Comme il vous plaira

1
2
3
4
5

Ménilmontant , Paris

Du 17 au 20 juin 2017
Durée : 1h30

CLASSIQUE

Rosalinde tombe amoureuse d’Orlando. Mais elle est bannie par son oncle et s’enfuit dans la forêt d’Ardenne.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 20 juin 2017

 

Comme il vous plaira

De

William Shakespeare

Mise en scène

Aurélie Toucas

Avec

Clémentine Bernard

,

Pierre Léandri

,

Brice Ormain

,

Zacharie Saal

,

Tristan Zerbib

  • L'histoire d'amour

Rosalinde et Orlando s’aiment au premier regard.

Sans avoir eu le temps de se faire la cour, ils sont rattrapés par leurs problèmes qui les forcent à s’enfuir chacun de leur côté. Rosalinde fuit son oncle le Duc Frédéric qui a usurpé le pouvoir auprès de son père. Elle s’enfuit avec sa cousine Célia, la propre fille du Duc et le bouffon, Pierre de Touche. Afin de ne pas être reconnue, elle se travestie en homme pour ne pas éveiller les soupçons lors de son voyage.

Orlando de son côté est en danger de mort. Son frère aîné, Olivier, depuis la mort de leur père, ne voit en lui qu’un rival à éliminer afin de garder l’héritage. Orlando n’a pas d’autre choix que de fuir dans la forêt. Depuis que le Duc Frédéric est au pouvoir toute une partie de la noblesse a fuit dans la forêt. Ainsi Rosalinde, maintenant appelée Ganymède, rencontre ces partisans en exil et s’installe dans une maison à proximité.

Orlando dans sa fuite décide de rejoindre le groupe de partisans et s’installe dans la forêt à son tour. Malgré sa situation, il ne peut oublier Rosalinde qu’il n’a pas revu depuis sa fuite et décide de graver son amour sur les arbres sous forme de poèmes. Rosalinde, également amoureuse d’Orlando, le rencontre sous l’apparence de Ganymède. Il ne la reconnaît pas. Afin de tester son amour, elle fait mine de lui conseiller de ne plus l’aimer. Elle se propose même de jouer son propre rôle pour l’aider dans sa tâche. Orlando pense donc parler à Ganymède, un gentilhomme rencontré dans la forêt, alors qu’en fait il s’agit de Rosalinde habillée en homme.

La situation se complique lorsque Phébé, une bergère des environs, dont Silvius (son prétendant) est amoureux, va elle aussi tomber amoureuse de Ganymède donc Rosalinde. Enfin, Silvius, Phébé, Ganymède, et Orlando sont réunis dans une dispute où chacun tente de savoir quels couples vont se former. Ganymède affirme qu’il va résoudre le problème si Orlando promet d’épouser Rosalinde, et si Phébé promet d’épouser Silvius, dans l’éventualité où celle-ci ne pourrait pas épouser Ganymède.

Orlando rencontre Olivier dans la forêt et le sauve d’une lionne. Ce dernier se repent alors d’avoir maltraité Orlando. Olivier rencontre Aliena, qui est en fait Célia la cousine de Rosalinde déguisée en pauvre femme pour échapper à son père et tombe amoureux d’elle. Orlando et Rosalinde, Olivier et Célia, et Silvius et Phébé, se marient tous dans la scène fi nale. Ils découvrent alors que le Duc s’est repenti de ses fautes et a décidé de rétablir son frère en tant que duc légitime et d’adopter une vie religieuse.

  • Note d'intention

Nous formons un groupe de comédiens/metteur en scène d’univers artistiques différents. Certains viennent du théâtre dit privé d’autres public, de la comédie de boulevard, du théâtre, de la danse ou de la musique. J’ai choisi de nous regrouper autour de Comme il vous plaira de William Shakespeare. Dans ce texte il est question de vie ensemble, c’est ce que je souhaite mettre en valeur. Chaque individualité vie dans cette forêt, en communauté. Je crois que chaque individualité rejoint un collectif et que ce collectif fait écho en chacun. Dans les temps bousculés que nous vivons en ce moment, où nous entendons les mots : accueil, territoires, invasions.

Je souhaite nous interroger : « est-il si diffi cile de vivre ensemble ? Si différents soyons-nous ? » Avec Comme il vous plaira, je souhaite une terre où il est possible de vivre en communauté, où chacun trouve le moyen d’exister et d’habiter ce qu’il est et ce qu’il pense. Une terre d’exilés, puisque chacun vie dans cette forêt parce qu’il n’a pas été accepté par une société fi ctive décrite par Shakespeare. Je souhaite créer un lieu ou chaque personnage a une identité propre, dessinée à la serpe. Pour cela, je destine la majeure partie de mon travail à la direction d’acteur. Aller chercher en chacun un corps et une voix. Utiliser ce qu’ils sont et mettre en valeur leurs différences. Je suis convaincue que le théâtre est un art du collectif, que nous avons besoin, pour nous exprimer, de l’autre. Comme il vous plaira sera une histoire de bande, un spectacle choral.

Dans ce texte, il est également question d’identité, de genre et de désir. L’héroïne, Rosalinde, se travestie en homme pour fuir son oncle qui l’a banni. Elle joue, bien sûr, de chaque situation trouble qui se présente à elle. A l’instar de Rosalinde, d’autres personnages et relations sont troubles. On peut se questionner sur l’identité sexuelle et de genre de chacun. Ces questions sont encore complexes dans notre société. Doit-on se défi nir par notre genre ? Peut-on désirer hommes et femmes quelque soit notre sexe ? Et si oui, quel regard portons-nous là-dessus ? Pour développer cet aspect, j’ai choisie de mettre au plateau une femme dans le rôle de Rosalinde et tous les autres rôles seront tenus par des hommes. Ainsi, je souhaite emmener le récit dans les troubles de l’identité. Dans les comédies de Shakespeare, à mon sens, les femmes sont de jeunes vierges effarouchées, des garçons manqués, ou des femmes légères.

Je souhaite faire entendre une parole de femme dans la bouche d’un homme ainsi l’appuyer et mettre en valeur certaines pensées de Shakespeare sur le féminin, ainsi interroger notre époque sur la place de la femme. Je ne souhaite pas marquer le sexe par les apparats de costumes, ou de changements voix. Peut-on nous-mêmes proposer une nouvelle société ? Une façon de vivre au plus proche de ce qu’on est ? Une société qui obéit à nos propres règles et lois ? Serait-ce une meilleure façon de s’accomplir, d’avoir un acte citoyen fort que d’éclater les codes ?

Je tenterai de répondre à cela avec cette mise en scène. En traitant ces sujets, je prendrai soin de rester ouverte à tous les langages possibles, le chant, la musique, le corps, et le geste, de développer le visuel et l’auditif. Je suis convaincue que la scène est le lieu de tous les arts. L’acteur sera « manipulateur », s’éclairant parfois lui même, s’accompagnant de son instrument, chantant, dansant. Je prendrai l’instinctif comme point de départ, le geste provoquant le mot, chercher ainsi dans le corps les questionnements que je soulève, s’approcher d’une parole moins raisonnée, plus organique.

Tel est mon ambition pour Comme il vous plaira.

Aurélie Toucas

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Comme il vous plaira

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment