La plus précieuse des marchandises

1
2
3
4
5

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 15 décembre 1920 au 03 janvier 1921

CONTEMPORAIN

Pauvre Bûcheronne n’a pas d’enfant, elle se lamente. Elle regarde passer les trains, la voie de chemin de fer n’est pas loin. Ça l’occupe. Soudain, on balance un paquet du wagon, enveloppé dans un châle de soie rare. Jean-Claude Grumberg compose un conte féerique, glacé d’humour, qui contient son œuvre toute entière.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 03 janvier 1921

 

La plus précieuse des marchandises

De

Jean-Claude Grumberg

Mise en scène

Charles Tordjman

Avec

Eugénie Anselin

,

Philippe Fretun

,

Julie Pilod

« Tandis qu’agonisait l’humanité. »

Pauvre Bûcheronne n’a pas d’enfant, elle se lamente. Elle regarde passer les trains, la voie de chemin de fer n’est pas loin. Ça l’occupe. Soudain, on balance un paquet du wagon, enveloppé dans un châle de soie rare. Elle le ramasse. C’est une petite fille de la tribu des « sans-cœur », de ceux qui « voyagent gratos en trains spéciaux ». 1942, hiver, Pauvre Bûcheron apprivoise à son tour la môme, qui deviendra pour lui aussi « la plus précieuse des marchandises ». Jean-Claude Grumberg compose un conte féerique, glacé d’humour, qui contient son œuvre toute entière.

Grand Prix de l’Académie française et de la SACD, Moliérisé, Césarisé, coscénariste de Truffaut ou de Costa-Gavras, Grumberg est entré avec Jean-Michel Ribes et Amorphe d’Ottenburg au répertoire de la Comédie-Française. L’auteur de L’Atelier signe ici la quintessence de son projet en quelques pages. Dire et comprendre la barbarie humaine, avec drôlerie et distance, en espérant y voir un peu plus clair dans l’atrocité.

Après Vers toi terre promise et Moi j’crois pas, le metteur en scène Charles Tordjman, ancien directeur du CDN de Nancy, fondateur du festival Passages, poursuit son compagnonnage avec l’auteur au Rond-Point. Il adapte la fable fantastique à monstres vert-de-gris et têtes de mort, à soldats Rouges et à chaussons en peau de renardeaux. L’ironie comme la poésie mettent en demeure de penser, et sauvent peut-être du chagrin.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La plus précieuse des marchandises

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment