Sur la voie royale

Paris 14e
du 5 au 22 octobre 2022
1h30

Sur la voie royale

Ludovic Lagarde poursuit son exploration de l’œuvre de Jelinek, dans un solo pour une actrice, et donne corps au plateau à ses mots comme à des coups de gueule.

Commencé la nuit de l’élection de Donald Trump, Sur la voie Royale est un texte écrit à charge contre celui qui, nouvellement élu, est devenu l’incarnation majeure des dérives populistes contemporaines. Ludovic Lagarde poursuit son exploration de l’œuvre de Jelinek, dans un solo pour une actrice, et donne corps au plateau à ses mots comme à des coups de gueule.

  • Le spectacle

Commencé la nuit de l’élection de Donald Trump, Sur la voie Royale est un texte écrit à charge contre celui qui, nouvellement élu, est devenu l’incarnation majeure des dérives populistes contemporaines.

Ludovic Lagarde poursuit son exploration de l’œuvre de Jelinek, dans un solo pour une actrice, et donne corps au plateau à ses mots comme à des coups de gueule. Si le nom du président américain n’est jamais prononcé, c’est bien de lui dont il s’agit et de ses dérives grotesques - ce roi à la perruque plaquée or, d’une ville qui pourrait être Thèbes. L’autrice autrichienne, l’une des voix les plus puissantes de la littérature germanophone, mêle les registres tragiques aussi bien que comiques. Sont convoqués Freud, Heidegger, Piggy la cochonne et bien sûr Œdipe, aussi aveugle et désemparé que nous.

Les mots projetés au plateau avec puissance par Christèle Tual, sont accompagnés d’une création sonore originale du compositeur autrichien Wolgang Mitterer. À travers ses multiples dimensions, Sur la voie royale met en jeu avec trivialité et virulence l’évolution inquiétante des pratiques de pouvoir aujourd’hui : abus politiques, financiers, autoritaires, sexistes de celles et ceux que nous choisissons pour nous dominer.

  • La presse

« La fabuleuse Christèle Tual se métamorphose à vue durant une représentation rythmée par la musique et où sont convoqués Freud, Œdipe, Piggy la cochonne ou le philosophe Heidegger. » Télérama sortir TT

  • Note d'intention

Comment faire entendre le flow théâtral de Jelinek dans Sur la voie royale ?

Tout le monde est aveugle dans cette pièce. L’écrivaine qui s’y projette en prophétesse aux yeux ensanglantés. Le roi Trump en Œdipe qui fonce vers l’avenir les yeux crevés. Et nous qui savons bien que c’est catastrophique mais laissons grimper sur le trône des figures incarnant le pire de nous-mêmes. C’est à priori l’auteur qui parle dans ce texte mais quelle part d’elle-même ? Est-ce l’enfant meurtrie de l’après-guerre à Vienne, la vieille dame qu’elle dévient aujourd’hui, l’écrivaine célèbre, la féministe, La prix Nobel de littérature, la poétesse radicale ou la femme assidue des réseaux sociaux, la cliente d’Amazon, la spectatrice des séries sur HBO ? Toutes ces voix à la fois. Jelinek engage tout d’elle-même et active avec parfois l’énergie du désespoir, la littérature et l’intelligence face à la violence politique et à la bêtise.

Et lui le roi, de qui s’agit-il ? D’un gosse violent sérieusement frustré qui a mal tourné, d’un génie de la communication, d’un nouveau führer postmoderne, d’un businessman qui a vraiment-vraiment réussi ? Ou de notre pire cauchemar : un clown qui nous emmène rigolard et narquois vers la fin du monde… Comme dans le film Matrix ou dans les romans de James Ellroy, pour arrêter le monstre il faut pénétrer sa psyché au prix de sa propre vie. Jelinek veut détruire le phénomène Trump avant qu’il nous détruise et engage dans ce combat ses moyens littéraires et sa propre existence. L’arme subversive de l’humour et l’usage de blagues dérisoires ou acides font partie de la panoplie.

L’art de Jelinek s’invente « à vue », le texte est la transcription en temps réel de la pensée en train de s’élaborer. Le texte n’a de sens que dans ses multiples interprétations, ses énigmes, visions,  métamorphoses ou révélations. Et à défaut d’action il regorge d’événements. Dans un dispositif abstrait, on assistera sur scène à la transformation continue de l’interprète, pendant  toute  la  durée  de  la  représentation.  Une  maquilleuse,  coiffeuse,  habilleuse, interviendra à vue pour réaliser sur elle un certain nombre de transfigurations. La création musicale de Wolfgang Mitterer sera également réalisée « sur mesure », à même la voix de Christèle Tual.

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre 14

20, avenue Marc Sangnier 75014 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Salle climatisée
  • Métro : Porte de Vanves à 451 m
  • Tram : Didot à 245 m
  • Bus : Porte Didot - Lycée Raspail à 48 m, Victor Hugo à 281 m, Porte de Vanves à 362 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre 14
20, avenue Marc Sangnier 75014 Paris
Spectacle terminé depuis le samedi 22 octobre 2022

Pourraient aussi vous intéresser

La France, Empire

Théâtre de Belleville

- 31%
Guten Tag, Madame Merkel

Pépinière Théâtre

Nos corps empoisonnés

Atmosphère - Espace culturel Jean Montaru

Monsieur Motobécane

Petit Saint-Martin

- 40%
Big Mother

Théâtre des Béliers Parisiens

Spectacle terminé depuis le samedi 22 octobre 2022