Le cercle de Whitechapel

Lucernaire , Paris

Du 31 janvier au 15 avril 2018
Durée : 1h45

COMEDIE & BOULEVARD

,

Ados

,

Coups de coeur

,

Policier

Mêlant le rire au suspens, une enquête policière qui lance Conan Doyle, Bram Stocker ou encore Bernard Shaw sur les traces de Jack l’Éventreur dans l’atmosphère du Londres de 1888. Une aventure captivante jusqu’à la dernière seconde !
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 15 avril 2018

 

Photos & vidéos

Le cercle de Whitechapel

De

Julien Lefebvre

Mise en scène

Jean-Laurent Silvi

Avec

Stéphanie Bassibey

,

Pierre-Arnaud Juin

,

Ludovic Laroche

,

Jérôme Paquatte

,

Nicolas Saint-Georges

Tout public dès 12 ans.

  • Une des plus grandes énigmes criminelles de l’histoire

1888, Londres. Alors qu’une étrange série de meurtres de prostituées vient de débuter dans le quartier défavorisé de Whitechapel, un membre éminent de la gentry londonienne, Sir Herbert Greville, décide de réunir une équipe d’enquêteurs d’un nouveau genre pour découvrir la vérité.

Le groupe se compose d’un romancier débutant et timide nommé Arthur Conan Doyle, d’un journaliste qui deviendra bientôt le plus grand dramaturge du Royaume, George Bernard Shaw, du directeur d’un des plus prestigieux théâtres de Londres dont la carrière d’écrivain végète, Bram Stoker, ainsi que de l’une des premières femmes médecins de l’époque, Mary Lawson.

Réunis dans le quartier même des meurtres, dans un ancien atelier d’artiste loué pour l’occasion, ils vont découvrir au cours de leurs rendez-vous discrets les fils invisibles qui expliquent l’une des plus grandes énigmes criminelles de l’histoire.

  • La presse

« Solidement installés dans la peau de leurs personnages, les acteurs soutiennent une pièce qui monte en puissance, jusqu'à atteindre son apogée dans ses dernières minutes. (...) Courez voir ce spectacle. Il est british en diable et délectable. » Télérama TT

  • Note d'intention de l'auteur

« Chaque époque a les monstres qu’elle mérite », c’est de cette première réplique qu’est né ce projet.

En effet, comment ne pas voir dans la figure de Jack l’Éventreur le symbole absolu du mal sous l’ère victorienne : alors que Londres est devenue la plus grande et la plus riche ville de la Terre, alors qu’elle dirige la moitié du monde, alors que dans les magnifiques quartiers de Chelsea et de Westminster rayonne une élite politique et culturelle comme on n’en a jamais vu dans l’Histoire voilà qu’une série de crimes abominables rappelle à tous qu’un cancer de pauvreté et de détresse appelé Whitechapel est caché de l’autre côté de la vieille porte d’Aldgate.

L’époque elle-même semble attendre l’arrivée de Jack l’Éventreur : L’étrange cas du docteur Jekyll et de Mister Hyde de Stevenson est adapté pour la scène au moment même des premiers crimes alors que Conan Doyle crée quelques semaines plus tôt un détective d’un nouveau genre nommé Sherlock Holmes.

Et les semaines sanglantes que va connaître Londres marqueront toute une génération d’auteurs, comme Bram Stoker qui s’en souviendra quelques années plus tard en imaginant son Dracula ou James Barrie dont le Peter Pan gardera, bien caché sous des aspects légers, les traces du traumatisme connu par tous les Londoniens durant cette fin d’été 1888.

Car Jack l’Éventreur n’est pas un criminel ordinaire, c’est toute l’hypocrisie, tout le mensonge et la violence retenue d’une époque corsetée qui s’incarnent dans la figure de ce tueur sans visage.

C’est aussi pour cela que, plus d’un siècle après ses crimes, ce personnage est devenu un véritable mythe. Parce qu’au fil du temps, la figure classique du tueur insaisissable et terrifiant a cédé la place à un mythe qui reste plus que jamais d’actualité : celui de la survie d’une peur sauvage, d’un « mal » au coeur d’une brillante modernité en marche.

Car c’est bien dans un monde qui annonce le nôtre qui se déroule cette série de meurtres, un monde qui invente des outils qui nous sont devenus familiers : le suivi quotidien d’une enquête par le grand public, l’apparition de la photographie sur les unes des journaux, l’explosion de la puissance de la presse et du poids de l’opinion publique, l’utilisation des sciences dans les enquêtes de police ou encore le développement de graves troubles sociaux et racistes au coeur de quartiers abandonnés par les autorités.

Cette effervescence, cette concentration de peurs et d’espoirs, seul le théâtre peut le faire vivre de manière complète au spectateur. Et c’est tout le quartier de Whitechapel qui va apparaître sur scène (grâce aux photographies, aux rapports, aux témoignages, aux plans et aux croquis). Car Jack l’Éventreur n’est rien sans Whitechapel et pendant cette période, Whitechapel est une immense scène. Une scène où se croisent le capitalisme triomphant, les gentlemen venus s’encanailler, les filles de rue immigrées de toute l’Europe, les milices civiles, les clubs socialistes, les médiums, les orphelins, les vendeurs de journaux et les médecins du London Hospital.

Voilà donc l’idée fondatrice du projet : réunir les figures marquantes de ce quartier et de cette époque, plonger dans une enquête documentée en compagnie de figures à la fois connues et surprenantes, comme ce Conan Doyle timide ou ce Bernard Shaw révolté, et découvrir aux côtés de ces cinq « irréguliers » de Whitechapel ce qui est en train de naître dans ce quartier en cette fin de 19e siècle.

  • Note d'intention de mise en scène

Jack l’éventreur est aux yeux de tous une légende du mal, un mythe. Mais il est aussi un concept, celui du « crime parfait » : cette pierre philosophale que tous les auteurs de roman policier, par l’intermédiaire de leur héros, n’ont eu de cesse, au fil du temps, de prouver son inexistence.

À la fin du xixe siècle, à cette époque où l’Homme créa l’ère de l’industrialisation qui devait tout rendre possible, où la vie devait être plus légère et plus facile, plus juste, plus heureuse en somme, un homme s’inscrit en faux. Il baptise l’époque moderne par ses actes monstrueux, rappelant à l’Homme ce qu’il est et d’où il vient, et qu’il ne pourra effacer - même en s’aidant de toutes les machines et les inventions sorties de sa tête - l’injustice.

C’est ce à quoi vont devoir se confronter, dans Le Cercle de Whitechapel, les grands artistes de ce temps, à savoir Doyle (Sherlock Holmes), Bram Stoker (Dracula) et Shaw (Pygmalion), nous montrant à quel point l’agitation intellectuelle et culturelle dominait le monde. Adeptes du spiritisme ou experts en esprits machiavéliques, tout est bon pour stimuler les petites cellules grises et trouver enfin la vérité.

Ils seront aidés par la belle Mary Lawson, docteur en médecine, provocatrice et femme libre, ainsi que par Sir Herbert Greville, homme influent dans tous les milieux, à la fois craint et vénéré, s’érigeant contre le mal et le crime. Afin de percer le mystère de Jack l’éventreur et de mettre fin à ses meurtres, ils fondent un groupe secret, unique, réunissant les plus grands cerveaux de Londres, Le Cercle de Whitechapel.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le cercle de Whitechapel

20 Notes

20 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(15)

Très bon


(4)

Bon


(1)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Fanny N. (2 avis) 26 février 2018

Une véritable pièce de genre ! Les enquêtes policières dignes de ce nom sont si rares, et particulièrement au théâtre, que je ne m'attendais pas à me faire cueillir de la sorte. Le Cercle de Whitechapel est une pièce intelligente, avec 5 rôles très bien équilibrés et magistralement interprétés. Certains diront sans doute qu'ils se sont perdus au fil des déductions, car certes, c'est une pièce cérébrale. Pourtant tout est à sa place et je n'y ai vu aucune fausse note. Même la musique et le decor sont impregnants. L'humour subtilement glissé de ci de là est très agréable dans cette ambiance de meurtres qui ont été réellement commis. Bref, j'ai passé un excellent moment et je la recommande !
3
0
1
2
3
4
5
Par

Jean V. (1 avis) 13 février 2018

A ne pas rater ! Nous sommes venus de Bruxelles pour voir le Cercle de Whitechapel et nous n'avons pas été déçus. Acteurs formidables,intrigue passionnante, dialogues percutants, ne ratez pas cet excellent moment théâtral qui vaut réellement le détour !
1
0
1
2
3
4
5
Par

Jennifer K. (1 avis) 08 février 2018

Excellent moment! Superbes acteurs, intrigue bien ficelée avec juste ce qu’il faut d’humour, décor, costumes et musique favorisant l’immersion dans un autre temps... Franchement, bravo et merci pour cet excellent moment!
1
0
1
2
3
4
5
Par

Fanny N. (2 avis) 03 février 2018

À voir absolument ! Une pièce magnifique ! Une enquête passionnante, pleine d'humour et de rebondissements intelligents. Les comédiens sont extraordinaires.À la fin du spectacle, je n'ai eu qu'une envie : revenir voir Le Cercle de Whitechapel !
1
0
1
2
3
4
5
Par

Danièle A. (1 avis) 01 février 2018

Le cercle de Whitechapel Pièce qui mêle l'enquête, l'humour, le jeu sur les personnages célèbres, moment jouissif où les acteurs se font plaisir et font plaisir au public. L'atmosphère est très bien rendue et nous fait plonger immédiatement dans l'époque.
1
0
1
2
3
4
5
Par

Agnès S. (4 avis) 19 avril 2018

une soirée enthousiasmante. soirée enthousiasmante pour adultes et ado (13 à 17 ans). Le scenario est diabolique et joue sur des personnages bien campés, magnifiquement incarnés par une troupe qui prend un grand plaisir à jouer. La thématique recoupe les pragrammes du collège de façon ludique et donne envie des découvrir les auteurs. Courez-y!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Mohamed M. (1 avis) 15 avril 2018

Passionnant ! Idée originale, parfaitement mise en scène Les acteurs sont formidables. Littéralement transporté dans le Londres de1888. Une intrigue rythmée.
0
0
1
2
3
4
5
Par

VirginieB (7 avis) 15 avril 2018

UN REGAL ! De la première minute à la toute dernière, des rires, des enchaînements justes, des références intelligentes... Les comédiens endossent leur rôle à merveille. Une équipe et une soirée formidables. Et toujours bravo au Lucernaire (théâtre, café, restaurant, librairie...)
0
0
1
2
3
4
5
Par

Arnaud D. (2 avis) 14 avril 2018

Exceptionnel Le jeu des acteurs est impressionnant de justesse. Le spectateur ne peut qu’entrer dans le jeu car même lorsque les acteurs ne sont pas directement impliqués dans la scène ils continuent d’habiter leurs personnages. C’est comme si le spectateur était dans la même pièce que les acteurs. A voir sans hésiter !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Joelle P. (1 avis) 09 avril 2018

Nous avons passé une très bonne soirée Merci à tous les acteurs ! Nous vous souhaitons beaucoup de spectateurs aussi enthousiastes
0
0
+ d'avis

Spectacles consultés récemment