Seasonal affective disorder

1
2
3
4
5

Lucernaire , Paris

Du 14 février au 31 mars 2018
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

Vlad est l'homme au nom qui porte malheur. Dolly est une gamine capable de boire un chocolat chaud, de mâcher un chewing-gum et de fumer une clope en même temps. Elle a des tatouages imaginaires et de vraies taches de sang dans le cou. Anne-Lise Heimburger et Laurent Sauvage jouent la cavale rock et amoureuse, faite de bagnoles et de flingues.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 31 mars 2018

 

Photos & vidéos

Seasonal affective disorder

De

Lola Molina

Mise en scène

Lélio Plotton

Avec

Anne-Lise Heimburger

,

Laurent Sauvage

  • Une cavale amoureuse

La nuit est une saison propice aux troubles affectifs.

Vlad est l'homme au nom qui porte malheur. Dolly est une gamine capable de boire un chocolat chaud, de mâcher un chewing-gum et de fumer une clope en même temps. Elle a des tatouages imaginaires et de vraies taches de sang dans le cou. Commence alors une cavale rock et amoureuse, faite de bagnoles et de flingues. Elle est sa petite lumière d’aube. Il est son sauveur. Ils vont devenir « Vlad et Dolly ».

Lauréat de la Première Édition du Prix Laurent Terzieff - Pascale de Boysson. Par la Compagnie Léla.

  • La presse

«  Lola Molina signe un road-trip théâtral bien ciselé. Un éloge du désir mis en scène par Lélio Plotton et porté par Laurent Sauvage et Anne-Lise Heimburger. » Anaïs Heluin, Sceneweb, 1er mars 2018

« Il est donc assez remarquable de voir deux acteurs habitués des grandes institutions (...) jouer dans la petite production d’une jeune auteure et de son camarade metteur en scène. (...) Deux corps, deux voix, et la simplicité quasi nue du plateau. Seul trône au milieu un écran format 4/3, diffusant une vidéo qui a le mérite d’assumer franchement sa fonction d’habillage : images sans présence humaine, gros plans organiques et aplats de couleurs qui virent vers l’abstraction sans faire cheap. Quant au travail sonore, il est d’une belle précision (...) » Augustin Guillot, Libération, 1er mars 2018

« Ces deux-là hypnotisent l’auditoire une heure trente durant, avec le récit chaotique et insolent d’une équipée sauvage tissée de vols, d’amours, de fuite, de flics et de sang. Anne-Lise Heimburger et Laurent Sauvage incarnent, entre désespérance et rage, humour et folie, la dérive de ces desperados que lie une passion dérangeante et folle. » Fabienne Pascaud, Télérama TT

  • Notes d'intention

« Ce qui m’intéresse d’écrire ici c’est : et si le désir se réalise ? Au début de la pièce, Dolly est dans un bar, sa situation est extrêmement trouble, et il y a cet homme, Vlad, un peu moins paumé qu’elle, qui lui propose un toit pour la nuit puis de partir avec elle. C’est la transgression qui s’opère simplement en assouvissant le désir de Dolly : et si quelqu’un arrivait et me soustrayait à la somme des responsabilités qui s’apprêtent à me tomber dessus ? Et Vlad arrive et le fait. Je voudrais qu’il y ait dans cette substitution du rêve à la réalité quelque chose de la subversion, du désir qui l’emporte sur la loi. Je voudrais que l’histoire de Vlad et Dolly déplace les repères de la permission et de l’autorisation chez celui qui l’écoute, je voudrais que cette histoire lui donne de la force et que cela ouvre des possibilités d’action. » Lola Molina, l’auteure

« Ce spectacle est un hors-piste poétique, palpitant et amoureux, dans lequel nous sommes plongés. La scénographie est holophonique : la salle et la scène sont équipées d’un système de diffusion du son en multicanal, reconstituant un environnement sonore immersif, qui par la dispersion des sources suit le rythme de la course folle de Vlad et Dolly. La diffusion en multicanal permet d’accentuer certains évènements, de créer des gros plans sonores et de donner du mouvement. Les différentes atmosphères des lieux qu’ils traversent sont légèrement modifiées, amplifiées par la peur ou l’excitation de la cavale.

En toile de fond de ce road-trip théâtral est projetée une vidéo qui restitue les changements de la nature. Au contact d’un environnement déréglé, à la fois berceau et lieu hostile, leurs corps se salissent et s’abîment. La vidéo, matiérée, se teinte d’aplats de couleurs vives et artificielles, elle accompagne les variations de leurs états intérieurs. Elle est le rétroviseur que Vlad et Dolly ne quittent pas des yeux.

Le plateau est nu ; seuls quelques objets-reliques de l’histoire de Vlad et Dolly (machine à écrire, robes, armes...) sont utilisés par les comédiens. Ces objets sont comme les empreintes de la vie de Vlad et Dolly. Ils sont le fil rouge qui retient les personnages à la réalité. Avec Anne-Lise Heimburger et Laurent Sauvage, nous avons cherché à recréer sur scène une sensation électrique, celle du désir et du « hors-la-loi ». » Lélio Plotton, le metteur en scène

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Seasonal affective disorder

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment