Violences-reconstitution

1
2
3
4
5

Théâtre de Gennevilliers (T2G) , Gennevilliers

Du 06 au 30 novembre 2003
Durée : 6H20

CONTEMPORAIN

"Violences (un diptyque) pourrait s’apparenter à ces Sit-Coms : après tout, il s’agira, ici aussi, d’une histoire de famille, parfaitement improbable dans l’ordre de la vraisemblance…" D.-G. Gabily
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 30 novembre 2003

 

Violences-reconstitution

De

Didier-Georges Gabily

Mise en scène

Yann-Joël Collin

Avec

Sharif Andoura

,

Ulla Baugué

,

Xavier Brossard

,

Yannick Choirat

,

Sandra Choquet

,

Yvan Corbineau

,

Cécile Coustillac

,

Stéphanie Félix

,

Elsa Hourcade

,

Emilie Incerti-Formentini

,

Delphine Léonard

,

Bruno Sermonne

,

Philippe Smith

,

Manuel Vallade

Présentation
Extrait
Le désir de transmettre
Calendrier

« Violences (un diptyque) pourrait s’apparenter à ces Soap-Opéras qu’on appelle aussi Sit-Coms ou, dans le meilleur des cas, “Comédies de situation” : après tout, il s’agira, ici aussi, d’une histoire de famille, parfaitement improbable dans l’ordre de la vraisemblance... (...) On va se reposer la question de savoir ce que l’on fabrique là, sur le plateau avec la langue et le travail des corps, avec ces bribes de tragédies défaites et de comédies en guère meilleur état. »

D.-G. Gabily

Haut de page

(...) La maison était de l’autre côté de la falaise, protégée. Dans la valleuse.
Tous volets clos, toujours. Toutes saisons passant sur elle et sur la forêt d’alentour.
C’était depuis que j’étais gamine. J’y venais là, sur le faîte, me tournant indifféremment du côté de la mer et de l’autre, vers elle ; puis de plus en plus vers elle... Dans le dernier repli de la valleuse, la maison, protégée, tous volets clos, aveugle, un silence...
Et la vierge en bois dans sa niche, quand je m’en approchais, je la vois encore la vierge en bois dans sa niche juste au-dessus de la porte. Mais ça n’arriva pas souvent que j’ose.
M’en approcher.
ça n’arriva qu’une fois de trop, je crois.

D.G. Gabily,
Violences, La ravie

Haut de page

(...) Ce projet, avec les élèves du Théâtre National de Strasbourg, est né d’un désir de transmettre. Non pas la mémoire d’un individu, d’une époque ou d’une méthode, mais un langage de théâtre qui dans son existence même - structure et écriture - inscrit le tâtonnement et la recherche, la présence du vivant. Transmettre non pas un objet, mais sa formation.

Il s’est donc agi, plutôt que d’exhumer, de produire cette langue de Violences, de l’éprouver physiquement comme pour la première fois. Et alors, prenant la pièce comme un chantier, le texte comme un matériau, de construire, grâce au concret de la fiction, notre propre théâtre. De bois, fer, chair et mots, « tout ça » comme disait Didier, « charpente à voir si ça tient ». Nous avons donc refait l’expérience, celle de voir si on peut, ensemble, la faire tenir, cette charpente, une nouvelle fois. (...)

Yann-Joël Collin

Haut de page

Le spectacle est présenté dans son intégralité le week-end, découpé en deux parties :
1ère partie à 16h, durée : 2h15
2ème partie à 19h, durée : 3h20 avec entracte

Haut de page

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Violences-reconstitution

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment