La Culotte

Les femmes ont pris le pouvoir : elles souhaitent émasculer tous les hommes soupçonnés de phallocratie. Entre les cochons et les furies, les déviants ne sont pas toujours là où on les attend… Émeline Bayart, connue pour sa gouaille et ses talents de comédienne-chanteuse signe la mise en scène de cette pièce farceuse de Jean Anouilh.

  • Les femmes au pouvoir

Les femmes ont pris le pouvoir : elles souhaitent émasculer tous les hommes soupçonnés de phallocratie. Entre les cochons et les furies, les déviants ne sont pas toujours là où on les attend… 

Guerre des sexes terrifiante et cruellement drôle où la farce visionnaire côtoie le cauchemar. Les chansons y occupent une place essentielle.

Anouilh dénonce dans cette pièce la folie et la décadence d’un système qui réduit l’individu au néant en utilisant la carte de l’humour et le code du carnaval où tout peut être inversé : les rôles de genre, la hiérarchie sociale, le haut et le bas, l'endroit et l'envers.

  • Note d'intention

La Culotte d’Anouilh est une farce écrite en 1978. Il me semblait fort intéressant de mettre en scène aujourd’hui ce cauchemar fantasmagorique aux accents « felliniens » qui oscille entre plaisanterie cruelle et constat amer d’une société déchue en perte de repères, et de conscience morale. Par leur prise de pouvoir en force, des femmes qui ont tant souffert de l’hégémonie masculine qui les a parfois ruinées, réservent aux hommes un anéantissement total et sans retour.

A travers le ballet carnavalesque de cette pièce chorale portée par des personnages hauts en couleur et profondément théâtraux, il s’agira ici de dénoncer la folie d’un système qui réduit l’individu au néant et par conséquent d’éclairer les différentes stratégies d’instinct de survie développées par chacun des protagonistes selon leur sexe, leur catégorie socio professionnelle, leur intérêt personnel. Par le biais de l’humour et de saynètes chantées ajoutées dans l’esprit de l’auteur et afin de déployer l’onirisme tantôt lyrique, tantôt acerbe del’œuvre, nous rendrons compte d’un monde qui vacille.

Pour cela, nous inscrirons le spectacle dans une esthétique singulière et atemporelle, permettant d’éclairer Sublime et Grotesque, Monstres et Merveilles qu’Anouilh fait coexister avec force poétique tout au long de cette pièce visionnaire et « culottée ».

  • La presse

« La satire est forcée et vise le grotesque […] mais Anouilh a saisi ce qui devenait socialement insupportable aux femmes et en a dressé un tableau grinçant et jubilatoire. » Télérama Sortir TT

Sélection d’avis du public

9a vous la coupe l'Anouilh! Par Picoudamour - 22 mai 2024 à 11h51

Sur le fond ce n'est pas le plus lourd à avaler...On y est mais c'est sur la forme que l'on toucherait le fond ou presque. Et ce malgré la présence d'Emeline Bayart qui fait de l'Emeline Bayart sans grande conviction semble t-il. Le talent d'Emeline n'est plus à prouver (réf à son excellent spectacle "d'elles à lui "au Kibélé) mais dans la culotte il y a du flottement. Les partenaires sur scène manquent de "relief" et ce ne sont pas les quelques chansons, avec musiciens sur scène, qui changent l'ambiance...Que ce fut long et limite ennuyeux.

Synthèse des avis du public

1,0 / 5

Pour 1 Notes

0%
0%
0%
0%
100%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

1 1 5
9a vous la coupe l'Anouilh! Par Picoudamour (490 avis) - 22 mai 2024 à 11h51

Sur le fond ce n'est pas le plus lourd à avaler...On y est mais c'est sur la forme que l'on toucherait le fond ou presque. Et ce malgré la présence d'Emeline Bayart qui fait de l'Emeline Bayart sans grande conviction semble t-il. Le talent d'Emeline n'est plus à prouver (réf à son excellent spectacle "d'elles à lui "au Kibélé) mais dans la culotte il y a du flottement. Les partenaires sur scène manquent de "relief" et ce ne sont pas les quelques chansons, avec musiciens sur scène, qui changent l'ambiance...Que ce fut long et limite ennuyeux.

Informations pratiques

Théâtre Montparnasse

31, rue de la Gaîté 75014 Paris

À l'italienne Accès handicapé (sous conditions) Bar Montparnasse Restaurant Salle climatisée Vestiaire
  • Métro : Gaîté à 135 m, Edgar Quinet à 200 m, Montparnasse Bienvenüe à 324 m
  • Bus : Gaîté à 155 m, Gare Montparnasse à 203 m, Jean Zay - Maine à 244 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre Montparnasse
31, rue de la Gaîté 75014 Paris
  • Carré Or

    de 35,6 à 50 €

  • 1re catégorie

    de 32,1 à 44,5 €

  • 2e catégorie

    de 28,6 à 39 €

  • 3e catégorie

    de 16,1 à 22,5 €

Pourraient aussi vous intéresser

- 20%
Courgette

Tristan Bernard

- 61%
- 27%
La Forme des choses

Théâtre La Flèche

Série noire - La Chambre bleue

Malakoff scène nationale – Théâtre 71

- 51%
Le temps des fins

Théâtre Ouvert

Réserver à partir de 16,1 €