Littoral / Incendies / Forêts - La Trilogie

1
2
3
4
5

Chaillot - Théâtre national de la Danse , Paris

Du 09 au 18 septembre 2010
Durée : 11h30 (2 entactes, 1 pause)

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Les trois spectacles ont révélé Wajdi Mouawad, l'auteur et metteur en scène libano-québécois au public, conquis par le souffle épique de ses pièces. Plus de 11 heures de théâtre pour une odyssée du temps présent qui nous entraîne aux sources mêmes de notre existence. Indispensable.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 18 septembre 2010

 

Littoral / Incendies / Forêts - La Trilogie

De

Wajdi Mouawad

Mise en scène

Wajdi Mouawad

Avec

Jean Alibert

,

Annick Bergeron

,

Gérald Gagnon

,

Tewfik Jallab

,

Yannick Jaulin

,

Andrée Lachapelle

,

Jocelyn Lagarrigue

,

Linda Laplante

,

Catherine Larochelle

,

Isabelle Leblanc

,

Marie-France Marcotte

,

Julie McClemens

,

Bernard Meney

,

Ginette Morin

,

Mireille Naggar

,

Valeriy Pankov

,

Marie-Eve Perron

,

Lahcen Razzougui

,

Isabelle Roy

,

Emmanuel Schwartz

,

Guillaume Severac-Schmitz

,

Richard Thériault

L'intégrale de la trilogie est entrecoupée par deux entractes et une pause pendant lesquelles vous pourrez vous restaurer, boire un verre et flâner à loisir.
Chaque pièce composant l'intégrale sera également représentée indépendamment des autres.

 Avec Littoral, Incendies, Forêts, trilogie acclamée sur nombre de scènes dont celle du Festival d’Avignon, Wajdi Mouawad aborde la question de la promesse non tenue « ou plutôt de celle que l’on profère et que l’on tente de tenir ». Wajdi Mouawad est né au Liban, pays qu’il quitte à l’âge de huit ans en pleine guerre civile. Un exil qui le conduit, avec sa famille, à Paris puis au Québec. Créateur multiple, acteur, auteur, réalisateur, Wajdi Mouawad signe avec ces trois pièces Littoral, Incendies et Forêts une épopée théâtrale bouleversante qui renouvelle la langue dans sa puissance poétique. Elle est présentée dans son intégralité, ici au Théâtre National de Chaillot, pour la dernière fois.

Philippe Noisette

  • La trilogie

Littoral : c’est l’histoire de Wilfrid, de son voyage initiatique, terrible et émouvant, sur la terre de ses ancêtres. En apprenant la mort de son père inconnu, il décide de lui offrir une sépulture dans son pays natal. A travers les rencontres qu’il fera, Wilfrid se découvre, comprend quel conflit ont fui ses parents, comment il porte en lui cette histoire, fondement même de son identité.

Incendies : Nawal a passé les dernières années de sa vie enfermée dans un silence inexpliqué. Lorsque son notaire Hermile Lebel révèle ses dernières volontés à ses jumeaux Jeanne et Simon, ceux-ci sont confrontés à un questionnement existentiel concernant leurs origines et notamment la vie de leur mère.

Forêts : une très grande et souvent tragique traversée du XXe siècle à travers la complexe histoire d'une famille qui a vécu de près les grands drames européens.

  • Interview de Mouawad

En quoi Littoral, Incendies, Forêts constituent une trilogie ?
Littoral, Incendies et Forêts abordent la question de la promesse non tenue, ou plutôt de celle que l’on profère et que l’on tente de tenir, et des raisons pour lesquelles on ne la tient pas, les conséquences et les raisons de ces conséquences.

Les histoires sont-elles nées en même temps ?
C’est davantage un jeu et quelque chose qui est apparu au moment de l’écriture d’Incendies. Je réalisais que si Littoral était l’histoire d’un fils devant son père, Incendies était celle d’une fille devant sa mère. La forme des deux spectacles me donnait l’impression d’une continuité dans l’idée d’un théâtre de récit, épique et tragique. Alors, comme Incendies était le feu et Littoral, l’eau, je me suis amusé à imaginer la terre et l’air, ce qui a donné naissance à cette impression de tétralogie qui, avec Forêts, s’est confirmée.

Comment ce quatuor se développe t-il depuis 1997 ?
Depuis la création de Forêts, je comprends qu’il s’agit d’un triptyque suivi d’un point d’orgue. Il m’est impossible, après Forêts, de me lancer dans un récit de la même nature, car j’aurais alors le sentiment de la redite. C’est en cela que Forêts représente pour moi une sorte de finalité sur le plan formel. L’histoire embrasse si largement les histoires qui m’ont jusque-là habité, que raconter une histoire serait, pour moi et concernant mon lien avec l’écriture, réducteur. La quatrième partie, qui a pour titre Ciels, est une chose différente qui vient contredire tout ce que j’ai tenté de raconter avec Littoral, Incendies et Forêts, quelque chose qui pourrait affirmer que le passé et les origines ne sont pas nécessaires pour avancer dans la vie.

Avez-vous l’impression, avec ce projet, de labourer toujours le même terrain, et qu’il n’y ait qu’ainsi qu’on puisse aller au fond des choses ?
Les Grecs croyaient que lorsque l’on est condamné à faire et à refaire le même geste, c’est pour trouver où, dans ce geste, une erreur s’est glissée. Ils ne voyaient pas cela comme un comportement névrotique ni comme un ressassement maladif, mais comme un défi passé à l’homme pour tenter, dans la répétition, de trouver ce qui a failli. Raconter toujours la même histoire ressemble, dans mon cas, je crois, à cette tentative de trouver où, dans l’histoire, s’est glissée l’erreur me condamnant à un étrange chagrin.

  • La presse

« Mouawad est l'artisan d'un théâtre qui raconte le monde, le déploie, le déroule comme une fresque, celui qui fait danser sans honte aucune, l'émotion et la fable, la vie des gens avec le tragique immémorial de la condition humaine. » Télérama

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Littoral / Incendies / Forêts - La Trilogie

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment