Les couleurs de l'air

Châtillon (92)
du 8 au 9 avril 2021
3 heures avec entracte

Les couleurs de l'air

Igor Mendjisky adapte sa saga familiale personnelle, autour du deuil d'un père flamboyant et secret. Un spectacle intense, tragique et drôle.

Après Le Maître et Marguerite, fabuleuse adaptation du roman de Boulgakov, c’est cette fois son histoire personnelle qu’Igor Mendjisky adapte au théâtre, à partir du deuil d’un père flamboyant et secret. Une saga familiale intense, tragique et drôle restituée sous la forme d’un tournage de cinéma au théâtre. À partir de 14 ans.

À partir de 14 ans.

  • Une épopée familiale vertigineuse

ILIA. Ce matin-là mon père est mort. Les heures qui ont suivi ont ouvert pour moi la porte d’un monde que je soupçonnais mais sur lequel je n’avais jamais posé de mots ni de chiffres. Face aux avocats et au notaire, j’ai découvert concrètement qu’en plus d’être artiste-peintre, mon père était un escroc, un fabuleux escroc, un de ceux qui manipule, qui charme, qui ment et qui soutire de très grosses sommes d’argent. Le continent sur lequel j’ai accosté était un mensonge sidérant, un feu d’artifice de mensonges, un feu d’artifice qui d’heure en heure, de jour en jour grandissait et me plongeait dans des ténèbres prodigieusement ahurissantes et abyssales.

Igor Mendjisky

  • La presse

« Un tournage de cinéma installé sur la scène, une histoire à peine croyable, une tempête de neige : voilà un spectacle qui nous embarque dès la première minute ! C’est beau, captivant et très émouvant : une réussite de tous les instants ! » France Culture

« Entre souvenirs et imagination, la quête de soi croise le deuil et le rire se mêle à l’émotion. » La Terrasse

« Dans cette saga labyrinthique où poésie et comédie s'accordent, Igor Mendjisky se révèle brillant meneur de revue. » Télérama TTT

 

Sélection d’avis du public

Qu'ai été bien inspiré ... Le 14 janvier 2023 à 11h30

Qu’ai-je bien été inspiré de décider de voir cette pièce. On y évoque les liens familiaux, la mort d’un être très proche, la vie d’un manipulateur doublé certainement d’un faussaire, la difficulté de vivre pour soi, le cinéma comme pellicule de mémoire, la folie nous guette et les fantômes qui nous habitent, tout cela dans une mise en scène ébouriffante où se mélangent sans temps mort la réalité actuelle, le tournage d’un film, les introspections, les flash-backs, et même un pseudo canular. Les acteurs sont formidables et nous offrent une belle comédie-tragique qui interroge notre propre condition humaine. L’interprétation du rôle principal (à priori par l’auteur) est époustouflante. Véritable démiurge, totalement habité par son personnage, il atteint, à la toute fin de la pièce, une dimension paroxystique qui va rester longtemps gravée dans la mémoire théâtrale. Cela étant dit, compte tenu de l’intensité de l’œuvre, une économie d’un quart d’heure sur la durée eut été, me semble-t-il, souhaitable. En effet, après une première partie excellente en tout point, la deuxième partie plus sombre et psychanalytique nous enlève quelque peu l’enchantement du début. Cela n’en reste pas moins une œuvre forte, magistrale. Enfin, et pour l’anecdote, comme me le suggérait une bonne connaissance, il semble que depuis quelques temps, une fois la pièce achevée, les comédiennes et comédiens ne se présentent plus ni ne parlent de l’auteur et des petites mains, c’est bien dommage. Cette tradition ancienne avait le mérite de rendre hommage au travail de tous, et permettait aux spectateurs de poursuivre un temps encore, par des applaudissements nourris mais également ciblés sur chacun des participants, la magie de la représentation. Jean Louis S, 14 janvier 2023.

Synthèse des avis du public

5,0 / 5

Pour 1 Notes

100%
0%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 1 5
Qu'ai été bien inspiré ... Le 14 janvier 2023 à 11h30

Qu’ai-je bien été inspiré de décider de voir cette pièce. On y évoque les liens familiaux, la mort d’un être très proche, la vie d’un manipulateur doublé certainement d’un faussaire, la difficulté de vivre pour soi, le cinéma comme pellicule de mémoire, la folie nous guette et les fantômes qui nous habitent, tout cela dans une mise en scène ébouriffante où se mélangent sans temps mort la réalité actuelle, le tournage d’un film, les introspections, les flash-backs, et même un pseudo canular. Les acteurs sont formidables et nous offrent une belle comédie-tragique qui interroge notre propre condition humaine. L’interprétation du rôle principal (à priori par l’auteur) est époustouflante. Véritable démiurge, totalement habité par son personnage, il atteint, à la toute fin de la pièce, une dimension paroxystique qui va rester longtemps gravée dans la mémoire théâtrale. Cela étant dit, compte tenu de l’intensité de l’œuvre, une économie d’un quart d’heure sur la durée eut été, me semble-t-il, souhaitable. En effet, après une première partie excellente en tout point, la deuxième partie plus sombre et psychanalytique nous enlève quelque peu l’enchantement du début. Cela n’en reste pas moins une œuvre forte, magistrale. Enfin, et pour l’anecdote, comme me le suggérait une bonne connaissance, il semble que depuis quelques temps, une fois la pièce achevée, les comédiennes et comédiens ne se présentent plus ni ne parlent de l’auteur et des petites mains, c’est bien dommage. Cette tradition ancienne avait le mérite de rendre hommage au travail de tous, et permettait aux spectateurs de poursuivre un temps encore, par des applaudissements nourris mais également ciblés sur chacun des participants, la magie de la représentation. Jean Louis S, 14 janvier 2023.

Informations pratiques

Théâtre de Châtillon

3, rue Sadi-Carnot 92320 Châtillon

Accès handicapé (sous conditions) Bar Grand Paris Hauts-de-Seine Restaurant
  • Métro : Châtillon-Montrouge à 2 km
  • Tram : Parc André Malraux à 430 m
  • Bus : D'Estienne d'Orves - Division Leclerc à 100 m, Mairie de Châtillon à 213 m, Centre de Châtillon - Marché à 245 m, Parc André Malraux à 314 m
  • Voiture  : De la Porte de Châtillon : direction Versailles. Dans Châtillon : direction Centre Ville puis Mairie.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de Châtillon
3, rue Sadi-Carnot 92320 Châtillon
Spectacle terminé depuis le vendredi 9 avril 2021

Pourraient aussi vous intéresser

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

Oublie-moi

Théâtre Actuel La Bruyère

Passeport

Théâtre de la Renaissance

Big Mother

Théâtre des Béliers Parisiens

Denali

Marigny

Spectacle terminé depuis le vendredi 9 avril 2021