Reconstitution : Le procès de Bobigny

1
2
3
4
5

Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine , Vitry sur Seine

Le 28 février 2020
Durée : 2h30

CONTEMPORAIN

,

Pièce historique

,

Politique

Le dispositif immersif de la reconstitution du Procès de Bobigny, permettra aux spectateurs de se balader entre les récits, les souvenirs, les fac-similés, les archives médiatiques et les traces sensibles que ce procès historique a laissés. À partir de 14 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 13,50 €

Prix tous frais inclus


 

Reconstitution : Le procès de Bobigny

De

Maya Boquet

,

Emilie Rousset

Mise en scène

Emilie Rousset

Avec

Véronique Alain

,

Hélène Bressiant

,

Frédéric Danos

,

Duncan Evennou

,

Pierre Jouan

,

Emmanuelle Lafon

,

Pierre Laneyrie

,

Olivier Normand

,

Julia Perazzini

,

Loïc Renard

,

Anne Steffens

,

Manuel Vallade

,

Eva Zinc

À partir de 14 ans.

  • Rappel des faits

Fin 1972, deux ans avant la loi Veil sur le droit à l'avortement, le procès de Bobigny contribue à faire évoluer les mentalités réactionnaires de l'époque mais surtout à mettre le système judiciaire français et la législation en vigueur face à une évolution indispensable, celle de la modification de la loi de 1920, condamnant l'avortement. Ce procès emblématique est devenu une véritable tribune, menée par l'avocate Gisèle Halimi et dans laquelle nombre de femmes et d'hommes, intellectuels, activistes, médecins, se sont engagés afin de lutter pour la liberté du droit des femmes à disposer de leur corps.

La situation est banale à l'époque, un fait divers récurrent : une jeune fille de 16 ans, Marie-Claire Chevalier, avorte suite à un viol. Sa mère, Michèle Chevalier, l'aide à trouver une faiseuse d'anges malgré la législation en vigueur qui réprime pénalement l'interruption volontaire de grossesse. Dénoncée par l'auteur même de ce viol, la jeune fille est alors inculpée pour avoir fait pratiquer un avortement illégal selon l'article 317 du code pénal. Sa mère et deux de ses collègues sont également inculpées pour complicité, une quatrième est inculpée pour avoir effectué l'acte illégal.

Gisèle Halimi, après avoir été avec Simone de Beauvoir une militante à l’origine du Manifeste des 343, relance médiatiquement la question de la loi anti-avortement à travers le procès de Marie- Claire Chevalier. Elle en fait un grand procès politique. Bobigny devient un « procès où les accusés comprennent qu’au delà de leur propre cas, ils se battent pour défendre une cause, c’est un procès politique. Et c’est un procès politique parce que les accusés se font accusateurs, qu’ils décident de faire du tribunal une tribune et que, par delà les juges, c’est à l’opinion publique toute entière qu’ils s’adressent » (Extrait de La cause des femmes de Gisèle Halimi).

  • Note d'intention

« Le dispositif immersif de la reconstitution du Procès de Bobigny, permettra aux spectateurs de se balader entre les récits, les souvenirs, les fac-similés, les archives médiatiques et les traces sensibles que ce procès historique a laissés. Plutôt que d’imposer une temporalité et une interprétation unique d’un texte, le dispositif multiplie les possibilités de choix pour le spectateur. Celui-ci peut circuler librement d’un acteur à un autre, composer sa propre interprétation et son montage de perspectives, à travers des discours complémentaires ou contradictoires. S’il intègre une communauté d’écoute, le spectateur reste libre de ses mouvements et de choisir ce qu’il veut voir et écouter. C’est une place d’interprète qui lui est donnée, l’inscrivant dans une culture de l’appropriation.

Pour ce faire nous reprenons le dispositif technique et scénographique précédemment créé pour notre pièce Les Spécialistes. Les spectateurs sont invités à circuler de poste d’écoute en poste d’écoute. Grâce aux casques, nous créons des sortes de bulles desquelles on entre et sort. Les spectateurs choisissent, grâce aux cartels, ce qu’ils ont envie d’écouter. Ils se baladent, discutent de ce qu’ils viennent d’entendre. Chacun peut ainsi aller à son rythme, parler, se faire conseiller tel ou tel document, revenir écouter à nouveau un témoignage interprété par un autre comédien. Car les comédiens aussi circulent, ils jouent plusieurs témoignages, et changent de poste une fois un texte terminé. »

Maya Boquet et Emilie Rousset

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Reconstitution : Le procès de Bobigny

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment