La face cachée de la lune

Parc de la Villette - Grande Halle , Paris

Du 24 novembre au 02 décembre 2017
Durée : 2h25

CONTEMPORAIN

,

Biopic

,

Pièce historique

,

Québec

,

Sélection Evénement

Sommes-nous seuls ? Autour de cette question fondamentale, Robert Lepage revisite son enfance et adolescence, pour raconter la conquête de l’espace jusque dans les années 1970. Une pièce chorale qui transporte, avec poésie, de l’autre côté de la lune. Yves Jacques, unique acteur et performeur, incarne tous les personnages d’une fresque historique et intime.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 22,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

La face cachée de la lune

De

Robert Lepage

Mise en scène

Robert Lepage

Avec

Yves Jacques

Présentation
Notes de mise en scène

Extrait
Illusion cosmique

Un spectacle autobiographique de Robert Lepage qu’Yves Jacques interprète, seul en scène, entouré de marionnettes. Robert Lepage y entremêle l'histoire de la conquête de l'espace qui l'a fasciné pendant sa jeunesse et l'histoire de sa vie même, racontée par bribes, à travers sa relation tendue avec son frère après la mort de leur mère.

Haut de page

Il est évident que depuis qu’on l’a sondée, explorée et cartographiée, notre intérêt pour la lune a beaucoup diminué. Déjà au début des années 70 les dernières missions Apollo n’étaient même plus diffusées à la télévision. Mais bien qu’elle ait perdu de son mystère, elle n’a certainement pas perdu sa force poétique.

En m’intéressant à certains épisodes de la conquête de l’espace, j’ai été obligé malgré moi de revisiter mon enfance et une partie importante de mon adolescence. C’était un rendez-vous que je tentais de repousser depuis longtemps mais la création de ce spectacle m’a acculé au pied du mur. Le plus difficile a sûrement été de découvrir que ma jeunesse que je croyais ensoleillée baignait plus souvent qu’autrement dans les tonalités de la lune c’est-à-dire le bleu et le gris.

J’ose espérer que la maladresse de mon histoire déguisée saura vous toucher et réveiller chez vous un peu de nostalgie lunaire.

Robert Lepage

Haut de page

Thésard et taiseux, homme pas fini, Philippe observe l’astre mort : « Avant que Galilée ne tourne son télescope vers le ciel, dit-il, on croyait que la Lune était un miroir poli dont les sombres cicatrices et contours mystérieux étaient en fait le reflet des montagnes et des mers de la Terre. »

La tête dans les étoiles, Philippe étudie l’espace sans parvenir à y voir clair dans l’infiniment moyen de son quotidien. Le deuil de sa mère le rapproche de son frère cadet, André, météorologue, vedette de télévision et imbu de lui-même. Depuis une rivalité fraternelle, depuis la quête de sérénités intérieures et de vérités célestes, La Face cachée de la lune éclaire la compétition d’autres frères ennemis : les Soviétiques et les Américains, précipités dans la conquête de l’immensité cosmique.

Yves Jacques, unique acteur et performeur, incarne tous les personnages d’une fresque historique et intime. Sur le plateau, un hublot se voit transformé en aquarium à poisson rouge, en ascenseur, en oculus de machine à laver ou en porte intersidérale. Sur les compositions de Laurie Anderson et quelques succès de Led Zeppelin, les trouvailles scéniques affluent dans un exercice virtuose de théâtre total. Souvenirs, traumatismes, désillusions et fous rires de l’enfance colorent le puzzle-scénario que son créateur Robert Lepage porta à l’écran au printemps 2003.

L’art singulier de l’inventeur, acteur, homme de scène et de cinéma québécois joue, en alternance, depuis plus de vingt-cinq ans, d’une approche traditionnelle du récit et d’une recherche expérimentale, où les technologies de pointe se mêlent à la machinerie scénique. Né quelques jours après le lancement du premier Spoutnik, l’artiste convoque la vidéo, la sonorisation, le virtuel et d’autres joies de l’informatique pour ouvrir la représentation à de nouvelles voies narratives. Il chasse les trésors cachés d’un ordinaire exigu et s’évade par les travers d’une poésie astrale.

Pierre Notte

Haut de page

« Avant que Galilée ne tourne son télescope vers le ciel, on croyait que la lune était un miroir poli dont les sombres cicatrices et contours mystérieux étaient en fait le reflet des montagnes et mers de la Terre. Bien plus tard, au XXe siècle, les Soviétiques envoyèrent une sonde autour de la lune. Quand la sonde rapporta des images de la face cachée de la lune, celle qu'on ne voit jamais de la Terre, l'humanité découvrit avec stupéfaction l'existence d'un côté battu et marqué de la lune, blessé par d'innombrables météores et tempêtes de débris célestes. Pendant plusieurs années, les scientifiques américains parlèrent du côté « défiguré » de la lune. Peut-être bien parce que le relief de la face cachée de la lune porte les noms de cosmonautes, de poètes et d'inventeurs soviétiques. »

Sur ces paroles débutent les aventures de Philippe, un homme qui doit faire face à la mort récente de sa mère, à l'éloignement croissant entre lui et le seul membre restant de sa famille, son frère cadet André, et aux enseignements mystérieux que réserve l'univers à ceux qui ont le courage de lever un regard songeur et curieux vers les étoiles. L'espace et le temps comptent moins que la quête de cet homme qui cherche à trouver un sens à l'univers et à sa place dans celui-ci.

La compétition entre Soviétiques et Américains durant la course à l'espace, le programme SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence - la recherche de vie extra-terrestre) et des souvenirs d'enfance et d'adolescence deviennent les repères de ce spectacle solo orienté autour d'une question, fondamentale : « Sommes-nous seuls ? ». Soutenu par la trame sonore de Laurie Anderson, la face cachée de la lune transporte ses spectateurs vers d'autres mondes, dans une envolée propulsée par la magie théâtrale de Robert Lepage.

La face cachée de la lune, c’est d’abord la confrontation de deux frères secoués par la mort de leur mère.

C’est aussi le voyage du cosmonaute russe Alexei Leonov, confronté à l'immensité sidérale lors de ses premiers pas hors du vaisseau Soyouz. C'est le projet, à la fois délirant et sincère, d'un ascenseur de l'espace qui permettrait aux humains d'aller contempler le vide absolu.

Et c’est enfin le voyage vers l’infini d’un enregistrement vidéo farfelu mais touchant, où le personnage principal dit à d’éventuels extra-terrestres la poésie qui se cache parfois derrière le quotidien de l’homme.

Ce spectacle solo de Robert Lepage a été créé à Québec en mars 2000.

Haut de page

Avis du public : La face cachée de la lune

0 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Cédric B. (1 avis) 08 février 2002

La face cachée de la lune Ce spectacle est absolument fabuleux. Amoureux de la lune, de l'Histoire, des idées, des gens, ne manquez pas ce moment fantastique ! Robert Page a réussi à entremêler l'aventure de la conquête de l'espace et la vie de deux frères québécois d'une manière intime, belle, tendre et triste. Les inventions de la mise en scène nous emmène dans un monde où tout est possible, surtout l'accomplissement des rêves. C'est beau à en pleurer. Le tout avec Beethoven en filigrane.
0
0

Spectacles consultés récemment