La Rue

Cartoucherie - Théâtre du Soleil , Paris

Du 15 septembre au 10 octobre 2021
Durée : 1h20

CONTEMPORAIN

,

Pièce historique

Marcel Bozonnet adapte au théâtre et porte pour la première fois sur une scène française un grand roman expressionniste issu des avant-gardes de la culture yiddish, quelque part entre Joseph Roth, Kafka, Bruno Schultz et et Georg Grosz. Le roman d'Isroël Rabon plonge le spectateur dans l'univers d'un soldat démobilisé qui tente de revenir à la vie.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 16,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide pour les personnes de plus de 18 ans (inclus). À partir du 30 septembre 2021 le pass sera exigé pour les adolescents de 12 à 17 ans. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

La Rue

De

Isroël Rabon

Adaptation

Marcel Bozonnet

,

Jean-Pierre Jourdain

Mise en scène

Marcel Bozonnet

Avec

Lucie Lastella-Guipet

,

Stanislas Roquette

,

Jean Sclavis

La Rue plonge le spectateur dans l’univers de la littérature yiddish d’avant-garde de l’entre-deux guerres.

Le personnage principal, soldat démobilisé, est craché par la guerre dans une ville où il n’a plus d’attaches. Exclu parmi les exclus, il erre dans les rues en quête de travail, d’un abri, ou tout simplement de pain. Dans ce dénuement extrême, il est en proie au froid, à la faim et sa fatigue confine à l’épuisement. Quand il parvient à dormir, ses rêves sont hantés par les souvenirs de guerre et des visions hallucinées. Pourtant malgré la violence et la précarité de sa condition, il tient bon, et s’appuie sur la moindre étincelle de bienveillance et d’espoir. Les rencontres qui émaillent son parcours, même fugitives, lui permettent de rester debout et de conserver son humanité et sa dignité.

Le spectacle associe marionnettes, univers du cirque et du théâtre. Il s’inscrit dans une esthétique expressionniste et cherche à rendre visible la subjectivité de l’expérience du soldat… Il s’agit de donner une idée du regard qu’il pose sur ce qu’il entoure et de l’expérience que les bouleversements apportés par la violence de la première guerre mondiale, première guerre moderne, lui font traverser. Une attention particulière sera portée au corps du soldat, ce corps exténué par les marches sous la pluie, dans la boue, malmené par la dureté des trottoirs glacés et humides de la ville, ce corps qui aspire au repos, à la chaleur du soleil et qui est aussi parfois saisi par le désir ou le rire.

Dans le roman, on trouve comme dans la pièce, plein d’histoires en une. Une galerie de personnages et de situations, hautes en couleurs et émotions.

Le spectacle est ancré dans la culture yiddish et ses avant-gardes artistiques qui se sont développées avec une puissance fulgurante à cette période dans la mouvance de l’expressionisme, du surréalisme, du dadaïsme et de l’ensemble des modernités de cette première moitié du 20ème siècle pour disparaître presque entièrement dans l’effroi de la Shoah.

En élaborant ce spectacle, nous avons beaucoup pensé à ce qu’Antoine Vitez disait : « La souveraineté du théâtre, c’est précisément de pouvoir représenter l’irreprésentable, c’est-à-dire incarner le fantôme ».

Avec la participation, à l'écran, de Laurent Stocker de la Comédie Française.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La Rue

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Nadine A. (1 avis) 19 septembre 2021

LA RUE Très haut niveau de travail artistique ! Je me suis sentie honorée d'être là. "Une mise en scène sans mise en scène" dirait Stanislawski. Un sommet de l'art du théâtre ! Nadine ABAD
0
0

Spectacles consultés récemment