Six personnages en quête d'auteur

Espace Pierre Cardin (Théâtre de la Ville) , Paris

Du 13 novembre au 02 décembre 2021
Durée : 1h50

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Éternel Pirandello ! Treize ans après une première version, Emmanuel Demarcy-Mota revient, avec la famille d’acteurs qui l’entourent, aux intrigues et conflits magistralement écrits par le dramaturge italien, pour une re-création.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 33,50 €,22,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide pour les personnes de plus de 12 ans. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

Photos & vidéos

Six personnages en quête d'auteur

De

Luigi Pirandello

Mise en scène

Emmanuel Demarcy-Mota

Avec

Charles-Roger Bour

,

Céline Carrère

,

Jauris Casanova

,

Valérie Dashwood

,

Sandra Faure

,

Gaëlle Guillou

,

Sarah Karbasnikoff

,

Stéphane Krähenbühl

,

Olivier Le Borgne

,

Alain Libolt

,

Gérald Maillet

,

Walter N'Guyen

,

Hugues Quester

,

Pascal Vuillemot

  • Recréation 13 ans plus tard

De façon imprévue, les personnages arrivent, s’imposent à un metteur en scène et ses comédiens, imposent leurs intrigues et conflits qui se cognent aux problèmes de cette troupe censée leur donner une réalité. Situation absurde, quotidienne pour tout homme de théâtre. En particulier Emmanuel Demarcy-Mota, qui ne conçoit pas son métier sans une équipe, une famille d’acteurs avec lesquels il creuse les infinis mystères de la vie et de sa « représentation ».

Il a abordé une première fois la pièce de Pirandello en 2001, avec bonheur puisqu’elle s’est jouée pendant deux ans. On y trouvait déjà sa connaissance, son intelligence passionnée du théâtre et de ses indicibles lois. L’expérience acquise au cours des ans lui a permis de creuser encore, d’affiner son travail, de sorte qu’il devenait nécessaire de retrouver les personnages et leurs interprètes, et avec eux, retrouver les méandres d’une situation à travers laquelle s’inscrivent toutes les questions imaginables et inimaginables posées par le fait de vivre ensemble.

Colette Godard

À la création en 2001, Hugues Quester – dans le rôle du Père – a reçu le prix du meilleur acteur par le Syndicat national de la critique et Yves Collet celui de la scénographie et des lumières.

« Un spectacle tout à fait stupéfiant. » The New York Times
« Ensorcelant mélange d'illusion et de réalité. Une oeuvre profondément émouvante. » San Francisco Chronicle

  • En quête de tout le théâtre

Un théâtre vide, un plateau nu, inutile de faire semblant. Ou plutôt si. C’est toute la question du semblant qui se pose ici, celle des rapports de l’illusion à la réalité. Est-ce parce qu’aujourd’hui, il nous semble que la réalité s’est substituée à l’idée, que la figure de ce monde passe et n’est qu’une illusion, que nous croyons que « le monde entier est une scène » ?

On a plutôt aujourd’hui le sentiment que l’illusion a gagné les corps et les âmes, et engendré ce malaise de sujets irrémédiablement divisés. On se retr ouve sur une scène fantomatique, incarnée par des corps pris dans leurs rêves. On considère alors la vie de ces personnages au travers de ces agitations mal contenues, de ces violences mal étouffées du passé, prises ici dans le laboratoire de l’activité théâtrale.

La pièce de Pirandello peut exprimer toute sa puissance, sa force énorme, parce qu’elle contient un mystère qui est la contamination du monde visible par le monde invisible, « un monde surréel », où la magie cachée, terrifiante et meurtrière, à la quelle on ne pouvait pas s’attendre au départ, prend naturellement sa place dans le théâtre.

Le théâtre se trouve alors envahi par ce qui lui est essentiel, son propre cœur, sa sève : les personnages ! Des personnages qui ne sont pas seulement en quête d’auteur, mais de la totalité du théâtre, tout le théâtre doit se mettre à leur service, être vampirisé par leur existence, par leur inachèvement, par leur drame violent qui n’est même pas consommé. Ce drame qu’il faut répéter pour le faire advenir.

La richesse de ces imbrications met en place le vertige, et ouvre une réflexion sur la création théâtrale dans ses tenants et ses aboutissants les plus intimes. Le monde du théâtre devient comme le lieu de la fabrication de tous les possibles : de l’inceste à pei ne déguisé à la mort violente des innocents.

La famille des personnages se situe dans le futur par rapport à des acteurs qui sont dans le présent, qui fonctionnent comme un chœur au présent.

Et l’apparition soudaine de Madame Pace devient alors la mise à jour de la puissance scénique elle-même, qui ouvre une brèche où vient se glisser le personnage que requiert la situation ; le drame de la scène sexuelle et de la mort peut alors apparaître. On réinvente ici et maintenant une action passée, une scène primitive. Pour la Belle-Fille, cette répétition n’a pour but que de sceller l’irréversible de l’acte incestueux.

Cela a lieu sous le regard du Directeur de théâtre, qui voit que la scène redonne à ces personnages du sang frais, afin qu’ils puissent être d es victimes coupables chez les vivants plutôt que de pâles héros chez les morts. Afin qu’ils puissent s’illusionner sur leur histoire.

C’est l’occasion où jamais de chercher à dépasser les limites du théâtre, non en les niant, mais en les portant à des con séquences paradoxales. De faire un rêve moderne : un rideau tombe sous un souffle d’air, palpite comme une chose vivante, se fige dans l’immobilité ab solue, un drap devient maison ou théâtre.

Un ring mobile, un échafaud, un radeau, où chacun se retrouve, comme dit le Père, « enchaîné et cloué pour l’éternité ».

Emmanuel Demarcy-Mota

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Six personnages en quête d'auteur

10 Notes

10 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(5)

Très bon


(1)

Bon


(2)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(2)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Cornelia S. (1 avis) 11 avril 2016

Six personnages en quête d'auteur La performance des acteur : super ! Mais surtout la mise en scène : magnifique !! J'ai passé une excellente soirée. Cornelia STORZER
0
0
1
2
3
4
5
Par

Pierre G. (8 avis) 10 avril 2016

Il est indispensable de monter une pièce classique ............ classiquement Il est navrant que la mise en scène tue le texte au lieu de le servir ; là, Pirandello sert de faire-valoir au metteur en scène!!! Mauvaise soirée.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Béatrice G. (2 avis) 10 avril 2016

Époustouflant ! A voir et à revoir ! Excellent et remarquable spectacle ! Magnifiques décors et superbe mise en scène ! Étonnante réflexion sur la réalité, l'illusion, sur la vie et la mort ! Très bonne interprétation, bravo à tous les comédiens ! Meilleure pièce contemporaine de la saison !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Therese Q. (11 avis) 10 avril 2016

Six personnages en quête d'auteur Magnifique, il aurait fallu un micro à la petite fille. Merci bcp
0
0
1
2
3
4
5
Par

Jean-patrice N. (1 avis) 04 avril 2016

cris et hurlements Spectacle très très applaudi à la fin. Quant à moi j'ai dormi une bonne partie du temps malgré les hurlements. En gros la mise en scène est prodigieusement recherchée et very "in". Mais la pièce de Pirandello devrait être interprétée différemment. Tout le monde hurle. C'est très fatigant et ennuyeux. Aucune nuance. La première partie "la répétition" gagnerait à être supprimée (Pirandello serait d'accord). En fait Pirandello accorde une très grande liberté au metteur en scène même s'il précise des indications scéniques fort amusantes (la petite fille doit avoir 4 ans et les yeux bleus, idem pour sa soeur...). A se taper le cul par terre. Peut vraiment mieux faire.
0
0
1
2
3
4
5
Par

MartineD (1 avis) 04 avril 2016

Bravo Magnifique et très émouvant spectacle. Une métaphore de la vie et de la mort, valse de l'inconscient / tragique destin avec les miroirs de l'identification, le désir mimétique et les simagrées de l'identité sociale. Les comédiens sont renversants de vérité et d'illusion.La mise en scène transporte, et fait rire de notre condition.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Claude O. (33 avis) 04 avril 2016

Du beau travail Du beau travail ! A recommander à tous ceux qui veulent essayer de comprendre quelque chose à la création dramatique.
0
0
1
2
3
4
5
Par

MICHELLE T. (1 avis) 03 avril 2016

étonnant ou rébarbatif Jamais je n'ai pu lire la pièce alors c'était l'occasion de la voir jouer , être représenté. Mais l'ennui parfois me gagnait tant les répliques se suivent et sont crIées. Mise en scène contemporaine, belle scène.Beaux personnages à moins que ce ne soit des acteurs? Fiction ou réalité, illusion ou vie?
0
0
1
2
3
4
5
Par

Fulvia N. (5 avis) 03 avril 2016

Presque très bon La mise en scène est honnête, malgré quelque pointe de mauvais goût (souvenir du Père joué par Tognazzi?) la différence entre "personnages" et "acteurs" bien représentée, la "belle fille" est excellente! Le texte est reconnaissable., les décors très bien articulés.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Wally V. (1 avis) 28 janvier 2015

Super mise en scène, bravo aux acteurs ! Acteurs excellents, spectacle très captivant.. Il fallait connaître la pièce!
0
0

Spectacles consultés récemment