Simon Boccanegra

1 avis
Paris 12e

du 12 mars au 3 avril 2024 3 heures avec un entracte

Simon Boccanegra

S’il n’est pas le plus connu des opéras de Verdi, Simon Boccanegra était l’un de ses préférés. Dans ce drame politique et intime, sans doute le compositeur trouvait-il des échos à sa propre vie. Musicalement, il a créé un personnage d’une grande richesse psychologique. Une richesse accentuée par la mise en scène de Calixto Bieito qui nous projette dans les pensées de Simon. Avec le grand baryton Ludovic Tézier. Spectacle en italien, surtitré en français et en anglais.

Spectacle en italien, surtitré en français et en anglais.

  • Melodramma en un prologue et trois actes

S’il n’est pas le plus connu des opéras de Verdi, Simon Boccanegra était l’un de ses préférés, au point de le remanier en profondeur 24 ans après sa création à Venise en 1857.

Quel destin que celui de Simon Boccanegra ! Cet ancien corsaire élu doge de Gênes, voudrait rétablir la concorde au sein de son Conseil, divisé entre patriciens et plébéiens, et la paix avec Venise, l’éternelle rivale. Mais cet humaniste est aussi rongé par la perte de sa fille, enlevée lorsqu’elle était enfant.

Dans ce drame politique et intime, sans doute le compositeur trouvait-il des échos à sa propre vie, lui qui avait contribué à l’unification italienne et perdu ses deux premiers enfants. Musicalement, Verdi a créé un personnage d’une grande richesse psychologique. Une richesse accentuée par la mise en scène de Calixto Bieito qui nous projette dans les pensées de Simon, sans oublier une évocation de la mer – seul endroit où l’ancien corsaire a été vraiment heureux – via la coque d’un immense navire.

D'après la pièce d'Antonio Garcia Guttiérrez.
Décors : Susanne Gschwender
Costumes : Ingo Krügler
Lumières : Michael Bauer
Vidéo : Sarah Derendinger
Chef des Choeurs : Alessandro di Stefano
Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

  • La presse

« Ludovic Tézier conjugue avec justesse l’incarnation protéiforme. Le baryton développe la moire sombre de son timbre, le legato d’un phrasé qui ne le cède en rien à la qualité de la diction, une expressivité sensible et tourmentée. » Marie-Aude Roux, Le Monde

« La mise en scène de Calixto Bieito se signale avant tout par son respect de l’œuvre. [...] Les tableaux visuels accompagnent ou amplifient ce que dit la musique, sans s’imposer contre elle. » Olyrix

« À l'Opéra Bastille, Simon Boccanegra convainc par la puissance dramatique de la musique de Verdi. » L'Humanité

Sélection d’avis du public

Quelle tristesse ! Par Raphaël L. - 22 novembre 2018 à 00h11

Un très bel opéra, des musiciens et des chanteurs de qualité, mais un ensemble totalement gâché par la mise en scène prétentieuse, vide et laide. Alors que le texte laisse suggérer différents lieux et ambiances, normalement traversés par les protagonistes, ici il n'y a qu'un plateau désespérément vide. Ce refus de toute mise en scène va jusqu'à imposer à la foule furieuse de mimer une attaque à main armée en faisant "pan pan" en faisant une forme de pistolet avec sa main (tout le budget était sans doute passé dans le gros bateau bien laid). Évidement, on a le droit aux Indispensables de toute bouse pédante contemporaine : une fille désespérée qui déambule au hasard à moitié nue, et une projection bien l'aide des acteurs en gros plan. Des costumes nuls, choisis sans doute aux dernières soldes chez H&M, un ennui mortel, plusieurs spectateurs autour de moi se relayaient à une vraie compétition d'endormissement. Alors qu'on attendrait d'un tel opéra qu'il nous fasse rêver et voyager, la mise en scène nous ramène à une réalité triste et morne. À éviter !

Synthèse des avis du public

1,0 / 5

Pour 1 Notes

0%
0%
0%
0%
100%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

1 1 5
Quelle tristesse ! Par Raphaël L. (1 avis) - 22 novembre 2018 à 00h11

Un très bel opéra, des musiciens et des chanteurs de qualité, mais un ensemble totalement gâché par la mise en scène prétentieuse, vide et laide. Alors que le texte laisse suggérer différents lieux et ambiances, normalement traversés par les protagonistes, ici il n'y a qu'un plateau désespérément vide. Ce refus de toute mise en scène va jusqu'à imposer à la foule furieuse de mimer une attaque à main armée en faisant "pan pan" en faisant une forme de pistolet avec sa main (tout le budget était sans doute passé dans le gros bateau bien laid). Évidement, on a le droit aux Indispensables de toute bouse pédante contemporaine : une fille désespérée qui déambule au hasard à moitié nue, et une projection bien l'aide des acteurs en gros plan. Des costumes nuls, choisis sans doute aux dernières soldes chez H&M, un ennui mortel, plusieurs spectateurs autour de moi se relayaient à une vraie compétition d'endormissement. Alors qu'on attendrait d'un tel opéra qu'il nous fasse rêver et voyager, la mise en scène nous ramène à une réalité triste et morne. À éviter !

Informations pratiques

Opéra Bastille

Place de la Bastille 75012 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Bastille Librairie/boutique Opéra national de Paris Salle climatisée
  • Métro : Bastille à 104 m
  • Bus : Bastille à 55 m, Bastille - Faubourg Saint-Antoine à 65 m, Bastille - Roquette à 116 m, Ledru Rollin - Faubourg Saint-Antoine à 389 m
  • Réservation possible également au 01 40 13 84 65 pour les places non disponibles en ligne et/ou pour les choisir.
    Accès en salle uniquement sur présentation du billet électronique que vous recevrez par email.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Opéra Bastille
Place de la Bastille 75012 Paris
Spectacle terminé depuis le mercredi 3 avril 2024

Pourraient aussi vous intéresser

Madame Butterfly

Opéra Bastille

L'Or du Rhin

Opéra Bastille

Il Viaggio, Dante

Opéra Garnier

Rigoletto

Opéra Bastille

Spectacle terminé depuis le mercredi 3 avril 2024