Oncle Vania

1
2
3
4
5

Odéon - Théâtre de l'Europe , Paris

Du 02 au 26 février 2023
Durée : 2 heures environ

CLASSIQUE

,

Russe

Après avoir révélé dans La Double Inconstance de Marivaux une noirceur toute contemporaine, Galin Stoev met la chorégraphie émotionnelle d’Oncle Vania de plain-pied avec notre époque. Il situe la pièce de Tchekhov dans un avenir proche, dystopique, où après l’effondrement du système, de plus en plus de gens quittent les villes pour se réinventer un « vivre ensemble » à la campagne.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 44,50 €

Prix tous frais inclus


Consignes sanitaires
Le port du masque n'est plus obligatoire mais recommandé.
 

Photos & vidéos

Oncle Vania

De

Anton Tchekhov

Mise en scène

Galin Stoev

Avec

Suliane Brahim

,

Caroline Chaniolleau

,

Sébastien Eveno

,

Catherine Ferran

,

Cyril Guei

,

Denis O'Hare

,

Marie Razafindrakoto

  • Le spectacle

Oncle Vania commence dans un contexte de crise : Serebriakov, un universitaire renommé, marié à une jeune femme, Elena, a choisi de prendre sa retraite dans le domaine familial, loin de tout. L’arrivée du couple rompt l’équilibre de ceux qui travaillaient jusque-là au jour le jour, au milieu d’un monde paysan déshérité : Vania, le beau-frère du professeur, et Sonia, sa fille, qui gèrent l’exploitation agricole, ainsi que le docteur Astrov, médecin de campagne. Leur confrontation au narcissisme du professeur, à la beauté troublante d’Elena et à l’oisiveté décomplexée de ces nouveaux arrivants va devenir explosive...

Galin Stoev choisit de situer la pièce de Tchekhov dans un avenir proche, dystopique, où après l’effondrement du système, de plus en plus de gens quittent les villes pour se réinventer un « vivre ensemble » à la campagne. Sauf qu’ici, faire communauté apparaît vite impossible : à force d’avoir accumulé des frustrations émotionnelles, intellectuelles et sexuelles, les personnages sont rattrapés par leurs démons destructeurs. Alors, tous s’accrochent au moment présent et à l’espoir de la passion pour se sentir vivants, ne fût-ce qu’un instant... Derrière cette ferveur se cachent leurs vies ratées et une insoutenable soif de tendresse. Après avoir révélé dans La Double Inconstance de Marivaux une noirceur toute contemporaine, Galin Stoev met la chorégraphie émotionnelle d’Oncle Vania de plain-pied avec notre époque.

  • Note d'intention

Je veux situer la pièce de Tchekhov dans un futur proche, dystopique, où après le collapse et l’effondrement du système, de plus en plus de gens quittent les villes pour s’installer à la campagne renouant avec la nature dans une démarche respectueuse de l’environnement. De petites communautés qui ont pour but de réinventer la notion de « vivre ensemble » et d’arriver à entrevoir un espoir pour l’avenir. Sauf qu’ici, chez Tchekhov, on a affaire à une très mauvaise constellation de personnages qui, à force d’avoir accumulé des frustrations émotionnelles, intellectuelles et sexuelles, se retrouvent face à leurs propres démons destructeurs. Tchekhov nous fait alors observer les croisements paradoxaux et les trajectoires émotives de ses protagonistes pour qu’une question surgisse dans notre esprit : si peu à peu nous sommes devenus des machines capables de ne produire que de la confrontation, comment peut-on réconcilier cette fonction avec notre profond désir humain d’être heureux, accomplis et aimés ?

Tchekhov plonge ses personnages dans une mélancolie ludique garnie d’une nervosité risible. Entre ces deux pôles opposés, ils vont souvent sacrifier leur intelligence et leur sensibilité juste pour pouvoir s’accrocher au moment présent, pour vivre une passion à la fois éphémère et vitale et pour ressentir la vie ne fusse que pour une minute dans sa totalité et sa splendeur. Leurs efforts resteront pathétiques et bouleversants à la fois, tandis que nous méditerons sur notre propre capacité à éprouver de la tendresse au milieu d’un futur empêché.

Face aux challenges contemporains liés à l’état de la planète et aux conflits humains qui la ravagent, dans notre époque marquée par de si grands bouleversements, le sourire mélancolique de Tchekhov résonne encore plus fort.

Galin Stoev, avril 2022

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Oncle Vania

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment