La Finta Cameriera ovvero Don Calascione

1
2
3
4
5

Le Monfort théâtre , Paris

Du 27 au 28 février 2001

CLASSIQUE

Ni opéra séria, ni tout à fait farce pure, l’opéra " buffa " napolitain passe sans crier gare du pathétique au grotesque, du rire aux larmes. Ici, tout va très vite et repose sur une double virtuosité : jeu et vocalité, essentiellement, mais aussi la fraîcheur d’interprétation, gr
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 28 février 2001

 

La Finta Cameriera ovvero Don Calascione

De

Gaetano Latilla

Mise en scène

Christophe Galland

Avec

Giuseppe de Vittorio

,

Stefano di Fraia

,

Maria Ercolano

,

Axel Everaert

,

Emmanuella Galli

,

Cyrille Gerstenhaber

,

Boris Grappe

,

Roberta Invernizzi

,

Stéphanie Marco

,

Thomas Morris

,

Giuseppe Naviglio

,

Cinzia Rizzone

,

Francesca Russo-Ermolli

,

Pierre Thirion-Vallet

,

Florence Villevière

Naples, 1738. Opéra bouffe en trois actes de Gaetano Latilla. Livret de Giovanni Barlocci d’après G.A.Federico / Recréation en France depuis 1752

Ni opéra séria, ni tout à fait farce pure, l’opéra " buffa " napolitain passe sans crier gare du pathétique au grotesque, du rire aux larmes. Ici, tout va très vite et repose sur une double virtuosité : jeu et vocalité, essentiellement, mais aussi la fraîcheur d’interprétation, grande maîtrise du mouvement et de la figure en situation. Eloge de la variation dans la quête éperdue de l’objet aimé ; chacun tour à tour, cache et dévoile les différents masques qu’amour lui fait prendre. Dans un jeu de portes qui se dérobent, et de travestissements à tout crin, La Finta Cameriera se livre sans fard à la truculence d’un monde où tout est encore allègrement possible. La Finta Cameriera fut représentée en 1738 à Rome et remporta rapidement un grand succès. L’œuvre fut à l’affiche des scènes italiennes sans interruption de 1738 à 1752, puis en Europe ( parfois sous la forme d’un intermède ) : Londres (1749), Paris (1751), Bruxelles (1755), Hambourg (1758), Mannheim, Livourne (1760). La Finta Cameriera connut également un vif succès lors de sa reprise parisienne, participant activement avec La Serva Padrona de Pergolèse à la " Querelle des Bouffons ".

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La Finta Cameriera ovvero Don Calascione

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment