La peur

188 avis
Paris 10e

du 4 avril au 10 mai 2024 1h15

La peur

Un thriller amoureux à la Hitchcock, qui nous interroge sur le mensonge, la honte et la relation de couple. Le chef-d’œuvre de Stefan Zweig est remarquablement interprété, dans cette mise en scène très efficace d'Elodie Menant.

  • Un thriller amoureux palpitant

Quand tu commences à mentir, il est impossible de revenir en arrière ; chaque mensonge est une nouvelle faute à avouer.

Irène, mère au foyer, trompe son mari, Fritz, avocat pénal. Un soir, une femme l’interpelle à la sortie de chez son amant. Elle prétend être la petite amie de ce dernier, interdit à Irène de revenir le voir et lui réclame de l’argent en échange de son silence. Dès lors, Irène vit dans la hantise que son mari apprenne sa liaison et s’enferme dans le mensonge.

Entre hallucinations, manipulations, quête de la vérité, cette pièce nous tient en haleine de bout en bout… jusqu’au dénouement final saisissant, véritable renversement de situation. Du grand Stefan Zweig !

Distribution en alternance.

  • La presse

« Mise en scène ingénieuse, spectacle brillant » Paris Match

« Bijou de tension psychologique, un trio d’acteurs puissants » Elle

« Brillante adaptation, formidable thriller » Le Parisien

« Un régal ! Une force incroyable ! » L’Express

« Une pièce qui monte en tension de minute en minute. Zweig et Hitchcock font bon ménage. » Marianne

 

  • Note d'adaptation

La nouvelle de Stefan Zweig « La peur » m’offre le fil conducteur de cette pièce, une trame forte et simple, proche de beaucoup d’entre nous, sur un thème universel, le couple et la difficulté à ne pas devenir colocataire du quotidien. Le traitement de cette histoire est plus « complexe ».

Tout d’abord, tous les dialogues étaient à inventer mais également il me fallait approfondir les personnages, très peu développés dans la nouvelle, imaginer un passé à ce couple, les sujets de conflit, leurs passions respectives, etc.

Ensuite, je souhaitais traiter cette histoire de telle sorte que les pensées d’Irène se concrétisent sur le plateau. Ainsi, j’entrelace des scènes. On assiste à ce que vit Irène et à ce qu’elle pense au même instant. Elle discute avec Fritz tout en se remémorant une situation passée, comme la rencontre avec Elsa, l’étrangère. Deux scènes simultanées qui se déroulent dans un temps et un lieu différents.

Ce procédé offre une vraie promiscuité avec le personnage, donne une dynamique forte et une intensité dramatique prononcée. Il met en exergue les complexités psychologiques des personnages, leurs failles. Aucune nécessité de décrire les sentiments des personnages par la parole. La mise en espace des pensées, des souvenirs, illustre le chamboulement intérieur du personnage.

Plus la pièce évolue, plus Irène est enclavée par ses pensées-démons qui se multiplient. Elle semble tomber folle et nous entraine dans ce tourbillon de pensées flashbacks infernales. Le spectateur ne parvient plus à savoir quelle position prendre vis-à-vis d’Irène. Est-elle devenue folle, comme le suggère Fritz, toute cette histoire serait –elle inventée, se fait-elle vraiment suivre, ou bien est-elle dans la vérité et tout simplement dans une impasse ? Ce trouble est passionnant car il place le spectateur dans une position active et non passive, il s’interroge tout le long de la pièce, emporté par cette intrigue presque policière. Un « thriller » à la Hitchcock.

Elodie Menant

  • Note de mise en scène

Ce qui me passionne dans cette histoire, c’est de décortiquer et de mettre en exergue la chute lente et incontournable d’un couple dont la communication échoue. Ce n’est pas qu’ils ne se parlent plus, au contraire ! Mais leurs points de vue, leurs argumentations ne trouvent aucun point d’entente. Une communication parallèle sans raccordement. Et pourtant, tous deux luttent pour parler, pour se comprendre, pour rétablir un équilibre, en vain. C’est cela qui est passionnant et déroutant. Deux personnes qui constatent qu’elles se perdent et qui, malgré leurs efforts, malgré leur lucidité, ne peuvent parvenir à se retrouver. C’est comme constater l’iceberg face à soi mais être dans l’incapacité de l’éviter malgré toutes décisions. Le gouvernail de l’un est braqué à gauche, les voiles de l’autre sont impossible à déployer, aucune solution pour éviter la catastrophe, ne reste plus qu’à la vivre.

A cette perte terrible s’ajoute la peur et l’obstination dans le mensonge. La peur de blesser son mari, qui a une confiance totale en sa femme, la peur de mettre en péril une vie installée et rassurante, la peur de briser un cocon familiale. Cette peur qui glace et qui empêche d’évoluer. Survient alors le mensonge comme unique secours à une situation qu’on ne parvient pas à affronter. Mais le piège du mensonge est que l’on s’embourbe dedans sans retour en arrière. Plus Irène ment, plus dire la vérité devient impossible. Et cette femme, Elsa, qui ressert l’étau. Elle pousse Irène au mensonge et l’enferme dans une peur paralysante, destructrice celle de révéler la vérité.

Ma mise en scène sera donc dirigée de telle sorte que ces deux axes décrits ci-dessus soient mis en valeur. Le premier sera d’abord suggéré, notamment en m’appuyant sur le film « Fenêtre sur cour » d’Hitchcock. Je souhaite placer le spectateur en position de voyeur. Qu’il soit interloqué par ce couple qui semble en froid et qu’on aperçoit à travers une vitre. Qu’il ait envie de le découvrir car il semble le miroir d’une relation amoureuse que chacun a pu connaitre. Impossible d’être insensible à cette situation. Elle nous rappelle forcément une relation vécue.

Ainsi, je jouerai sur les 5 sens : des paroles qu’on entend ou non (en fonction de si la fenêtre est ouverte ou fermée, si la bouilloire ou le sèche-cheveux fonctionnent), des choses que l’on voit ou non en fonction du positionnement du comédien dans l’appartement, des odeurs... Le spectateur devine, grappille des informations, observe de près ce couple. Plus la pièce évolue, plus le spectateur se glisse dans leur intimité De plus en plus de choses sont montrées ou entendues ou senties. Le deuxième axe, la peur, sera travaillé par le biais d’Elsa, sa manière d’apparaitre dans les scènes où elle représente les pensées d’Irène. Elsa sera l’allégorie de la peur.

L’ensemble est traité en m’inspirant d’Hitchcock, des années 50, tout en faisant une mise en scène assez contemporaine, en utilisant de la vidéo, des lumières très blanches, des éléments de décor stylisés et esthétiques. D’un point de vue direction d’acteur, tout le jeu sera ciselé de tel sorte que l’intériorité des personnages soit en opposition avec ce qu’ils montrent. Chaque personne ment, chaque personnage cache une situation et des sentiments, c’est une lutte acharnée pour chacun de dissimuler ces ressentis volcaniques. Ils jouent tous aux faux-semblants.

Elodie Menant

Sélection d’avis du public

Un jeu d'acteur très intense Par Romain T. - 11 avril 2024 à 13h29

Une histoire qui aurait pu être banale dans le récit mais mise en scène de manière très juste avec des acteurs de grande intensité. Bravo !

Du beau théatre Par JULIA D. - 10 avril 2024 à 10h20

Très beau texte, les acteurs sont excellents, on passe un très bon moment !

Excellente pièce, excellemment adaptée pour le théâtre et brillamment interprétée! A ne pas manquer! Par LEON S. - 13 septembre 2023 à 18h46

Excellente pièce ! L’adaptation du texte est brillamment réussie, tout comme la mise en scène et le jeu des acteurs. À ne pas manquer!

Excellents acteurs et mise en scène Par Isabelle N. - 10 juillet 2023 à 19h55

Nous avons vu à Avignon ce spectacle impeccablement joué : un des meilleurs que nous avons vus pour cet Avignon 2023.

Synthèse des avis du public

4,6 / 5

Pour 188 Notes

71%
26%
2%
1%
1%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 188 5
Un jeu d'acteur très intense Par Romain T. (2 avis) - 11 avril 2024 à 13h29

Une histoire qui aurait pu être banale dans le récit mais mise en scène de manière très juste avec des acteurs de grande intensité. Bravo !

Du beau théatre Par JULIA D. (1 avis) - 10 avril 2024 à 10h20

Très beau texte, les acteurs sont excellents, on passe un très bon moment !

Excellente pièce, excellemment adaptée pour le théâtre et brillamment interprétée! A ne pas manquer! Par LEON S. (1 avis) - 13 septembre 2023 à 18h46

Excellente pièce ! L’adaptation du texte est brillamment réussie, tout comme la mise en scène et le jeu des acteurs. À ne pas manquer!

Excellents acteurs et mise en scène Par Isabelle N. (1 avis) - 10 juillet 2023 à 19h55

Nous avons vu à Avignon ce spectacle impeccablement joué : un des meilleurs que nous avons vus pour cet Avignon 2023.

La Peur de Stefan Zweig Par Catherine L. (1 avis) - 15 avril 2019 à 09h34

Excellente pièce, très bien jouée ! Intrigue, suspense et émotions vont crescendo! Mise en scène époustouflante. Allez-y ! Nous avons passé une excellente soirée.

Excellent ! Par Pascal B. (1 avis) - 14 avril 2019 à 16h20

De splendides comédiens, une mise en scène efficace et pleine de bonnes idées avec un décor pourtant minimaliste. Très belle réussite qui donne envie de découvrir le texte de Zweig.

La peur d'après Stefan Zweig Par Florence Q. (1 avis) - 27 mars 2019 à 21h00

Nous étions 4 : 65ans et 62ans et notre fils et son amie 25 ans tous les deux. Nous avons beaucoup aimé, les 3 acteurs sont très justes, la valse des décors rythme parfaitement la montée de " la peur " et le dénouement tellement fort. Bravo.

Par David A. (1 avis) - 24 mars 2019 à 12h24

L’adapatation Du livre de Stefan Zweig est excellente, avec un jeu d’acteur rendant parfaitement ce que la lecture du livre m’avait inspiré. Bravo

La Peur Par Florence G. (5 avis) - 8 mars 2019 à 22h28

J'adore Stefan Zweig et encore une fois je ne suis pas déçue. Les acteurs sont merveilleux.

Le 8 mars 2019 à 15h39

Je recommande vivement cette pièce, les comédiens sont d'une très grande justesse, les dialogues excellents!

Impressionnant Par Simon M. (8 avis) - 5 mars 2019 à 18h22

Une pièce au décors et à la mise en scène soignée, les acteurs nous transmettent l'émotion comme promis! Le tout est accompagné de réflexion sur la justice pas inutiles en ces temps... A voir!

packender Theaterabend Par Daniel Z. (1 avis) - 3 mars 2019 à 19h46

ein gut konzipiertes Stück, überzeugend dargestellt.

La Peur Par Françoise S. (2 avis) - 26 février 2019 à 15h10

Très belle pièce et très bons acteurs, un moment bien agréable, merci.

Remarquable Par Laurence P. (1 avis) - 23 février 2019 à 13h43

Bravo aux comédiens nous avons passé un excellent moment.

La Peur Par PATRICIA C. (1 avis) - 20 février 2019 à 18h44

Stefan Zweig est un de mes auteurs préférés. J'ai donc accouru pour voir la pièce et ai été ravie de l'interprétation. Les acteurs sont excellents. Le suspense est bien retranscrit. Je recommande chaleureusement cette pièce.

Informations pratiques

La Scala Paris

13, boulevard de Strasbourg 75010 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Gare de l'Est Grands boulevards Restaurant Vestiaire
  • Métro : Strasbourg - Saint-Denis à 72 m
  • Bus : Porte Saint-Denis à 135 m, Porte Saint-Martin à 202 m, Château d'Eau à 211 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

La Scala Paris
13, boulevard de Strasbourg 75010 Paris
  • 1re catégorie

    de 36 à 46 €

  • 2e catégorie

    de 31,5 à 39 €

  • 3e catégorie

    de 16,5 à 30 €

  • 4e catégorie : Visibilité réduite

    15 €

Pourraient aussi vous intéresser

Partenaire
Le Montespan

Théâtre Actuel La Bruyère

Un Tramway nommé Désir

Théâtre des Bouffes Parisiens

- 10%
Big Mother

Théâtre des Béliers Parisiens

La Danseuse

Théâtre de Belleville

- 16%
Music-Hall Colette

Tristan Bernard

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

Réserver à partir de 15 €