Lalalangue - Prenez et mangez-en tous

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre du Soleil , Paris

Du 29 janvier au 09 février 2020
Durée : 1h15

CONTEMPORAIN

,

Seul(e) en scène

C'est le témoignage du Petit Poucet devenue femme, qui nous raconte l'enfance dans l'antre de la mère dévoratrice et du père doux dingue qui parle aux arbres. C'est le récit de la vengeance de cette mère, de sa folie catholique, et de la petite fille qui s'est sauvée par la psychanalyse et le théâtre. Un conte contemporain un brin puritain à faire froid dans le dos, et à faire rire à s'en déboîter la mâchoire.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 10 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Lalalangue - Prenez et mangez-en tous

De

Frédérique Voruz

Mise en scène

Simon Abkarian

Avec

Frédérique Voruz

  • Conte contemporain qui fai froid dans le dos

L'histoire de Lalalangue est avant tout l'histoire d'une mère. Du corps d'une mère. Un corps unijambiste, cette mère ayant perdu sa jambe gauche lors d'un accident de montagne et qui dit sur son lit d'hôpital : « je me vengerai sur les enfants ».

C'est le témoignage du Petit Poucet devenue femme, qui nous raconte l'enfance dans l'antre de la mère dévoratrice et du père doux dingue qui parle aux arbres.

C'est le récit de la vengeance de cette mère, de sa folie catholique, et de la petite fille qui s'est sauvée par la psychanalyse et le théâtre.

Un conte contemporain un brin puritain à faire froid dans le dos, et à faire rire à s'en déboîter la mâchoire.

  • La presse

« Bouleversant, Drolatique, Époustouflant (...) Quel talent ! Frédérique Voruz nous émeut, nous chavire, nous amuse et nous interpelle. » critiquetheatreclau.com

« Sans jamais se victimiser, ni larmoyer, dans un jeu d’actrice impétueux et précis,- qui s’est forgé notamment auprès d’Ariane Mnouchkine et de Simon Abkarian – Frédérique Voruz nous emmène comme une tornade dans un passé désormais digéré. Elle aurait pu disparaître, mais en posant les faits les uns après les autres presque avec méthode, en utilisant l’humour comme un abrasif, elle fait de cette histoire émouvante et tumultueuse une ode à ce métier de comédienne qui lui a permis de se reconnaître et de s’ouvrir à une autre vision d’elle-même. Une vision qui rassemble les opposés, qui intègre la douleur et les rires, la dévoration et la renaissance. » Theatrorama

  • Note d'intention

La « Lalalangue » est en psychanalyse Lacanienne le nom donné au dictionnaire familial. Cet ensemble de mots qui ne veulent dire quelque chose que pour une famille donnée. Dans ce texte donc il sera aussi question du langage, du poids des mots comme fiction qui devient réalité. Lacan dit «Les paroles restent, les écrits ne restent pas. »

L’histoire de Lalalangue est avant tout l’histoire d’une mère. Du corps d’une mère. Un corps unijambiste, cette mère ayant perdu sa jambe gauche lors d’un accident dans les Calanques de Marseille, et qui dit sur son lit d’hôpital : « Je me vengerai sur les enfants ».

« Il y a toujours quelque chose à résoudre dans les liens de la famille, comme si il y avait là quelque chose à comprendre, comme si il y résidait toujours un problème non résolu dont la solution est à chercher dans ce que la famille a de caché. »

Selon Jacques-Alain Miller, on pourrait dire que famille = traumatisme.

La famille est unie par un secret, un non-dit. Quel est ce secret ? C’est un désir non-dit. Le secret de la jouissance maternelle.

La puissance des mères est bien réelle, visible : sans elle, ou un substitut, l’enfant est promis à la mort.

C’est à la perception de cette toute puissance que l’on doit, dans les contes de fées, le personnage mythique de l’ogre, mangeur de petits enfants.

Et la jubilation de l’enfant, lorsque lui est racontée cette histoire terrifiante, est un reflet de sa terreur d’être mangé, absorbé, de disparaître au sein de la mère : illustration de la puissance, de la séduction qu’elle exerce, de la nécessité de parer au danger qu’elle représente potentiellement pour son enfant.

Le monde maternel est pour l’enfant le monde tout court, le seul dont il ait des perceptions directes. Mais pour que l’enfant trouve sa place dans le monde, il faut qu’il soit exclu du monde maternel, exactement comme il a dû être chassé du paradis utérin pour exister. Pour cela il faut que la Mère le considère comme un être distinct d’elle-même, dont elle est manquante, il faut qu’elle accepte qu’il soit un autre, hors d’elle.

Mais ceci peut ne pas se produire : l’enfant, bien que détaché physiquement, n’est pas considéré par la mère comme un autre, il n’a pas plus de présence pour elle que son bras ou sa jambe, il continue de faire partie d’elle-même.

Une mère qui considérait ses enfants, chiens, et autres objets vivants comme faisant partie d’elle, comme des extensions de son corps. Son corps composé de deux partie : l’une permanente et l’autre substituable.

Une mère qui s’est réfugiée dans une jouissance catholique de martyre, qui aimait à se priver de tout, emmenait ses filles visiter les clochards et disait que Dieu nous regardait d’en haut en permanence.

Dieu nous a à l’oeil !

Une mère qui hait ses filles, voulait des garçons.

Un père absent, écrasé par la culpabilité de l’accident car premier de cordée, qui s’est réfugié dans le non-dialogue et s’est dédié au piano et à l’orgue.

Une petite fille, prise dans les rets de la folie de ses parents. De sa mère qui croyait avoir tous les droits sur elle et qui tente d’apporter une dose de rêve à son réel.

Qui s’évade en se racontant des histoires, rêve de se faire kidnapper par Leonardo Di Caprio, se cache sous la douche pour que « Jésus ne voit pas sa zézette ».

Et une voix. Une voix homérique, celle de la psychanalyste à laquelle la petite fille doit son salut. La voix qui a su se faire douce quand il le fallait et qui l’a raccrochée à la vie.

Qui a une volonté subversive, irrévérencieuse, puissante de vivre !

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Lalalangue - Prenez et mangez-en tous

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment