La dernière bande

1
2
3
4
5

Athénée Théâtre Louis-Jouvet , Paris

Du 07 au 30 novembre 2019
Durée : 1h15

CLASSIQUE

,

Tête d'affiche

Chaque année, le soir de son anniversaire, Krapp enregistre ses états et ses actions de l’année écoulée. Le voici retrouvant et commentant les bandes des temps anciens. Cette magnétique Dernière bande de Samuel Beckett offre un écrin rêvé pour Denis Lavant qui retrouve le metteur en scène Jacques Osinski.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 40 €,34,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

La dernière bande

De

Samuel Beckett

Mise en scène

Jacques Osinski

Avec

Denis Lavant

Rencontre avec l'équipe artistique du spectacle à l'issue de la représentation du 19 novembre.

« Nous ne pouvions en rester là. Avec Denis Lavant, nous avons affronté Cap au pire et ce fut pour nous deux une aventure forte, de celles qui resserrent les liens et donnent envie de recommencer », écrit le metteur en scène Jacques Osinski, décidé à « rater mieux » avec un autre grand texte de Samuel Beckett, la magnétique Dernière bande.

Chaque année, le soir de son anniversaire, Krapp enregistre ses états et ses actions de l’année écoulée. Le voici retrouvant et commentant les bandes des temps anciens : « Viens d’écouter ce pauvre petit crétin pour qui je me prenais il y a trente ans, difficile de croire que j’aie été con à ce point-là. » Dans le duo de Krapp avec lui-même, dans le dialogue entre son vieil être avachi et son jeune être disparu, entre la bande et la contrebande, s’affrontent le plus fugace et le plus tangible, l’éternité et l’instant. Façon de poser la question : « qu’est-ce qui reste ? » L’illumination « d’une mémorable nuit de mars, au bout de la jetée dans la rafale » ? La vision d’une femme étendue sur une barque filant parmi les roseaux ? Quelques bribes d’un poème ?

Écrin rêvé pour le comédien hors normes qu’est Denis Lavant, cette Dernière bande est aussi, pour Jacques Osinski, « la pièce de théâtre parfaite, celle qui atteint le point d’équilibre idéal entre la modernité qui sans cesse veut tuer le théâtre et l’éternité d’un art qui refuse de mourir. »

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La dernière bande

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment