HOLE/TROU

du 6 janvier au 31 mars 2023
1h15

HOLE/TROU

« La condition humaine semble la plupart du temps passer à côté de la jouissance, qui, par excellence, nous déborde … » Jean-Philippe Domecq. À partir de 18 ans.

À partir de 18 ans.

« Les hommes semblent passer leur temps à passer à côté », constate Jean-Philippe Domecq, écrivain et peintre, dans Le livre de jouissances (éd Pocket), nous dérobant ainsi d’emblée le sol sous les pieds. « A côté de quoi ? » Il ne rassure pas : « on ne sait, mais à côté ! ». Mais plus tard il ajoute : « De cette immense vie… »

Comment faire donc, comment ne pas passer à côté ? Et qu’est-ce que c’est que « vivre » ? « Se vivre depuis le tout sauf soi », propose Jean-Philippe Domecq : « C’est un détachement qui ne prétend pas à sagesse ou alors élémentaire, puisqu’il nous vient du premier ressort de la condition humaine : la conscience de notre mort. »

A la mort répond la volupté, c’est le jeu d’Eros et Thanatos. Du sexe libertin à l’orgasme mystique, d’une jouissance à l’autre, le corps reste pourtant au centre de toutes les jouissances. « Le corps demeure qui se ressent ». Elle ne le sait que trop bien, Etcha Dvornik, danseuse et chorégraphe, comédienne, pour qui le corps dansant est la source de jouissances existentielles, et pourquoi les textes de Jean-Philippe Domecq lui permettent de poursuivre ses recherches sur le corps et l’être.

Et comment sommes-nous, hommes et femmes, dans nos jouissances, jouissons-nous différemment ? Le fameux « continent noir » selon Freud, est-il encore sanctuaire de l’inconnu ? Pour réfléchir à ces jouissances, Etcha Dvornik dialogue avec les textes et dessins de Jean-Philippe Domecq, par ses danses, sa voix, ses mots. Cela donne le spectacle : HOLE/TROU, ou le Vertige de vivre. En écho à une des propositions de Domecq : « Autant en effet partir du vertige de vivre, puisque on se sait mortel dès le départ. Autant appuyer nos pas sur notre ignorance irrémédiable… Rien de plus sûr que le sol absent ».

Sélection d’avis du public

Sexe frénétique Par Brigitte S. - 23 mars 2023 à 15h43

Manifestement cette proposition artistique s'adresse à un public averti dont je ne fais pas partie. J'avoue avoir été choquée et heurtée.

Affligeant Par Dominique A. - 3 mars 2023 à 22h50

Tout est dit dans le titre.

UN DEFI Par Enrique T. - 26 février 2023 à 22h51

un défi 9/10 Ce spectacle exige réflexion, et je le recommande comme défi critique et anthropologique ! Défi d'endurance aussi ; non qu'il soit trop long... mais la sexualité y est débordante, basée sur un texte très fort de Jean-Philippe Domecq, avec des dessins à lui projetés en fond de scène, dans une mise en scène sobre et parfaitement à propos. La pornographie est une affaire divine basée sur la pénétration, et tous ses avatars, et c'est bien sur les trous que se fixe le regard pornographique (et le texte et les dessins de Jean-Philippe Domecq.) Etcha Dvornik le fait par la parole. Le sexe qu'elle nous présente sur scène y est symbolique - comme, par exemple, lorsqu'elle dénude ses seins et les plonge dans une bassine de sperme. Et c'est très juste.Le corps d'Etcha Dvornik est le corps d'une Aphrodite porneia. Elle a une surcharge magnifique de comédienne, son élocution avait une cadence de barde féminin, détachée et saupoudrée d'ironie salée - envers le public, pris à témoin très directement - signe de grande personnalité, voire de sagesse... Pas loin d'une sacerd'hotesse d'Aphrodite...En incluant en plus la complexité du fait que ce sont les paroles d'un homme auxquelles elle prête sa voix. #écrit Aujourd'hui à 22h29

un rituel Par Pierre L. - 31 janvier 2023 à 23h30

Etcha Dvornik mène là une entreprise de théâtre qu'aurait aimé Antonin Artaud aujourd'hui. À partir d'extraits du "Livre des jouissances " de Jean-Philippe Domecq (édition Pocket), elle porte un texte hard et dur, qui propulse du vide infini à l'orgasme jubilatoire. Elle le possède et en est possédée, inventant un rituel de notre temps et de toujours. Sur fond de dessins érotiques de l'auteur, elle danse, psalmodie, nous tape au ventre et au-delà de la pensée. On en sort remué, à l'existentielle.

Synthèse des avis du public

3,0 / 5

Pour 4 Notes

50%
0%
0%
0%
50%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

3 4 5
Sexe frénétique Par Brigitte S. (366 avis) - 23 mars 2023 à 15h43

Manifestement cette proposition artistique s'adresse à un public averti dont je ne fais pas partie. J'avoue avoir été choquée et heurtée.

Affligeant Par Dominique A. (28 avis) - 3 mars 2023 à 22h50

Tout est dit dans le titre.

UN DEFI Par Enrique T. (1 avis) - 26 février 2023 à 22h51

un défi 9/10 Ce spectacle exige réflexion, et je le recommande comme défi critique et anthropologique ! Défi d'endurance aussi ; non qu'il soit trop long... mais la sexualité y est débordante, basée sur un texte très fort de Jean-Philippe Domecq, avec des dessins à lui projetés en fond de scène, dans une mise en scène sobre et parfaitement à propos. La pornographie est une affaire divine basée sur la pénétration, et tous ses avatars, et c'est bien sur les trous que se fixe le regard pornographique (et le texte et les dessins de Jean-Philippe Domecq.) Etcha Dvornik le fait par la parole. Le sexe qu'elle nous présente sur scène y est symbolique - comme, par exemple, lorsqu'elle dénude ses seins et les plonge dans une bassine de sperme. Et c'est très juste.Le corps d'Etcha Dvornik est le corps d'une Aphrodite porneia. Elle a une surcharge magnifique de comédienne, son élocution avait une cadence de barde féminin, détachée et saupoudrée d'ironie salée - envers le public, pris à témoin très directement - signe de grande personnalité, voire de sagesse... Pas loin d'une sacerd'hotesse d'Aphrodite...En incluant en plus la complexité du fait que ce sont les paroles d'un homme auxquelles elle prête sa voix. #écrit Aujourd'hui à 22h29

un rituel Par Pierre L. (1 avis) - 31 janvier 2023 à 23h30

Etcha Dvornik mène là une entreprise de théâtre qu'aurait aimé Antonin Artaud aujourd'hui. À partir d'extraits du "Livre des jouissances " de Jean-Philippe Domecq (édition Pocket), elle porte un texte hard et dur, qui propulse du vide infini à l'orgasme jubilatoire. Elle le possède et en est possédée, inventant un rituel de notre temps et de toujours. Sur fond de dessins érotiques de l'auteur, elle danse, psalmodie, nous tape au ventre et au-delà de la pensée. On en sort remué, à l'existentielle.

Informations pratiques

Théâtre Darius Milhaud

80, Allée Darius Milhaud 75019 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Salle climatisée Villette
  • Métro : Danube à 349 m, Porte de Pantin à 397 m
  • Tram : Butte du Chapeau Rouge à 369 m
  • Bus : Goubet à 111 m, Général Cochet à 222 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre Darius Milhaud
80, Allée Darius Milhaud 75019 Paris
Spectacle terminé depuis le vendredi 31 mars 2023

Pourraient aussi vous intéresser

Partenaire
Le Montespan

Théâtre Actuel La Bruyère

King Kong Théorie

Théâtre Silvia Monfort

La Danseuse

Théâtre de Belleville

Amours chimiques

Lavoir Moderne Parisien

Le cri d'Yvona

Théâtre Elizabeth Czerczuk

Amok

Théâtre Elizabeth Czerczuk

Spectacle terminé depuis le vendredi 31 mars 2023