Le bel indifférent

du 11 octobre au 12 novembre 2023
1h15

Le bel indifférent

Après Les Parents Terribles, Christophe Perton prolonge l’exploration de l’oeuvre de Jean Cocteau en imaginant cette tragi-comédie musicale aux sonorités pop sur le thème des amours toxiques. Avec Romane Bohringer et Tristan Sagon.

Après Les Parents Terribles, Christophe Perton prolonge l’exploration de l’oeuvre de Jean Cocteau en imaginant cette tragi-comédie musicale aux sonorités pop sur le thème des amours toxiques. Avec Romane Bohringer et Tristan Sagon.

  • Tragi-comédie musicale

Après Les Parents Terribles, Christophe Perton prolonge l’exploration de l’oeuvre de Jean Cocteau en imaginant cette tragi-comédie musicale aux sonorités pop sur le thème des amours toxiques. Jean Cocteau écrit Le Bel Indifférent pour Edith Piaf qui laisse sa place ici à Romane Bohringer incarnant une chanteuse d’aujourd’hui. Ce soir-là, en tournée de concerts, elle rentre aussitôt dans sa chambre d’hôtel et attend ce jeune homme auprès duquel elle espère tant pouvoir se blottir, et se sentir protégée. Mais quand finalement il la rejoint et refuse de lui parler, elle, lucide, décide d’affronter la vérité et de laisser son coeur se déverser.

Cocteau écrivit deux version de ce récit, un texte pour le théâtre, un autre pour des chansons.

Christophe Perton compile ici les deux pour imaginer cette comédie musicale résolument moderne.

  • La presse

« Le duo Bohringer-Tristan Sagon est un ballet remarquable. Un cocktail explosif. » Le Figaro

« Un voyage étonnant dominé par la prestation magistrale de Romane Bohringer, bouleversante. » Froggy's Delight

  • Note d'intention

Le Bel indifférent s’inscrit dans un projet d’une trilogie autour de trois portraits de femmes dessinés par Cocteau, où l’Amour et la Mort se mélangent et se fondent comme une drogue puissante et vénéneuse. Ce thème déjà central dans la relation mère/fils dans les Parents terribles se déploie à nouveau ici dans le récit d’un amour toxique entre une chanteuse célèbre et son jeune amant. Cocteau aime les femmes, il les comprend, il s’empare de leurs corps et fait vibrer les âmes meurtries par la sensualité de sa poésie. Sur la scène plane le fantôme d’Edith Piaf, éternelle amoureuse désespérée, cherchant le contrepoint d’une vie faite d’excès et de paroxysme, dans le graal amoureux susceptible d’offrir l’oasis de paix. Mais derrière la beauté angélique des visages aimés se dissimule l’enfer. Les puissances tragiques et universelles de l’amour et de la mort surgissent alors pour s’affronter et la poésie de Cocteau se mêle ici aux accents d’une musique pop, nous embarquant dans l’émotion d’une chanteuse, d’une actrice, d’une femme qui jette toutes ses forces dans la bataille et tente de repousser la solitude pour hurler son amour, sa joie et son désir de vivre libre.

Christophe Perton

Sélection d’avis du public

Une adaptation un peu bancale. Par François L. - 4 novembre 2023 à 10h50

Dans ce spectacle alternent des moments joués et des moments chantés et dansés. Pourquoi pas ! Sauf qu'il n'y a pas d'homogénéité entre les uns et les autres, notamment dans la relation entre les deux protagonistes. Dans les moments joués, le talent de R. Bohringer met en évidence la tension entre le texte et le sous-texte, ainsi que la tension entre les deux personnages, qui ne se touchent pas. Ces passages-là perdent quand même de leur force par le trop plein de décors et de vidéos et auraient gagné à une scénographie nettement plus sobre. À l'inverse, les moments de tragi-comédie musicale acceptent le contact physique entre les deux personnages et s'appuient sur décors, vidéos, musique vivante et chorégraphies. Et l'on perd le côté magique des moments de théâtre pur. De plus, la prestation de R. Bohringer en chanteuse est plus inégale. Il me semble que l'on aurait gagné à un choix plus clair dans l'adaptation : soit faire celui du théâtre "pur", où le combat entre les deux protagonistes s'incarne d'abord par le verbe et le silence, quitte à renoncer à cette version poétique de la pièce de Cocteau; soit faire celui du combat des corps, quitte à alléger les parties théâtrales. En l'absence de ce choix, on est dérouté.

Bravo Par ADELINE V. - 30 octobre 2023 à 16h19

Mise en scène brillantissime, Romane Bohringer est éclatante, et la très belle performance du danseur qui éblouit le public. A voir!!!!

objet théâtral original Par Catherine S. - 26 octobre 2023 à 11h03

Un beau spectacle plein d'énergie et de fougue, bravo pour la mise en scène ! Le texte de Jean Cocteau légèrement suranné nous émeut, Romane Bohringer sait tout faire, et le bel indifférent danse magnifiquement. Une belle soirée.

