Bien à vous. Amicalement.
1
2
3
4
5
Par

Frédeéric P. (1 avis) 26 janvier 2018

Quand, comme moi, on à vécu 4 ans à Saigon (de 64 à 68) agé de 8 à 12 ans, qu'on y a connu ses premiers émois amoureux, et qu'on assiste au spectacle en compagnie de son amour d'enfance saïgonnais retrouvé en 2018, 50 ans après c'est tout simplement magique... Que de souvenirs, comme cela sonne juste ; juste excellent !
1
0
1
2
3
4
5
Par

S X. (152 avis) 25 janvier 2018

Superbe Un des meilleurs spectacles vu cette année, qui distille longtemps sa petite musique. Ca parle certes de l'Indochine et de la colonisation, mais aussi d'exil, de perte, de manque, de nostalgie, de non-dits, de difficulté à communiquer, d'amour, d'espoir, de trahison, de solitude. Tout cela suggéré, insufflé avec une grande délicatesse. C'est magnifique.
1
0
1
2
3
4
5
Par

Nicole N. (1 avis) 22 janvier 2018

Spectacle formidable et beaucoup d'émotion Tout est bien dans ce spectacle : le texte, la mise en scène, les acteurs. Bravo à toute l'équipe.
1
0
1
2
3
4
5
Par

Pascale L. (1 avis) 21 janvier 2018

Spectacle original et émouvant Écriture et mise en scène à la fois originale et émouvante. Elle s appuie sur des faits intimes pour révéler des moments de l histoire de la décolonisation souvent oubliés ou méconnus. La narration se fait au fil des repas au restaurant et n a pas d ambition didactique, ce qui fait qu’on ne voit pas passer les trois heures ...
1
0
1
2
3
4
5
Par

Nadege P. (1 avis) 14 janvier 2018

Extraordinaire!!
1
0
1
2
3
4
5
Par

JEAN-MARC H. (3 avis) 20 juin 2019

tres bon spectacle original et émouvant, les acteurs sont excellents
0
0
1
2
3
4
5
Par

Ariel L. (1 avis) 13 juin 2019

Saigon à la fois dépaysant et universel Au delà de l'histoire spécifique du Vietnam, de la France et des deux, une histoire universelle d'exil et d'exilés, servie par des acteurs qui ont su restitué tout son humanité! On passe par tous les sentiments, à voir !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Aimée S. (1 avis) 29 novembre 2018

Au secours ! Nous attendions beaucoup de "Saigon" que l'on nous avait "vendu" avec enthousiasme... Las ! Entre braillements en français dialogues en vietnamien inaudibles, rien ne nous a séduit ; cerise sur le gâteau, la chanson de Bécaud "je reviens te chercher" est anonnée avec 12 ans d'avance ! Nous sommes donc fort logiquement partis en cours de route... sans regrets.
0
0
+ d'avis

Spectacles consultés récemment