Roméo et Juliette

Opéra Bastille , Paris

Du 09 au 30 juin 2021
Durée : 3 heures, avec 2 entractes

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Ballet

Avec Roméo et Juliette, Rudolf Noureev s’empare d’un des chefs-d’oeuvre de Prokofiev et en traduit toute l’émotion dans un ballet où la fougue et la passion restituent fidèlement le drame shakespearien. Il en appelle aux procédés cinématographiques pour concevoir une véritable fresque aux couleurs de la Renaissance, d’une rare émotion et d’une puissante théâtralité.
Continuer la lecture

Places en vente prochainement

Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires. Merci de respecter les gestes barrières, de vous munir d'un masque et de le porter lorsqu'il est exigé.
 

Photos & vidéos

Roméo et Juliette

De

Sergueï Prokofiev

,

William Shakespeare

Chorégraphie

Rudolf Noureev

Direction musicale

Vello Pähn

« Je suis convaincu que la Vérone de la Renaissance et le Londres élisabéthain avaient en commun le sexe et la violence. Ce qui les rapproche singulièrement de notre époque. » Rudolf Noureev

  • Un ballet digne du drame shakespearien

Dans cette production créée pour le Ballet de l’Opéra national de Paris en 1984, Rudolf Noureev fait le choix d’une dramaturgie puissante. Faste et violence, truculence et beauté se mêlent, restituant la passion du drame de Shakespeare. Suivant scrupuleusement la partition de Serguei Prokofiev, elle-même au plus près de la pièce de théâtre, le chorégraphe livre une version de Roméo et Juliette dans laquelle « le jeune garçon devient homme » face à une Juliette passionnée qui, à peine sortie de l'enfance, entre elle aussi tragiquement dans l'âge adulte.

Mais cet amour ne peut se dire au grand jour car leurs familles respectives, les Montaigu et les Capulet, se vouent une haine ancestrale... Inspirés de la Renaissance Italienne, les somptueux décors et costumes d'Ezio Frigerio et Mauro Pagano nous transportent dans une Vérone soigneusement reconstituée.

Ballet en trois actes d'après William Shakespeare
Musique : Serguei Prokofiev
Chorégraphie et mise en scène : Rudolf Noureev (Opéra national de Paris, 1984)
Direction musicale : Vello Pähn
Décors : Ezio Frigerio
Costumes : Ezio Frigerio et Mauro Pagano
Lumières : Vinicio Cheli
Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet
Orchestre de l’Opéra national de Paris

  • La presse

« L’écriture sophistiquée de Rudolf Noureev, qui terrorise toujours les interprètes par sa complexité et son illogisme, se joue ici sur le tranchant de l’épée entre danse et comédie. La construction dramatique des rôles principaux, qui basculent, d’un coup, de l’insouciance au tragique, se double d’une partition chorégraphique éreintante. (...) Pour sa prise de rôle (...) le premier danseur Hugo Marchand (Roméo) a relevé le défi et a eu la chance de s’appuyer sur Dorothée Gilbert (...). Impérieuse, elle fonce, abat un jeu chair de poule millimétré, assumant jusqu’à l’hystérie le parti pris de Noureev. Jusqu’à faire oublier la technique. Plus qu’un exploit.» Rosita Boisseau, Le Monde, 6 avril 2016

  • Une vaste fresque aux allures cinématographiques

Roméo et Juliette, enfants de la Renaissance, se rencontrent à Vérone lors d’un bal masqué et s’aiment dès le premier regard. Mais cet amour ne peut se dire au grand jour, car leurs illustres familles, les Montaigu et les Capulet, citées par Dante dans son Purgatoire, se vouent une haine ancestrale. Leur amour interdit trouvera sa délivrance dans le caveau, ultime et scandaleuse chambre nuptiale des amants sacrifiés sur l’autel des filiations claniques. De cette tragédie, inspirée de nouvelles italiennes des XVe et XVIe siècles, Shakespeare tire en 1595 le thème de sa pièce, Romeo and Juliet. Il y introduit des scènes de comédie, créant les rôles de la nourrice et de Mercutio, et imagine le personnage sombre de Tybalt.

Peu traité avant le XXe siècle, le drame de Shakespeare connaît un déploiement extraordinaire sous la baguette de Berlioz, Gounod et Tchaikovski. Le cinéma propose également ses relectures, ainsi The Goldwin Follies (1938), dans lequel George Balanchine chorégraphie un dénouement heureux réunissant les Capulet en claquettes et les Montaigu sur pointes, mais aussi West Side Story (1961), mémorable comédie musicale de Jerome Robbins.

Lorsque Serguei Prokofiev s’empare du sujet en 1934, répondant à la commande du Ballet du Kirov de Léningrad, il élabore une partition au plus près du drame shakespearien. Écrite peu après le retour du compositeur dans son pays natal, elle conserve la violence harmonique des œuvres futuristes et expressionnistes, mais confirme son rapprochement avec la tonalité classique. D’innombrables chorégraphes classiques et contemporains s’empareront de cette musique : entre autres, Léonide Lavroski (1940), Frederick Ashton et Serge Lifar (1955), mais aussi John Cranko (1958), Birgit Cullberg (1961), John Neumeier (1974), Iouri Grigorovitch (création pour le Ballet de l’Opéra de Paris, 1978) et Angelin Preljocaj (1991).

Rudolf Noureev créé son Roméo et Juliette en 1977 pour le London Festival Ballet et le remanie en 1984 pour son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris. Sa version, fidèle à la pièce shakespearienne, en restitue avec fougue la jeunesse et la passion. Faisant le choix d’une dramaturgie puissante, où se mêlent faste et violence, truculence et cruauté, le chorégraphe conçoit une vaste fresque aux allures cinématographiques qui rend toute son actualité à la tragédie des amants malheureux.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Roméo et Juliette

0 Note

2 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Ottavioli I. (1 avis) 14 juillet 2005

RE: Roméo et Juliette Ce n'est pas vrai. En effet, j'ai réservé 4 places par internet le mercredi 6 juillet pour le lundi 11 juillet. Mais n'ayez aucun regret. J'ai trouvé que le corps de ballet laissait à désirer, Karl Paquette (1er danseur de l'Opéra) danse très mal et il est très gauche. Quant à Agnès Lestetu (Juliette), elle n'est pas vraiment crédible dans son rôle. Bref, j'ai été très déçue.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Serge L. (1 avis) 29 juin 2005

Roméo et Juliette Il est regretable que ce spectacle ne soit donner que si peu de temps et qu'il soit déjà impossible d'avoir des places. Salutations.
0
0

Spectacles consultés récemment