Merci Maestro Par Laurence L. - 22 octobre 2023 à 20h09

Si le texte de Cocteau inspiré d’Edith Piaf est intemporel, l’orchestration de Christophe Perton en renforce la puissance par sa scénographie sans coulisse, ni rideau. Romane Bohringer incarne Edith avec force s’appuyant sur une réelle performance physique sublimée par la présence magnétique de Tristan Sagon. Si on ajoute le cadre du Théâtre de l’atelier nichés au cœur d’une place de village à Montmartre, on a le parfait Combo d’une soirée dont on revient surpris et émerveillé. Chapeau les artistes, merci aux musiciens live.

Synthèse des avis du public

3,8 / 5

Pour 5 Notes

20%
60%
0%
20%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

4 5 5
Une adaptation un peu bancale. Par François L. (187 avis) - 4 novembre 2023 à 10h50

Dans ce spectacle alternent des moments joués et des moments chantés et dansés. Pourquoi pas ! Sauf qu'il n'y a pas d'homogénéité entre les uns et les autres, notamment dans la relation entre les deux protagonistes. Dans les moments joués, le talent de R. Bohringer met en évidence la tension entre le texte et le sous-texte, ainsi que la tension entre les deux personnages, qui ne se touchent pas. Ces passages-là perdent quand même de leur force par le trop plein de décors et de vidéos et auraient gagné à une scénographie nettement plus sobre. À l'inverse, les moments de tragi-comédie musicale acceptent le contact physique entre les deux personnages et s'appuient sur décors, vidéos, musique vivante et chorégraphies. Et l'on perd le côté magique des moments de théâtre pur. De plus, la prestation de R. Bohringer en chanteuse est plus inégale. Il me semble que l'on aurait gagné à un choix plus clair dans l'adaptation : soit faire celui du théâtre "pur", où le combat entre les deux protagonistes s'incarne d'abord par le verbe et le silence, quitte à renoncer à cette version poétique de la pièce de Cocteau; soit faire celui du combat des corps, quitte à alléger les parties théâtrales. En l'absence de ce choix, on est dérouté.

Bravo Par ADELINE V. (25 avis) - 30 octobre 2023 à 16h19

Mise en scène brillantissime, Romane Bohringer est éclatante, et la très belle performance du danseur qui éblouit le public. A voir!!!!

objet théâtral original Par Catherine S. (5 avis) - 26 octobre 2023 à 11h03

Un beau spectacle plein d'énergie et de fougue, bravo pour la mise en scène ! Le texte de Jean Cocteau légèrement suranné nous émeut, Romane Bohringer sait tout faire, et le bel indifférent danse magnifiquement. Une belle soirée.

Merci Maestro Par Laurence L. (1 avis) - 22 octobre 2023 à 20h09

Si le texte de Cocteau inspiré d’Edith Piaf est intemporel, l’orchestration de Christophe Perton en renforce la puissance par sa scénographie sans coulisse, ni rideau. Romane Bohringer incarne Edith avec force s’appuyant sur une réelle performance physique sublimée par la présence magnétique de Tristan Sagon. Si on ajoute le cadre du Théâtre de l’atelier nichés au cœur d’une place de village à Montmartre, on a le parfait Combo d’une soirée dont on revient surpris et émerveillé. Chapeau les artistes, merci aux musiciens live.

Le bel indifférent Par LouiseD (11 avis) - 13 octobre 2023 à 11h15

Voilà une pièce complètement dépoussiérée et c'est une réussite. J'ai adoré. C'est plein d'énergie. On retrouve le texte de Cocteau avec une mise en scène contemporaine. Je n'ai qu'une recommandation : foncez-y. D'autant qu'il n'y a pas beaucoup de représentations.

Informations pratiques

Théâtre de l'Atelier

1, place Charles Dullin 75018 Paris

À l'italienne Accès handicapé (sous conditions) Bar Pigalle Restaurant Vestiaire
  • Métro : Anvers à 145 m, Abbesses à 311 m
  • Bus : Yvonne Le Tac à 117 m, Anvers - Sacré Coeur à 134 m, Trudaine à 265 m, Pigalle à 372 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de l'Atelier
1, place Charles Dullin 75018 Paris
Spectacle terminé depuis le dimanche 12 novembre 2023

Pourraient aussi vous intéresser

- 20%
La fin du début

Théâtre Lepic

Oublie-moi

Théâtre Actuel La Bruyère

- 11%
Comme il vous plaira

Théâtre Hébertot

Un état de nos vies

Ferme du Buisson

- 25%
La Leçon

Théâtre de la Huchette

Une histoire d'amour

Splendid Saint Martin

Spectacle terminé depuis le dimanche 12 novembre 2023