Un Hamlet-Cabaret

du 21 au 23 janvier 2009
4h30 (entracte compris)

Un Hamlet-Cabaret

CLASSIQUE Terminé

Metteur en scène radical dans ses options, hardi dans ses réalisations, Matthias Langhoff aime bousculer les normes traditionnelles du théâtre. Son allègre travail de fabrication / sabotage, dont le mélange de music-hall surréaliste et de vaudeville funèbre a réjoui les publics de Strasbourg et de Sartrouville avant d'imposer son capharnaüm à la Grande salle de l'Odéon, a l'énergie et « la santé furieuse du théâtre qui empêche le monde de tourner en rond » (Gilles Costaz).

« En manteau rouge, le matin traverse la rosée qui sur son passage paraît du sang » ou Ham and ex. by William Shakespeare.

  • Une version cabaret

« Si tout allait bien, je ne vois pas pourquoi je ferais du théâtre. » Matthias Langhoff

« Quel plaisir », écrivait récemment Jean-Pierre Thibaudat, « de retrouver Langhoff dans le lit de Shakespeare, un auteur qu'il sent comme le chien sent son maître. Inoubliable et inoublié reste son Roi Lear avec Serge Merlin. Son Hamlet le sera tout autant. Sinon plus. » Créé fin 2008 au Théâtre Dijon Bourgogne, ce Hamlet-Cabaret  a pour titre exact En manteau rouge, le matin traverse la rosée qui sur son passage paraît du sang ou Ham and ex. by William Shakespeare - tout un programme, ou une promesse que Langhoff tient à sa façon : celle d'un disciple de Brecht et d'un ami de Heiner Müller, pour qui le théâtre ne peut vivre qu'en suicidant allègrement sa propre muséographie.

C'est que pour Langhoff, « le théâtre est l'art d'organiser le scandale : il doit révéler le scandaleux et l'obscène que le monde s'efforce de cacher [...] ». Et pour y parvenir, le théâtre selon Langhoff charrie librement tous les débris du siècle qu'il arrache sur son passage : comme le confie encore le metteur en scène, « un spectacle, ce n'est pas un produit, c'est un bricolage ». Langhoff est donc un bricoleur, et qui s'assume comme tel. La pièce ne fait guère l'objet d'une réflexion « théorique » préalable à son approche artisanale en compagnie des comédiens : « qui est assis sur le dos de qui », s'interrogeait le metteur en scène en cours de travail, « est-ce le cabaret qui est sur le dos de Shakespeare ou Shakespeare qui avance sur le dos du cabaret ? Je ne le saurai qu'à la fin de l'expérience ».

Le plateau est ici comme un atelier-bazar-dancing où des machines se montent et se détraquent, où des substances se mélangent et parfois explosent, et où surtout sont entreposés toutes sortes de restes de tentatives ou d'obsessions anciennes, de trouvailles de hasard, de pièces détachées ou de fragments orphelins attendant d'être remployés. Cet allègre travail de fabrication / sabotage, dont le mélange de music-hall surréaliste et de vaudeville funèbre a réjoui les publics de Strasbourg et de Sartrouville avant d'imposer son capharnaüm à la Grande salle de l'Odéon, a l'énergie et « la santé furieuse du théâtre qui empêche le monde de tourner en rond » (Gilles Costaz).

Ce cabaret princier aura vu par exemple le plus célèbre monologue de l'histoire du théâtre mondial chanté en chœur pendant la distribution de tracts publicitaires, le spectre paternel surgissant d'une poubelle (car le Shakespeare de Langhoff a lu Fin de partie) ou le confident du héros changeant de sexe pour se métamorphoser en Horatia - toutes transgressions puissamment assumées par François Chattot et une magnifique troupe de comédiens, au son du Tobetobe-Orchestra.

Texte français : Jörn Cambreleng d'après le texte allemand d'Heiner Müller & Matthias Langhoff
Musique : Olivier Dejours

  • La presse

« Le magicien de ce spectacle est Matthias Langhoff [...] l'homme qui tend les miroirs ternis du répertoire vers le soleil de nos désirs d'aujourd'hui. Son Cabaret Hamlet brille comme un texte tout neuf. » Philippe Chevilley, Les Échos du 9 novembre 2009

« Matthias Langhoff signe une variation décapante et vivifiante de la tragédie de Shakespeare. [...] Si la tragédie se pare de couleurs farcesques, elle n'en est pas moins terrible et folle. » Didier Méreuze, La Croix du 3 novembre 2009

« C'est bien du théâtre ce grand cabaret grinçant avec poèmes, chansons, et respect de la pièce : car c'est bien Hamlet dans toute son ampleur et sa splendeur que vous propose Matthias Langhoff et ses compagnons d'aventure, acteurs inspirés et sans crainte. » Armelle Héliot, Le Blog du Figaro du 10 novembre 2009

« Hamlet vu par Matthias Langhoff : un chef-d'œuvre hors-normes. [...] Au « cabaret » tenu par l'acteur François Chattot, tout le monde est à la même enseigne : celle du théâtre, l'un des plus vieux métiers du monde. On est à la fête. 4h30 durant. Ô joie ! » Jean-Pierre Thibaudat, Rue89 du 6 janvier 2009

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN

Place Jacques Brel 78505 Sartrouville

Accès handicapé (sous conditions) Bar Grand Paris Librairie/boutique Yvelines
  • Bus : Théâtre à 27 m, Paul Bert à 207 m, Clémenceau à 222 m, Henri Barbusse à 252 m, Boulevard de Bezons à 275 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN
Place Jacques Brel 78505 Sartrouville
Spectacle terminé depuis le vendredi 23 janvier 2009

Pourraient aussi vous intéresser

Les Démons

Comédie-Française - Salle Richelieu

- 11%
Comme il vous plaira

Théâtre Hébertot

- 32%
- 51%
Spectacle terminé depuis le vendredi 23 janvier 2009