Tristesses

Odéon - Théâtre de l'Europe , Paris

Du 05 au 27 mai 2018
Durée : 2h10

CONTEMPORAIN

,

Policier

,

Politique

Tristesses : si ce nom se dit ici au pluriel, c’est qu’il est à la fois celui d’une île scandinave, d’un suspense policier, d’un symptôme politique. L’île est à peine imaginaire. Anne-Cécile Vandalem y a situé une fable pour notre temps.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,50 €,23,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Tristesses

De

Anne-Cécile Vandalem

Mise en scène

Anne-Cécile Vandalem

Avec

Asia Amans

,

Vincent Cahay

,

Anne- Pascale Clairembourg

,

Epona Guillaume

,

Séléné Guillaume

,

Florence Janas

,

Pierre Kissling

,

Zoé Kovacs

,

Vincent Lecuyer

,

Catherine Mestoussis

,

Jean-Benoît Ugeux

,

Anne-Cécile Vandalem

,

Françoise Vanhecke

,

Alexandre Von Sivers

  • L'attristement des peuples

Tristesses : si ce nom se dit ici au pluriel, c’est qu’il est à la fois celui d’une île scandinave, d’un suspense policier, d’un symptôme politique. L’île est à peine imaginaire. Anne-Cécile Vandalem y a situé une fable pour notre temps. Martha Heiger, dirigeante du Parti du Réveil Populaire et favorite des prochaines élections, revient à Tristesses pour rapatrier le corps de sa mère sur le continent. Mais pourquoi Ida s’est-elle suicidée en se pendant au drapeau danois ? Et que manigance réellement sa fille ?

Tristesses étant aussi un polar nordique, on n’en dévoilera pas plus ici, mais les maisons isolées sur la nuit du plateau sont le décor d’un drame où extérieurs en scène et intérieurs filmés alternent sur un rythme digne des meilleures séries. Enfin, Tristesses propose une réflexion sur la montée des populismes : selon Vandalem, “l’attristement des peuples” est aujourd’hui l’une des plus redoutables techniques de manipulation des esprits. Mais “les larmes”, ajoute-t-elle, “ont une puissance esthétique infinie”, indéterminable, et “les émotions peuvent être élan, moteur, énergie vive pour initier une prise de parole ou un acte”.

Cette énergie a conquis en 2016 le public du Festival d’Avignon : en exposant les mécanismes asservissants de la tristesse, l’artiste invite à ne pas leur succomber.

Par Das Fräulein (Kompanie).
Musique Vincent Cahay, Pierre Kissling
Distribution en alternance.

«  Soren Petersen (imitant le loup) : Petit cochon ? Petit cochon ? C’est moi, c’est Petersen. Petit cochon ? J’ai une question rose pour vous ! Comment s’appelle le restaurant où travaille Bob l’Éponge ? Si vous voulez, je peux vous donner un indice... C’est petit et ça a des pinces... Petit cochon ? Je vais souffler votre maison ! » Anne-Cécile Vandalem : Tristesses

  • La presse

« Et c’est là que c’est intéressant. Car alors, quand elle fait ce constat, Anne-Cécile Vandalem ne peut être qu’exactement là où l’artiste doit être : au cœur de l’intersection des temps, et de ces peurs qui ne sont pourtant rien d’autre que le changement. Ce changement qui nous tétanise et nous empêche, alors même que ce n’est que de garanties que nous manquons, mais que les possibles sont infinis. » Jean-Christophe Brianchon, Io Gazette, 7 juillet 2016

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Tristesses

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Marie-thérèse B. (2 avis) 15 avril 2018

Je l'ai vu à Châtenay- Malabry (la Piscine). Vive les salles de la périphérie !!! Excellent ... Je recommande !!!
0
0

Spectacles consultés récemment