Ariane à Naxos (Ariadne auf Naxos)

1
2
3
4
5

Opéra Bastille , Paris

Du 22 janvier au 19 février 2015
Durée : 2h40 avec un entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Opéra

,

En langue étrangère

« La musique est un art sacré, qui réunit les audaces les plus folles, tel Chérubin sur un trône étincelant ! » Telle est la profession de foi que lance à tue-tête le Compositeur à la fin du prologue d’Ariane à Naxos. Karita Mattila chante un des chefs-d’oeuvre de Strauss et Hofmannsthal. En langue allemande.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 19 février 2015

 

Photos & vidéos

Ariane à Naxos (Ariadne auf Naxos)

De

Richard Strauss

,

Hugo von Hofmannsthal

Mise en scène

Laurent Pelly

Direction musicale

Michael Schonwandt

Avec

Kévin Amiel

,

Edwin Crossley-Mercer

,

Cyrille Dubois

,

Daniella Fally

,

Martin Gantner

,

Andryi Gnatiuk

,

Franz Grundheber

,

Dietmar Kerschbaum

,

Sophie Koch

,

Piotr Kumon

,

Ruzan Mantashyan

,

Karita Mattila

,

Oleksiy Palchykov

,

Ugo Rabec

,

Agata Schmidt

,

Olga Seliverstova

,

Klaus Florian Vogt

En langue allemande.

« La musique est un art sacré, qui réunit les audaces les plus folles, tel Chérubin sur un trône étincelant ! » Telle est la profession de foi que lance à tue-tête le Compositeur à la fin du prologue d’Ariane à Naxos. De l’audace, en effet, le chef-d’oeuvre de Strauss et Hofmannsthal n’en manque pas : il se présente en un vaste prologue, nous montrant les coulisses de la création, et un opéra en un acte où se mêlent avec une liberté grisante le sérieux et le bouffe…

Plus que l’illustration du mélange des genres, Ariane à Naxos en est le radieux manifeste. Exposant leur art poétique, Hofmannsthal et Strauss nous donnent en même temps quelques personnages inoubliables : le Compositeur juvénile, idéaliste, amoureux, frère de Mozart et Wagner à la fois ; la lumineuse Zerbinetta, avec ses coloratures insensées nées d’un rire en cascade ; enfin la noble Ariane, personnage de tragédie lyrique chantant aux étoiles, mais que le prologue nous montre dans ses habits moins flatteurs mais si drôles de diva capricieuse. Le monde est un succulent désordre que l’art se charge de remettre en ordre, mais dont il ne peut et ne veut lisser les aspérités et les irréductibles contradictions.

Un des sommets de l’opéra du xxe siècle et le retour attendu de Karita Mattila à l’Opéra de Paris.

Avec l'orchestre de l’Opéra national de Paris.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Ariane à Naxos (Ariadne auf Naxos)

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment