Rien pour Pehuajo

1
2
3
4
5

Théâtre de la Cité Internationale , Paris

Du 05 janvier au 03 février 2001

CLASSIQUE

Une salle de restaurant dont le rituel se dérègle et qui devient la métaphore d’un pays en plein chaos.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 03 février 2001

 

Rien pour Pehuajo

De

Julio Cortázar

Mise en scène

Jean Boillot

Avec

Jean Boillot

,

Serge Brincat

,

Rebecca Convenant

,

Valérie de Dietrich

,

David Maisse

,

Benoît Marchand

,

Hélène Mathon

,

Juliette Maugard

,

Alexis Moati

,

Magali Montoya

,

Jean-Christophe Quenon

,

Guillaume Rannou

,

Anne-Sophie Robin

,

Isabelle Ronayette

Franco : ... Aujourd’hui est un de ces jours où l’on se sent comme dans un bateau ou dans un avion, flottant entre deux éléments, en marge de tout... Ou comme au théâtre. Ou comme dans un rêve. Aujourd’hui nous sommes bizarres, nous n’avons même pas envie de nous aimer. Il doit y avoir une raison à cela. Un anniversaire inconnu, un trou noir dans le calendrier. Va donc savoir.

Julio Cortázar le grand écrivain argentin qui passa tant d’années d’exil en France où il fut d’ailleurs naturalisé en 1981, aimait la symbolique des jeux. Son roman le plus célèbre Marelle proposait au lecteur plusieurs parcours. Rien pour Pehuajo, une des deux seules pièces qu’il ait écrites, fait s’entrechoquer le rituel impeccable du jeu d’échec et le chaos que provoque la transgression des règles. Un restaurant chic devient l’échiquier où se jouent la vie et la mort. Une salle de restaurant chic donc, avec ses clients fidèles et leurs manies, les touristes, les clients d’un jour, les serveurs, le maître d’hôtel. Au centre de tous les regards, le Juge qui vient là tous les jours, sauf les jours où on exécute un de "ses" condamnés. Et tout se dérègle parce que justement on lui annonce l’exécution d’un homme qu’il a jugé. Le jeu s’affole, les masques tombent, les pions sur l’échiquier se révoltent. Tout peut arriver à chaque instant comme dans cette Argentine de Perón que Cortázar a fui.

On a défini le style Cortázar comme un "réalisme magique", ce quotidien qui se laisse envahir par le fantastique. Cortázar aimait le Paris de la nuit, du métro, des galeries couvertes, les heures et les lieux que l’imaginaire transforme et qui font surgir la vérité mieux que la lumière.

Jean Boillot, après nous avoir offert les plaisirs du Décaméron nous entraîne dans cette ronde folle qui tourne jusqu’au délire.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Rien pour Pehuajo

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment