La Loi du marcheur

4 avis
Paris 3e

du 29 mars au 18 avril 2015 1h50

La Loi du marcheur

Reprise de cet entretien historique entre Régis Debray et Serge Daney, un des plus grands critiques cinéma du XXe siècle. Nicolas Bouchaud donne vie à ce génial et sensible tour d'horizon du 7e Art.

Janvier 1992. Quelques mois avant sa mort, Serge Daney s’entretient avec Régis Debray sur son itinéraire de critique de cinéma. Rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, journaliste à Libération, fondateur de la revue Trafic, il témoigne de ce que « voir des films » lui a offert du monde. Presque 20 ans plus tard, Nicolas Bouchaud donne vie sur scène à ce tour d'horizon sensible du cinéma.

  • Un tour d'horizon sensible du cinéma

Les étapes de cette marche ont pour nom : Rio Bravo, Tegucigalpa, Nuit et Brouillard, Moonfleet, Le Salaire de la peur… Les compagnons de route sont James Stewart, Jean-Luc Godard, Ava Gardner, Buster Keaton, Howard Hawks, Danielle Darrieux… Les paysages traversés ressemblent aux films de notre enfance, à un journal intime, un autoportrait, un roman, une chronique ou un pamphlet. Le guide est un homme de (la) parole, possédant cet art subtil de raconter des histoires et de donner un poids jusqu’alors inconnu à votre écoute et votre regard. Cette merveilleuse odyssée est La Loi du marcheur.

En découvrant le film réalisé en 1992 par Pierre-André Boutang, Serge Daney, Itinéraire d’un ciné-fils, le comédien Nicolas Bouchaud est traversé par ces entretiens aériens, dans lesquels Serge Daney, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, journaliste à Libération, revient sur sa vie, ses voyages, le cinéma, les médias… Il s’en empare pour faire entendre la voix et la pensée d’un des plus grands passeurs de l’histoire du cinéma, témoignant de ce que « voir des films lui a offert du monde ». École du regard et de la vigilance, le cinéma est un « savoir regarder » qui, quelle que soit la classe sociale à laquelle on appartient, renvoie à notre rapport à l’art, au présent, à la vie, à l’expérience. Seul en scène, Nicolas Bouchaud raconte, incarne, interpelle, mime, élabore, réagit, se perd et se retrouve, se pose et s’envole, saute et se cache. La joie nous envahit, celle de se sentir un individu pensant, en veille et en marche, aiguisé et sensible, ouvert à la poésie.

Petit Parisien né en 1944 dans le 11ᵉ arrondissement au sein d'un milieu modeste, Serge Daney raconte ce que « voir des films lui a offert du monde ». C'est un passeur virtuose, s'exprimant de façon claire, percutante, avec un sens aigu de la formule. Nicolas Bouchaud s'empare de cette parole de « griot » pour s’adresser directement au public, avec pour soutien un film « ami », que ni lui ni Serge Daney n'ont jamais perdu de vue : Rio Bravo d’Howard Hawks. Intégré à la mise en scène, le film offre de multiples possibilités de jeu entre plateau et écran de projection afin de rendre hommage au cinéma et à son pouvoir de changer le cours de nos vies.

D’après Serge Daney, Itinéraire d’un ciné-fils, un film de Pierre-André Boutang et Dominique Rabourdin.

  • La presse

« Peu importe que l'on connaisse ou non Serge Daney, ou que l'on soit cinéphile ou pas. On suit le voyage au long cours à travers la vie d'un homme qui fut d'abord un enfant de la Seconde Guerre mondiale, pour qui le cinéma devint tôt la promesse d'être " un citoyen du monde " . Nicolas Bouchaud restitue ce voyage avec une allégresse en accord avec la mélancolie de Serge Daney, dont aucune image n'apparaît, sinon une silhouette, à la fin. » Le Monde

« Deux heures ou presque donc de grâce, d'intelligence, de réflexion, d'humour, de partage. Hommage, oui, bien sûr, au ciné-fils et au cinéma qu'il aimait, mais aussi objet théâtral parfaitement maîtrisé, réglé, précis, dans une bonne humeur contagieuse. » Martine Silber, Marsupilamima

 

Sélection d’avis du public

Un magnifique texte incarné à la perfection Le 29 mai 2024 à 10h22

Un texte sensible et profond, qui fait réfléchir sur le sens du cinéma, d'une œuvre artistique et sur le regard du spectateur. Avec une incarnation et une présence incroyable, comme toujours, de Nicolas Bouchaud. Et de beaux moments de mise en scène.

Excellent Par Nathalie C. - 19 mai 2024 à 11h25

Intelligent, drôle, inspirant

Par Anne T. - 12 avril 2015 à 20h58

La voix de gens comme Daney nous porte en ces temps difficiles et Bouchaud l'incarne avec beaucoup de tendresse et d'humour.

Le 6 avril 2015 à 17h30

remarquable d'intelligence tant pour N Bouchaud dont on connait le talent que pour la mise en scène

Synthèse des avis du public

5,0 / 5

Pour 4 Notes

100%
0%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 4 5
Un magnifique texte incarné à la perfection Le 29 mai 2024 à 10h22

Un texte sensible et profond, qui fait réfléchir sur le sens du cinéma, d'une œuvre artistique et sur le regard du spectateur. Avec une incarnation et une présence incroyable, comme toujours, de Nicolas Bouchaud. Et de beaux moments de mise en scène.

Excellent Par Nathalie C. (6 avis) - 19 mai 2024 à 11h25

Intelligent, drôle, inspirant

Par Anne T. (1 avis) - 12 avril 2015 à 20h58

La voix de gens comme Daney nous porte en ces temps difficiles et Bouchaud l'incarne avec beaucoup de tendresse et d'humour.

Le 6 avril 2015 à 17h30

remarquable d'intelligence tant pour N Bouchaud dont on connait le talent que pour la mise en scène

Informations pratiques

Carreau du Temple

4 Rue Eugène Spuller 75003 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar République Restaurant
  • Métro : Temple à 267 m, République à 350 m
  • Bus : Square du Temple à 96 m, Jean-Pierre Timbaud à 294 m, République à 308 m, Archives - Haudriettes à 360 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Carreau du Temple
4 Rue Eugène Spuller 75003 Paris
Spectacle terminé depuis le samedi 18 avril 2015

Pourraient aussi vous intéresser

Music-Hall Colette

Le POC - Pôle Culturel d'Alfortville

- 27%
Eva Rami - Va aimer !

Pépinière Théâtre

- 21%
Pour un temps sois peu

Malakoff scène nationale – Théâtre 71

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

Spectacle terminé depuis le samedi 18 avril 2015