La Dame aux camélias

Odéon - Théâtre de l'Europe , Paris

Du 07 janvier au 04 février 2012

CLASSIQUE

,

Coups de coeur

Frank Castorf n’a pas son pareil pour tirer les dissonances les plus provocatrices d’une œuvre. Il s’attaque à un mythe et sa mise en scène revient au roman dans sa version première afin de rendre à Marguerite, interprétée par Jeanne Balibar, toute sa dangereuse puissance critique. Spectacle déconseillé aux moins de 16 ans.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 04 février 2012

 

La Dame aux camélias

De

Alexandre Dumas

Mise en scène

Frank Castorf

Avec

Jeanne Balibar

,

Jean-Damien Barbin

,

Vladislav Galard

,

Sir Henry

,

Jean-François Perrier

,

Ruth Rosenfeld

,

Claire Sermonne

Certaines scènes de ce spectacle peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, il est donc déconseillé aux moins de 16 ans.

  • Quand l’enfant terrible de la RDA s’attaque à un mythe

Frank Castorf retrouve cette saison encore, les planches de l’Odéon en passant d’un mythe à un autre : de Dumas père à Dumas fils, de Kean à Marguerite Gautier, du comédien absolu à la fille entretenue. Et, le fait est assez rare pour le souligner, il passe d’une troupe allemande à une équipe de brillants interprètes français.

Frank Castorf, ironiste versatile et engagé, n’a pas son pareil pour revisiter les classiques et en tirer les dissonances les plus provocatrices. L’enfant terrible de la RDA, qui a grandi au rythme de la contre-culture rock américaine et des films des plus grands, s’est distingué dés ses premiers spectacles : jugés incorrects par la censure, ils sont retirés de l’affiche. Après la chute du mur il prend la direction de la Volksbühne, mais il ne s’est toujours pas assagi continuant d’imposer ses visions iconoclastes.

Frank Castorf s’attaque ici à un mythe et sa mise en scène consiste à revenir à la version première de La Dame aux camélias, aux dimensions romanesque et sociales d’une intrigue où éclate la liberté d’une femme se moquant de la morale. Ce n’est donc pas au mélodrame que s’intéresse ce metteur en scène, mais au roman et c’est ce matériau de base qui rend à Marguerite toute sa troublante et dangereuse puissance critique.

A partir de l'œuvre d'Alexandre Dumas fils et de fragments de textes de Heiner Müller et Georges Bataille.

  • La presse

« Fort de sa croyance dans le pouvoir du théâtre de changer la face du monde, Frank Castorf emporte haut la main son pari de donner à chacun le courage de se retrousser les manches pour continuer un combat qui reste d'avant-garde, celui de faire gagner la révolution des idées. » Patrick Sourd, Les Inrockuptibles, 18 janvier 2012

« Venu des tréfonds de l'aliénation du socialisme réel, [Castorf] braque ses projecteurs aveuglants sur notre névrose capitaliste, nationale, mentale. Alors beaucoup ne lui pardonnent pas ce qui devrait lui valoir ovation. » Antoine Perraud, Médiapart, 10 janvier 2012

« Le théâtre est toujours pour lui une métaphore de l’écroulement du monde, autant qu’une invitation à réfléchir par soi-même. D’images choc en associations inattendues, les spectacles de Castorf sont des monstres poétiques, dont l’impact à long terme l’emporte largement sur les agacements qu’ils peuvent susciter à première vue. » René Solis, Libération, 10 janvier 2012

« Une variation déconcertante et captivante de la pièce de Dumas.  » Didier Méreuze, La Croix, 9 janvier 2012

« Castorf décoiffe et réinvente La Dame aux camélias. » Jean-Pierre Thibaudat, Rue89, 10 janvier 2012

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La Dame aux camélias

0 Note

5 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Frédéric P. (7 avis) 04 février 2012

RE: RE: RE: La Dame aux camélias Magistralement nul ! Une sorte de montages de textes et de successions de tableaux sans messages apparents. La désagréable impression de ne pas faire partie de "l'élite" à qui ce spectacle s'adresse peut-être. Dommage que l'annonce du spectacle aux abonnés (en juin dernier) ne donnait pas d'indication autre que le titre et l'auteur : Alexandre Dumas ! Dommage surtout qu'il n'a pas été dit, alors, que le spectacle était déconseillé aux moins de 16 ans. Pour un théâtre populaire et public à visée familiale, cela fait tâche. Je me demande comment une telle production a pu être montée ? copinage inter-bobo ? amusement d'intellos provos ? Beurk...
0
0
1
2
3
4
5
Par

Yuna K. (1 avis) 18 janvier 2012

RE: RE: La Dame aux camélias Super, Vous m'avez décidé. J'y vais, moi j'adore l'art dégénéré. Salut les rétro!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Serge B. (2 avis) 14 janvier 2012

RE: La Dame aux camélias Un "spectacle" hélas caractéristique d'un certain théâtre contemporain: laideur, incohérence, fausse subversion, mépris du spectateur et des comédiens, boursouflure intellectuelle, imposture généralisée. A fuir absolument!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Colette P. (1 avis) 08 janvier 2012

RE: La Dame aux camélias Totalement d'accord! De plus , il est choquant d'utiliser les deniers publics pour présenter .......ça!! Au sortir du théâtre , plus exactement après l'entracte , nombreux spectateurs 'indignés' communiquaient spntanément dans la rue , tous âges confondus... Il semblerait qu'environ 2/3 des spectateurs quittèrent la salle après l'entr'acte..
0
0
1
2
3
4
5
Par

Wael R. (1 avis) 07 janvier 2012

La Dame aux camélias Il arrive parfois de tomber malencontreusement sur des pièces de mauvaise qualité. Si vous cherchez les ordures et creusez sans fin jusqu'à arriver a toucher le fond de la poubelle poussez un peu votre effort et creusez encore un peu : vous trouverez peut être dessous La Dame au Camelia de Frank Castorf. Cette pièce est grossière, vulgaire et incompréhensible. Elle représente en elle seule l’apogée des dérives malsaines de l’art contemporain consistant a mettre l’accent sur des éléments choquants et crus a répétitions pour transmettre un soi disant message qui se perd totalement en route. Et quand on pense que cette pièce est chaudement recommandée par Telerama, Arte et j’en passe. L’arnaque du siècle.
0
0

Spectacles consultés récemment