Le baiser de la femme araignée

1
2
3
4
5

Avant-Seine , Colombes

Le 15 avril 2008

CONTEMPORAIN

Un spectacle fusion entre théâtre, cinéma et rock. Dans une prison de Buenos Aires, deux hommes enfermés se parlent et distraient leur solitude par le récit de films hollywoodiens que Molina, condamné pour détournement de mineurs, fait à Valentin, son compagnon de détention qui a été soustrait à la guérilla par la police argentine. Au fur et à mesure de l’intrigue on découvre l’affreux stratagème : la libération conditionnelle de Molina sera le prix de sa fourberie. Quelle est la règle de ce jeu ? La trahison changera-t-elle de camp ?
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 15 avril 2008

 

Le baiser de la femme araignée

De

Manuel Puig

Mise en scène

Yann Dacosta

Avec

Bruno Bayeux

,

Sarah Bensoussan

,

Pablo Elcoq

,

Vincent Fouquet

,

Emmanuel Noblet

  • Un spectacle fusion entre théâtre, cinéma et rock

Après avoir été fécondées, les araignées femelles dévorent les mâles. C’est le fameux « baiser de l’araignée ». Dans cette société arachnide, pour survivre il faut tuer ses amis…

Dans une prison de Buenos Aires, deux hommes enfermés se parlent et distraient leur solitude par le récit de films hollywoodiens que Molina, condamné pour détournement de mineurs, fait à Valentin, son compagnon de détention qui a été soustrait à la guérilla par la police argentine. Au fur et à mesure de l’intrigue on découvre l’affreux stratagème : la libération conditionnelle de Molina sera le prix de sa fourberie. Quelle est la règle de ce jeu ? La trahison changera-t-elle de camp ?

C’est enfermés que Molina (prisonnier de ses stéréotypes hollywoodiens) et Valentin (enfermé dans ses clichés marxistes) pourraient bien s’affranchir des rôles qui les poussent à reproduire les modèles imposés par la société. Devenir libres… mais aussi en découvrir le prix. Et si cette cellule assiégée par la violence extérieure de la dictature devenait en fait l’île paradisiaque de toutes les libertés, mêmes transgressives ?

« Mon idéal serait d'asseoir un jour le lion de la Metro-Goldwyn-Mayer sur le divan du docteur Freud ». Manuel Puig

« Raconter c’est apprendre à mourir. » Milagros Ezquerro

Traduction française d’Albert Bensoussan, publiée aux Editions du Seuil.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le baiser de la femme araignée

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment