Pelléas et Mélisande

1
2
3
4
5

Opéra Bastille , Paris

Du 07 au 28 février 2015
Durée : 3h14 avec un entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Opéra

Grâce aux personnages de Maeterlinck, à son langage très précis et très vague, si cruel et si juste, Debussy put mettre sur scène le théâtre de ses songes. Philippe Jordan dirige une nouvelle fois la production immaculée de Robert Wilson.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 28 février 2015

 

Photos & vidéos

Pelléas et Mélisande

De

Claude Debussy

,

Maurice Maeterlinck

Mise en scène

Giuseppe Frigeni

,

Robert Wilson

Direction musicale

Philippe Jordan

Avec

Nicolas Cavallier

,

Stéphane Degout

,

Paul Gay

,

Julie Mathevet

,

Franz Josef Selig

,

Doris Soffel

,

Elena Tsallagova

,

Jérôme Varnier

En langue française.

Avant de découvrir la pièce de Maeterlinck, Debussy disait au sujet de l’opéra dont il rêvait : « La musique y commence là où la parole est impuissante à exprimer ; la musique est faite pour l’inexprimable ; je voudrais qu’elle eût l’air de sortir de l’ombre et que, par instants, elle y rentrât ; que toujours elle fût discrète personne. »

Grâce aux personnages de Maeterlinck, à son langage très précis et très vague, si cruel et si juste, Debussy put mettre sur scène le théâtre de ses songes. Il règne sur le château d’Allemonde un funeste enchantement : à peine Golaud a-t-il trouvé Mélisande dans la forêt et l’a-t-il ramenée dans le royaume de ses ancêtres qu’ils ne peuvent plus en sortir, enchaînés à un lieu qui n’est pourtant de nulle part. Le château est la proie de la désolation et de la décrépitude. Le parc semble mourir sous le poids d’invincibles ténèbres. À peine le soleil parvient-il encore à percer et illumine-t-il la fontaine miraculeuse mais abandonnée, celle qui ouvrait autrefois les yeux des aveugles, et dont les eaux semblent ne pas avoir de fond. Depuis les remparts, l’on peut voir la mer et, enfin, la clarté du ciel. Mais il y a aussi des souterrains qui mènent au coeur de la terre, nous rappelant soudain que nous marchons sans cesse au-dessus des gouffres.

Philippe Jordan dirige une nouvelle fois la production immaculée de Robert Wilson.

Avec l'Orchestre et le Choeur de l’Opéra national de Paris. Le rôle d'Arkel est interprété en alternance par Nicolas Cavallier (25, 28 fév) et Franz Josef Selig.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Pelléas et Mélisande

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment