Roberto Zucco

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre de l'Epée de Bois , Paris

Du 28 mars au 07 avril 2019
Durée : 1h20

CONTEMPORAIN

Un nouveau Roberto Zucco, porté par 8 comédiens, qui s'inspire du réel fait divers, tout en gardant la poésie des mots de Koltès.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 07 avril 2019

 

Roberto Zucco

De

Bernard-Marie Koltès

Mise en scène

Rose Noël

Avec

Lola Blanchard

,

Axel Granberger

,

Akrem Hamdi

,

Rose Noël

,

Sixtine Païtard Gilardoni

,

Mélie Torrell

,

Jonathan Turnbull

,

Clyde Yeguete

  • Pièce-testament

Roberto Zucco est la dernière pièce de Bernard-Marie Koltès. C’est sa pièce-testament. Elle retrace l’histoire du véritable tueur en série Roberto Succo. Koltès en a fait une adaptation poétique, et le Collectif 13 tout en gardant le texte de l’auteur, repart à l’essence de cette histoire, en retraçant le terrible parcours du tueur en série.

A 19 ans, Roberto assassine sa mère, alors qu’il s’échappe de prison après avoir tué son père, et alors débute une cavale en Italie, en France, en Suisse, et en Allemagne. Pendant sa cavale, il rencontre Sabrina (La Gamine dans la pièce de Koltès) et d’autres personnages qui, chacun mettent en lumière des problématiques du monde d’aujourd’hui.

  • Note d'intention

Le projet n’est pas de construire une adaptation de la pièce de Koltès. Il s’agit plutôt de faire du plateau le lieu de notre lecture de Roberto Zucco, de la puissance et de la violence de sa fable et de ses personnages. Mettre en lumière les nombreuses questions que nous influent cette pièce. Voilà mon vrai but.

Tout d’abord, Bernard Marie Koltès adapte la vie et l’histoire de Roberto Succo, tueur en série italien du XXème siècle. La notion de documentaire au théâtre m’a toujours attirée. En effet, nous sommes là, et nous faisons ce métier pour raconter des histoires. Pourquoi ne pas en raconter des réelles ? L’histoire devient réelle au théâtre grâce à un comédien, un metteur en scène, un geste, ou un mot.

L’oeuvre de Koltès nous permet alors de lier l’art et l’information. Sublimer le terrible, voilà mon deuxième enjeu. Le terrible, l’horreur, la violence physique et mentale de Roberto Succo ont terrifiés le XXème siècle. Au théâtre, nous avons la possibilité de sublimer cette terreur tout en en dégageant la puissance politique. Nous sommes là pour dire la vérité, la montrer, l’exposer et je maintiens l’opinion, que c’est l’endroit où nous, acteurs, nous sommes le plus vrai. Comment ne pas faire le parallèle avec la droiture et la poésie des mots de Koltès ? Cela m’amène à vous parler de la notion du mythe dans la pièce. Roberto Zucco est clairement un mythe moderne. Le mythe a une finalité didactique : il révèle une vérité et permet, pour certains, d’expliquer le fonctionnement de l’âme humaine. Celui qu’élabore Koltès à partir du personnage de Roberto Zucco renseigne sur le caractère irresponsable des actions humaines.

Ce qui m’intéresse dans la notion de mythe moderne est à quel point, aujourd’hui la vérité nous est souvent cachée, camouflée, tue. Je décide de briser ce silence à travers l’histoire de Roberto Succo. J’ai toujours pensé qu’au théâtre, il était de notre devoir de dire. Nous faisons ce métier pour déclamer ce que d’autres n’osent pas dire. Il est de notre devoir d’être les héros de la liberté d’expression, les sauveurs du Verbe. Trouver un endroit de liberté et de risque, non pas pour raconter Roberto Zucco, mais pour créer une oeuvre scénique qui parle de la rage de Koltès.

Beaucoup ont dit que Roberto Succo était un schizophrène, je ne le pense pas. Je pense facile de réduire toute l’âme d’un homme à ce mot. Je préfère ne pas résoudre cette question. Laisser au public faire sa propre conclusion.

Enfin, comment parler de Roberto Zucco et ne pas parler de l’Italie. Étant d’origine calabraise cette histoire ne pouvait que me toucher. Une mère italienne, un frère macho, une Gamine qui a besoin d’émancipation, des thèmes évocateurs de sens dans mon envie théâtrale. Je ne peux que ramener cette histoire chez moi, dans mon univers. Je veux mettre en scène cette oeuvre pour que le public voyage, une heure vingt à nos cotés. Qu’il oublie, le temps de la représentation , son quotidien et qu’il soit plongé dans le notre, qu’il réféchisse à celui-ci, qu’il entende des vérités, qu’il ne veuille pas en entendre d’autres, qu’il soit surpris, qu’il soit déconcerté, happé.

Mon envie des mots de Bernard-Marie Koltès liée à celle du réalisme des faits de Roberto Succo montreront alors aux spectateurs, la puissance politique (sans en oublier l’humour) des mots, et des faits. À quel point peut-on se sentir emprisonner mentalement dans notre société actuelle ? Nous tenterons d’y répondre.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Roberto Zucco

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment