Mille francs de récompense

du 19 janvier au 11 mai 2003

Mille francs de récompense

CLASSIQUE Terminé

Malgré des propositions pour que la pièce soit d’emblée jouée, Victor Hugo exprime son désir d’attendre la fin de l’Empire et le retour de la liberté avant qu’elle ne soit mise en scène, puis de la ranger au nombre des œuvres posthumes…

Malgré des propositions pour que la pièce soit d’emblée jouée, Victor Hugo exprime son désir d’attendre la fin de l’Empire et le retour de la liberté avant qu’elle ne soit mise en scène, puis de la ranger au nombre des œuvres posthumes. La pièce met en cause les rapports entre l’individu et la société, puisque la ville où règne l’argent provoque la misère et inspire toutes les formes de corruption ; elle explore aussi le thème du masque, et donc l’opposition entre l’apparence et la réalité, que les masques soient ceux, festifs, du carnaval (la pièce se déroule au moment du carnaval), mais aussi ceux plus protecteurs de la fausse identité qui préserve la liberté, et ceux, néfastes et diaboliques, de l’hypocrisie. D’abord intitulée Cinq cents francs de récompense, elle est enfin publiée en 1934 et représentée pour la première fois en 1961. Étiennette, dite la veuve André, vit avec sa fille Cyprienne et son père, professeur de musique italien. Le vieil homme est malade et ruiné et les huissiers viennent saisir les biens de ces pauvres gens. Cyprienne se morfond quand un homme frappe à la porte et la supplie de le sauver : c’est Glapieu, un homme traqué et poursuivi pour d’anciens méfaits. Elle le cache, mais Rousseline survient : d’apparence philanthrope et débonnaire, l’homme est un maître chanteur qui connaît tous les secrets de cette humble famille, dont il a racheté les dettes, et qui veut obtenir la main de Cyprienne ; mais la jeune fille aime Edgar qui, pour sauver sa bienaimée n’hésite pas à voler son patron, le baron de Puencarral, banquier millionnaire et mélancolique. Pour rembourser cet « emprunt » qu’il présente comme une perte, il va jouer, le soir, mais il perd et se jette à l’eau, devant les yeux de jeunes gens de bonne famille venus là s’encanailler et qui promettent une grosse récompense à qui le sauvera. Glapieu le sauve, d’abord de la mort, puis du déshonneur, se présentant au baron. Mais quel est le lourd secret du baron de Puencarral ? Glapieu, engagé pour surveiller son coffre, triomphera-t-il de ses propres démons ? Cyprienne échappera-t-elle à la concupiscence de Rousseline et Edgar à la prison ? 

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre du Nord-Ouest

13, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris

Grands boulevards Lieu intimiste
  • Métro : Grands Boulevards à 93 m, Le Peletier à 344 m
  • Bus : Grands Boulevards à 101 m, Cadet à 353 m, Le Peletier à 379 m, Richelieu - 4 Septembre à 396 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre du Nord-Ouest
13, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris
Spectacle terminé depuis le dimanche 11 mai 2003

Pourraient aussi vous intéresser

Les Démons

Comédie-Française - Salle Richelieu

- 22%
Montaigne, les Essais

Théâtre de Poche-Montparnasse

- 20%
Le menteur

Théâtre de Poche-Montparnasse

- 11%
Comme il vous plaira

Théâtre Hébertot

Spectacle terminé depuis le dimanche 11 mai 2003