La Mission, souvenir d'une révolution

Théâtre de la Commune , Aubervilliers

Du 11 au 20 octobre 2017
Durée : 2 heures

CONTEMPORAIN

,

En langue étrangère

,

Pièce historique

,

Sélection Pièce d'actualité

1989, le mur de Berlin s’effondre. À Paris, Matthias Langhoff – dont le travail bouleverse déjà la scène européenne – reprend La Mission d’Heiner Müller. Jouée quelques mois plus tôt au Festival d’Avignon, lors de la célébration du bicentenaire de la Révolution Française, la pièce provoque un choc inédit, un duel, où la mémoire de l’idéal révolutionnaire français se met à l’épreuve de son réel. Or, voici à nouveau, pour Langhoff, la nécessité de (re-)monter La Mission. Spectacle en espagnol surtitré en français.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 20 octobre 2017

 

Photos & vidéos

La Mission, souvenir d'une révolution

De

Heiner Müller

Mise en scène

Matthias Langhoff

Avec

Javier Ambol

,

Susy Arduz

,

Fernando Azoge

,

Selma Baldiviezo Casis

,

Alana Delgadillo

,

Jessie Gutierrez

,

Oscar Leano

,

Ana Marcela Mendez

,

Antonio Peredo Gonzales

,

Marcelo Sosa

,

Gabriela Tapia

Spectacle en espagnol surtitré en français.

1989, le mur de Berlin s’effondre. À Paris, Matthias Langhoff – dont le travail bouleverse déjà la scène européenne – reprend La Mission d’Heiner Müller. Jouée quelques mois plus tôt au Festival d’Avignon, lors de la célébration du bicentenaire de la Révolution Française, la pièce provoque un choc inédit, un duel, où la mémoire de l’idéal révolutionnaire français se met à l’épreuve de son réel. Réel passé : la révolution face à la libération des esclaves noirs ; réel présent : quid d’elle en 1989 ?

Or, voici à nouveau, pour Langhoff, la nécessité de (re-)monter La Mission. Galloudec, Sasportas et Debuisson, trois émissaires français chargés d’organiser le soulèvement des esclaves en Jamaïque, voient leur action brutalement interrompue par la disparition du gouvernement qui a ordonné leur « mission ».

L’idée c’est que cette fois la pièce sera jouée par des apprentis acteurs boliviens, venus de l’École Nationale de Théâtre fondée par Marcos Malavia. Dès lors, comme souvent chez Langhoff, la pièce parle au nom de notre Histoire, résonant dans le présent. Une histoire qui confronte les difficultés que traverse la Bolivie dans sa tentative d’émancipation à la régression et confusion politiques que connaît la France.

Avis du public : La Mission, souvenir d'une révolution

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(1)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Silvia S. (1 avis) 22 octobre 2017

La mission, souvenir d'une révolution Le texte est, bien entendu, extraordinaire mais le problème, à mon avis, est que la mise en scèene le dessert. Elle est brouillonne, à force de superposer des éléments. Tout d'abord, la projection, sans arrêt ou presque ( une sorte de must dans la mise en scène contemporaine) s qui doit être utilisé avec précaution et coordonné ou bien opposé à ce qui se passe sur scène. Ici, c'est un discours qui, d'une part, laisse de côté un élément, la soumission des indiens qui aurait pu, peut-être, avoir été mis en relation avec l'esclavage, en écho tout au moins, dans un pays qui ne l'a presque pas connu. Au point que Las Casas, tout à la défense des indigènes, avait proposé de les remplacer par des noirs; D'autre part, elle ajoute à la masse d'information: des gestes, des mots, des passions. Le théâtre en sort perdant. La diversité des langues, d'ailleurs, ou plutôt des traductions: espagnol, français, allemend, (je suis peut-être un mauvais exemple car je peux suivre l'espagnol mais l'accent bolivien m'a poussé à lire les sous titres). Qu'on est loin de la Mort de Danton! Je dois ajouter que mon écoute était probablement biaisée par le Castelucci vu la veille (un anti-Tocqueville en réalité), avec un choix presqu'à l'opposé de celui de Langhoff: trop beau, peut-être, mais mû par une intention analogue. Ma première visite à ce théâtre, mais certainement pas la dernière.
0
0

Spectacles consultés récemment