L'École des femmes

Odéon - Théâtre de l'Europe , Paris

Du 09 novembre au 29 décembre 2018
Durée : 2 heures environ

CLASSIQUE

,

Comédie de moeurs

,

Sélection Evénement

Stéphane Braunschweig se propose d’explorer le roman caché de la pièce de Molière. Au théâtre d’entrebâiller les volets fermés – pour découvrir peut-être une autre Agnès, celle qui échappe au fantasme d’Arnolphe – et de faire résonner le comique, aussi noir qu’étrange, de la folie moliéresque.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,50 €,23,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

L'École des femmes

De

 Molière

Mise en scène

Stéphane Braunschweig

Avec

Suzanne Aubert

,

Laurent Caron

,

Claude Duparfait

,

Yannick Gonzalez

,

Thierry Paret

,

Anna Rodriguez

,

Assane Timbo

  • Le roman caché de la pièce

Lue d’aujourd’hui, L’École des femmes distille un fort malaise. Malaise devant la folie totalitaire d’Arnolphe, qui a tenu à l’écart du monde une jeune fille depuis ses quatre ans dans le projet de l’épouser ; malaise devant l’ignorance de cette jeune fille, dont on ne sait si elle relève d’une inadaptation au monde ou d’une ruse de survie. Cette situation d’enfermement, à la fois physique et idéologique, est d’une violence rare ; la cruauté qui en découle va peu à peu se retourner contre Arnolphe avec l’intensité des cauchemars.

Toute la pièce se déroule devant la maison qui “abrite” Agnès. Mais Molière a ménagé de mystérieuses ellipses entre les actes, pour des scènes qui se passent dans le secret de la maison, et qui seront ensuite – plus ou moins…– racontées. Autant d’espaces de fantasme et d’appels à s’engouffrer dans le roman caché de la pièce.

Comme il l’avait fait pour Tartuffe (Odéon, 2008), c’est ce roman que Stéphane Braunschweig se propose d’explorer. Au théâtre d’entrebâiller les volets fermés – pour découvrir peut-être une autre Agnès, celle qui échappe au fantasme d’Arnolphe – et de faire résonner le comique, aussi noir qu’étrange, de la folie moliéresque.

« Dans un petit couvent, loin de toute pratique,
Je la fis élever selon ma politique,
C’est-à-dire ordonnant quels soins on emploierait
Pour la rendre idiote autant qu’il se pourrait. »
Molière : L’École des femmes, acte I, scène 1

  • La presse

« Claude Duparfait est irrésistible de drôlerie en psychorigide corseté de principes et qui se débat contre sa libido (...) Mais le rire est noir et la gorge se serre devant sa détresse. Le génie de l’acteur est en effet de mêler ridicule et tragique, grotesque et chagrin. (...) Suzanne Aubert est aussi une partenaire idéale qui fait d’Agnès une jeune femme aux réactions mystérieuses, en quête d’elle-même. (...) Il [Molière] parle ici comme personne du désarroi des femmes. Et des hommes face à elles. Stéphane Braunsweig réussit une mise en scène qui saisit admirablement les liens fragiles, fous et fascinants, brûlants et inquiétants entre les sexes. » Fabienne Pascaud, Télérama TT

«  Stéphane Braunschweig offre le meilleur de ce que peut être une vision ­contemporaine de la pièce, portée par une intelligence lumineuse, et un véritable point de vue. (...) La dimension comique est bien là, elle fonctionne impeccablement. Mais c’est un rire de plus en plus noir et malaisant au fur et à mesure qu’avance la pièce, qui finit par se coincer dans la gorge. » Fabienne Darge, Le Monde, 15 novembre 2018

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : L'École des femmes

3 Notes

3 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(2)

Très bon


(0)

Bon


(1)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Gladys P. (1 avis) 19 novembre 2018

Exellent j'ai adore la pièce de théâtre.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Natalia H. (3 avis) 19 novembre 2018

Un moment un peu ennuyant... J'ai adore le concept de Molière modernisé et la scénographie très esthetique visuellement en revanche la pièce était un peu ennuyante et le jeu des acteurs un peu décevant...
0
0
1
2
3
4
5
Par

Paule M. (19 avis) 18 novembre 2018

un très fort moment de théâtre classique La pièce est certes "modernisée" mais avec beaucoup d'intelligence et en respectant bien le texte et l'esprit du texte. Claude Duparfait est un grand, un très "grand" Arnolphe Une des meilleures mises en scène d'une pièce de Molière de ces 10 dernières années!
0
0

Spectacles consultés récemment