Un vivant qui passe

du 2 décembre 2021 au 7 janvier 2022
1h30

Un vivant qui passe

Nicolas Bouchaud donne un nouveau souffle au documentaire de Claude Lanzmann sur la Shoah. Aussi passionnant qu'effroyable.

Nicolas Bouchaud adapte le documentaire de Claude Lanzmann et réactive l’Histoire à travers ce témoignage, tout en lui donnant une nouvelle dimension. Une pièce sur la banalité du mal, la haine de l'autre, l'acte de montrer et celui de voir. Aussi passionnant qu'effroyable.

  • Le théâtre est partout

Depuis 2010, Nicolas Bouchaud crée régulièrement des spectacles à partir de textes non théâtraux (une interview de Serge Daney à propos du cinéma, un livre de John Berger sur un médecin de campagne, une conférence du poète Paul Celan, un roman de Thomas Bernhard sur notre rapport à l’art et au deuil).

Il s’empare cette fois d’Un vivant qui passe, documentaire de Claude Lanzmann réalisé à partir de rushes non utilisés dans Shoah. Dans celui-ci, les déportés et les soldats nazis restent hors-champ et ce qui est donné à voir est le face-à-face entre le réalisateur et Maurice Rossel, délégué de la Croix-Rouge internationale pendant la Seconde Guerre mondiale, qui, en « visite » à Auschwitz et à Theresienstadt, s’est retrouvé par deux fois au cœur du système d’extermination nazie et affirme n’en avoir rien vu.

C’est en partant à leur tour des rushes d’Un vivant qui passe que Nicolas Bouchaud et ses complices habituels, Éric Didry et Véronique Timsit, se plongent dans cette adaptation. Avec la volonté de réactiver l’Histoire à travers le témoignage de cet homme, ni bourreau, ni victime, qui « est d’une certaine façon celui que nous pourrions tous être ou que nous avons peut-être déjà été » comme le souligne Nicolas Bouchaud. Dans les réponses de Maurice Rossel se dessinent en effet des zones complexes et troubles, celles où l’antisémitisme et la haine de l’autre guettent en embuscade, mais aussi celles des présupposés qui fondent l’acte de voir.

Grâce au sens aigu dont fait preuve Claude Lanzmann pour mener un entretien et faire dérailler le discours jusqu’à ce que surgisse l’arrière-plan d’un paysage et d’une pensée, le dialogue se fait combat, entre un homme qui ne parle qu’avec réticence, et un autre qui avance pied à pied pour faire surgir la parole, comme un metteur en scène face à un acteur. Car le théâtre est ici partout : dans la confrontation des deux hommes, mais aussi dans les paroles de Rossel sur lui-même, et dans la visite qu’il fit à Theresienstadt, ce camp de transit qui servit à faire croire que les Juifs étaient bien traités alors qu’ils interprétaient sous l’œil des visiteurs une comédie macabre, avec la terreur d’être exécutés au moindre faux pas. En confrontant le témoin au souvenir de cette visite, c’est donc l’acte même de la mise en scène qui est interrogé. Quelle différence y a-t-il entre celle qui se met au service du mensonge et de la propagande, et celle qui cherche la vérité ? Et que voit-on, quand on regarde ? Ces lignes de tension troubles, effrayantes, sont au cœur d’Un vivant qui passe.

Laure Dautzenberg

  • La presse

« Comment un homme comme le docteur Rossel, qui se définit lui-même comme situé à gauche, d’origine modeste, a-t-il pu à ce point ne pas voir ? C’est la question vertigineuse que pose le spectacle et que les deux comédiens rendent on ne peut plus agissante et actuelle, dans le présent du théâtre. » Fabienne Darge, Le Monde

Sélection d’avis du public

Une belle soirée de théâtre Par Jean-marc G. - 23 décembre 2021 à 10h39

Une pièce qui donne à réfléchir sur la perception que l'on peut, ou veut, avoir sur les événements vus Une mise en scène sobre mais efficace, on se surprend même à sourire par moment, sur ce sujet grave et deux bons comédiens pour une bonne soirée de théâtre. Je n'ai pas vu passer les 1h30....

Synthèse des avis du public

5,0 / 5

Pour 1 Notes

100%
0%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 1 5
Une belle soirée de théâtre Par Jean-marc G. (1 avis) - 23 décembre 2021 à 10h39

Une pièce qui donne à réfléchir sur la perception que l'on peut, ou veut, avoir sur les événements vus Une mise en scène sobre mais efficace, on se surprend même à sourire par moment, sur ce sujet grave et deux bons comédiens pour une bonne soirée de théâtre. Je n'ai pas vu passer les 1h30....

Informations pratiques

Théâtre de la Bastille

76, rue de la Roquette 75011 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Bastille Salle climatisée
  • Métro : Bréguet-Sabin à 377 m, Voltaire à 391 m
  • Bus : Commandant Lamy à 2 m, Basfroi à 243 m, Charonne - Keller à 244 m, Voltaire - Léon Blum à 384 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de la Bastille
76, rue de la Roquette 75011 Paris
Spectacle terminé depuis le vendredi 7 janvier 2022

Pourraient aussi vous intéresser

- 27%
Dans l'ombre de Caravage

Théâtre de Poche-Montparnasse

- 27%
César ou le poète amoureux

Théâtre de Poche-Montparnasse

La Bell(g)e semaine

Tristan Bernard

- 27%
Parnasse hypnose

Théâtre de Poche-Montparnasse

- 27%
Carte blanche à la Cie du Colimaçon

Théâtre de Poche-Montparnasse

Spectacle terminé depuis le vendredi 7 janvier 2022