Des territoires (...et tout sera pardonné ?)

1
2
3
4
5

Théâtre de la Bastille , Paris

Du 27 novembre au 13 décembre 2019

CONTEMPORAIN

,

Politique

Après avoir convoqué la Révolution française puis la Commune dans les deux premiers épisodes, c'est la révolution algérienne qui surgit cette fois sur scène dans ce dernier volet de la trilogie mise en scène par Baptiste Amann.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 28,50 €,21 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Des territoires (...et tout sera pardonné ?)

Mise en scène

Baptiste Amann

Après avoir convoqué la Révolution française puis la Commune dans les deux premiers épisodes, c'est la révolution algérienne qui surgit cette fois sur scène. Comme dans chaque volet de la trilogie, Baptiste Amann reste fidèle à son parti pris audacieux : faire s'entrechoquer dans chaque spectacle ces événements marquants de l'histoire de France et l'histoire contemporaine d'une fratrie.

Nous avions laissé les personnages rassemblés dans leur cité HLM à l’occasion de l'enterrement des parents. Au sein de cette famille, comme un microcosme en conflit, Baptiste Amann observe comment se préparent et se jouent les soulèvements, comment chacun tente de s’émanciper et de s'approprier son héritage. Intimes ou collectives, différentes révolutions se font ainsi écho, comportant chacune sa part d’espoir et de désespoir et posant toujours la question du sens que nous donnons à la vie.

Mais cette fois, Baptiste Amann crée une fiction dans la fiction, pour aborder avec recul cette guerre qui aura mis beaucoup de temps à se nommer, et examine les lourds événements passés.

À cet instant de l’histoire, Lyn, Hafiz et Samuel sont rassemblés autour de leur frère Benny qui, suite aux violentes émeutes dans le quartier, est en état de mort cérébrale. Faut-il arrêter la machine ? Pendant ce temps-là, dans le même hôpital, se déroule le tournage d’un film sur la guerre d’Algérie et notamment sur le procès de la figure emblématique de Djamila Bouhired. Condamnée à mort pour « actes de terrorisme », cette militante du FLN fut finalement libérée, notamment grâce à Jacques Vergès, célèbre avocat qui fera de ce procès celui de la colonisation. L’actrice qui interprète la révolutionnaire, en conflit avec le réalisateur, va rencontrer la famille de Benny. Les époques se chevauchent et les dilemmes s'entrecroisent : faut-il arrêter ou continuer de jouer ? Faut-il mourir pour ses idées ?

Héritage, identité et engagement sont les questions traversées par Des territoires. Les personnages se sont déplacés, leurs frontières ont bougé. (…et tout sera pardonné ?) est l’étape de la réparation. Nous sommes dans un lieu de soin, qui deviendra par le prisme du film un lieu de jugement. Après le déni et la colère, nous voici dans un moment de dénouement, de possibles issues, en attendant une prochaine révolution.

Elsa Kedadouche

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Des territoires (...et tout sera pardonné ?)

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment