Le malade imaginaire, ou le silence de Molière

Nouveau Théâtre de Montreuil - Salle Maria Casarès , Montreuil

Du 03 au 16 mai 2004
Durée : 2H30

CLASSIQUE

D’après Le Malade imaginaire de Molière et le Silence de Molière de Giovanni Macchia.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 16 mai 2004

 

Le malade imaginaire, ou le silence de Molière

De

Giovanni Macchia

,

 Molière

Mise en scène

Arthur Nauzyciel

Avec

Hélène Babu

,

Gilles Blanchard

,

Michael Duglué

,

Nanou Garcia

,

Emile Nauczyciel

,

Arthur Nauzyciel

,

Christophe Odent

,

Cécile Richard

,

Jean-Philippe Vidal

,

Catherine Vuillez

D’après Le Malade imaginaire de Molière et le Silence de Molière de Giovanni Macchia.

Le Silence de Molière
Ce texte raconte la vie énigmatique de la fille unique de Molière, Esprit-Madeleine Poquelin, dont toute l’existence fut entourée d’un profond silence. C’est le récit d’une enfance au sein d’une famille d’acteurs, un monde de deuils, de jalousies, de colères, d’amour et de théâtre. Esprit-Madeleine se raconte et raconte son père. Cette histoire interrompt le cours du Malade imaginaire et en révèle une autre, intime, secrète, faite des liens père-fille, maître-élève, metteur en scène-acteur. Il n’y est finalement pas question de médecine, ou alors de celle qui guérit les âmes et les cœurs trop lourds. Cette médecine, c’est l’Art, ses médecins sont les acteurs.

Le malade imaginaire
Molière savait pourquoi il écrivait des rôles, et devant qui la pièce allait être jouée. Avec " Le Malade " , une dernière fois, les acteurs travaillent avec celui qui fût le maître, le metteur en scène, l’ami, le père, l’époux, l’amant. Une dernière fois, ils jouent pour lui. C’est une histoire de famille et une histoire de troupe. Une histoire de personnes travaillant ensemble, faisant don de leur travail à " l’autre " , à Molière qu’ils amènent par le théâtre à une expérience de vérité. Ensemble ils inventent un avenir. Une illusion capable de consoler Molière. Ils l’aident à se dépouiller, à se dévoiler, à accepter l’idée de sa propre mort. En cela le théâtre est imaginé comme un art consolateur.

Cette pièce nous parle aujourd’hui de l’abandon des pères et de la transmission. J’ai été formé par Antoine Vitez dont on a souvent dit qu’il avait su créer une famille d’acteurs sur plusieurs générations. Il faut, je crois, accepter la mort des pères. Et, … puisqu’ils sont morts, se réunir.

Arthur Nauzyciel

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le malade imaginaire, ou le silence de Molière

0 Note

2 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Al D. (3 avis) 05 octobre 2008

RE: Le malade imaginaire, ou le silence de Molière un spectacle à éviter : http://www.boojum-mag.net/f/index.php?sp=liv
0
0
1
2
3
4
5
Par

Marina G. (1 avis) 29 janvier 2006

Le malade imaginaire, ou le silence de Molière Cette pièce est pleine de questionnements sur la vie de Molière, dans sa complexité evidemment.....
0
0

Spectacles consultés récemment