Les fourberies de Scapin

Théâtre Suresnes - Jean Vilar , Suresnes

Du 06 au 10 mars 2020
Durée : 1h45

CLASSIQUE

,

A ne pas manquer

,

Comédie de moeurs

,

Coups de coeur

,

Familial

,

Sélection Evénement

En l’absence des pères, les fils tombent amoureux. Et quand les pères reviennent c’est à Scapin, farceur génial, qu’ils demandent de les sortir de l’embarras. Un spectacle mis en scène par Denis Podalydès. À partir de 8 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 16,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Les fourberies de Scapin

De

 Molière

Mise en scène

Denis Podalydès

Avec

Birane Ba

,

Jean Chevalier

,

Pauline Clément

,

Gilles David

,

Benjamin Lavernhe

,

Elise Lhomeau

,

Maika Louakairim

,

Aude Rouanet

,

Didier Sandre

,

Bakary Sangaré

À partir de 8 ans.

  • Une pièce mythique mise en scène par Denis Podalydès
En l’absence des pères, les fils tombent amoureux. Et quand les pères reviennent c’est à Scapin, farceur génial, qu’ils demandent de les sortir de l’embarras. De stratagèmes en subterfuges Scapin arrange la réalité autant qu’il la complique et tout ça pourrait bien mal finir.

Les fourberies de Scapin est la comédie la plus italienne de Molière et l’une des plus libres. Sous couvert de farces, il y parle du jeu, du théâtre et de la dure vie de l’acteur, chahuté par une société qui tantôt l’adore, tantôt le maltraite. Cette production de et avec la troupe de la Comédie-Française porte au plus haut cette comédie bien moins légère qu’il n’y paraît.
Denis Podalydès livre une mise en scène juste et précise dans une scénographie imaginée par Éric Ruf qui recrée le port de Naples avec un décor tout en jeux de plans et d’étages. Les costumes sont signés Christian Lacroix. La direction d’acteurs est remarquable. « Benjamin Lavernhe incarne un Scapin sobre et virtuose » (Fabienne Darge, Le Monde) Un spectacle à partager en famille !
  • La presse en parle

« Pour qu’un théâtre de troupe soit brillant, il faut que la troupe le soit, et c’est peu de dire que c’est le cas ici. » Fabienne Darge, Le Monde

« Tout l’art de Denis Podalydès est, au fil d’une mise en scène au rythme allègrement alerte, de préserver en permanence le rire. » Didier Méreuze, La Croix

« Le public salue comme il se doit le Scapin fourbu et ses acolytes : par une ovation. » Philippe Chevilley, Les Échos

« Excellentes fourberies ! » L’OBS, Jacques Nerson

« Grâce à Denis Podalydès et à son « Scapin », la Comédie-Française est à son plus haut dans la maison de Molière. » Brigitte Hernandez, Le Point

« Du grand art pour une comédie jubilatoire. » S.M., Le Parisien

« On rit à gorge déployée, on sort de là régénéré. » J.-L. P., Le Canard enchaîné

« Dans la maison de Molière, Denis Podalydès et la troupe de la Comédie-Française livrent une excellente version des Fourberies de Scapin, drôle, dense, surprenante… mémorable. » Éric Demey, La Terrasse

  • Note d'intention

Lors de nos premières discussions autour de ces Fourberies de Scapin, Denis Podalydès m’a appris qu’à la création de la pièce, le plateau de Molière était en travaux et qu’il ne restait par conséquent pour le jeu qu’un espace très réduit. S’ajoutait à cela la volonté de Molière qui, lassé des grands divertissements de cour, désirait revenir à un théâtre basé sur l’acteur, à la tradition italienne, celle des tréteaux aux dimensions scéniques naturellement contraintes.

Autant le Scapin de Jean-Pierre Vincent gambadait il y a vingt ans sur les toits de Naples, autant Denis avait l’intuition que pour trouver le sien, il faudrait descendre et s’aventurer dans des bouges du port, les culs de basse-fosse et les lieux interlopes de docks au commerce illicite. J’ai tenté de résoudre cette équation en réduisant l’espace de jeu à l’avant-scène, et en créant au lointain une simple perspective sur la mer, direction de départs sans retour – mais qu’allait-il faire dans cette galère ? Cette petite plage incertaine que l’on sent envahie régulièrement par les eaux sales du port est le décor unique, le royaume de Scapin, son territoire réservé. C’est là qu’il fait affaire, là qu’il traite de sombres tractations, qu’il roule et qu’il échappe, c’est là surtout qu’il venge tous les enfants de la violence des pères en bastonnant Géronte à volonté. Un décor en forme de môle marin sur fond de toile marine. Tréteaux quelque peu améliorés de quelques sorties dans les dessous et les dessus mais préservant et appelant la qualité pure des acteurs de la Troupe.

Éric Ruff

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Les fourberies de Scapin

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(1)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Evelyne K. (2 avis) 22 septembre 2018

Ça aurait pu être excellent si on n’etait Pas placé au dernier rang ! Compte tenu du prix des places , on devrait être averti au moment de la réservation !!!
0
0

Spectacles consultés récemment