Diane Arbus self portrait

1
2
3
4
5

Les plateaux sauvages , Paris

Du 13 au 31 janvier 2020

CONTEMPORAIN

,

Biopic

Après avoir expérimenté le dispositif technique de la photographie en live nécessaire au spectacle, Paul Desveaux et son équipe plongent dans le travail du texte avec l’équipe d’acteur·trice·s éclectiques de la distribution – Anna Mouglalis, Xavier Legrand et Jean-Luc Verna entre autres – à l’image des sujets que photographiait Diane Arbus. Un casting idéal pour célébrer la diversité des êtres qui recompose la figure de cette célèbre photographe, sur un texte de Fabrice Melquiot.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 6 €

Prix tous frais inclus


 

Diane Arbus self portrait

De

Fabrice Melquiot

Mise en scène

Paul Desveaux

Avec

Michael Felberbaum

,

Catherine Ferran

,

Xavier Legrand

,

Anna Mouglalis

,

Marie-Colette Newman

,

Jean-Luc Verna

  • Genèse d'une trilogie

En 2007, je proposais à Fabrice Melquiot de travailler à une pièce autour du peintre américain Jackson Pollock et sa femme Lee Krasner. J’avais vu dix ans auparavant la rétrospective du créateur des drippings au Whitney Museum à New York. Sa manière de concevoir le geste pictural, les mouvements autour de la toile au sol, me rappelaient la collaboration que j’entretenais depuis huit ans avec la chorégraphe Yano Iatridès.

Avec Fabrice, nous souhaitions nous appuyer sur quelques éléments biographiques, des interviews, des textes critiques mais en aucun cas, réaliser un biopic.

Ce fut une expérience passionnante tant sur la conception avec l’auteur que sur l’écriture scénique.

Après cette création qui tourna pendant quatre saisons, je n’avais pas envie de m’arrêter à cette première expérience. Depuis longtemps, je voulais parler de musique, mettre en scène le geste musical.

Avec Vincent Artaud qui signe les bandes originales de tous mes spectacles depuis 2001, nous cherchions une figure si possible féminine de la scène rock américaine. Et c’est ainsi que nous avons commencé à concevoir un spectacle autour de Janis Joplin. Ou plutôt, une création très librement inspirée de la vie et l’oeuvre de la reine du rock psychédélique. Il était impossible d’envisager cette nouvelle aventure sans Fabrice Melquiot, et l’auteur de Pollock nous a rejoint dès les premières réflexions.

Au regard de ces premières aventures, j’ai donc imaginé un triptyque. C’est alors que l’oeuvre et la vie de Diane Arbus me sont revenues à l’esprit.

J’avoue avoir une fascination pour les Etats-Unis de l’après-guerre jusqu’au milieu des années 70.. Ce fut une époque riche de mouvements artistiques tant dans la musique, la peinture, la sculpture, que la littérature… C’est sans doute cette aspiration à la liberté, une forme de chaos, qui rend cette période propice à l’émergence de pensées si particulières.

  • Rencontre avec Diane Arbus

J’ai toujours aimé la photographie. Est-ce que j’ai été influencé par les images de mon père, un amateur éclairé ? Peut-être. A force de voir des boîtiers, des objectifs, le labo, il m’était difficile de rester insensible à l’univers de l’argentique. Il y avait aussi à la maison des livres de Depardon, Helmut Newton,… et par la suite, je me suis fait ma propre collection : Gregory Crewdson, Stephen Shore ou l’extravagant Araki…

Mais mon intérêt pour Diane Arbus relève tout aussi bien de son histoire personnelle que de son projet photographique. J’ai été touché par le parcours de cette jeune new-yorkaise qui après avoir été l’assistante et collaboratrice de son mari pour des photos de mode, se retrouve à saisir les instants de l’underground de la capitale culturelle américaine, des portraits de personnages à la frontière de la société, des bourgeoises noyées dans leurs zibelines.

Car Diane Arbus, née Nemerov, est la fille d’un grand commerçant qui fera le bonheur, avec ses vêtements et ses fourrures, des dames de la haute société de Manhattan. C’est ainsi qu’elle naviguera des appartements de l’Upper East Side aux cabarets et bas-fond de la cité.

Il faut imaginer, dans les Etats-Unis de l’après-guerre, dans ces années soixante si machistes, une femme qui va quitter son rôle d’assistante pour mener un projet artistique hors du commun. Elle ne va plus capturer le glamour, la beauté des mannequins, mais le bizarre, l’étrange qu’on ne regarde pas.

Le plus étonnant dans les photographies d’Arbus, c’est qu’elle prend toujours l’humanité en défaut. Elle photographie les failles de chacun de ses sujets.

Car elle-même est une faille à ciel ouvert. Sa vie est un bordel sans nom où alternent des perditions, des solitudes, des histoires d’amours aux fins tragiques.

Elle est aussi freak que les personnages de ses photographies.

Et c’est sans doute épuisée par les tempêtes affectives, qu’elle se suicidera le 26 juillet 1971.

Arbus, c’est une histoire sur les femmes, un témoignage sur une société, un projet artistique.

Et pour moi, un sujet théâtral.

  • Processus

Lors des deux premiers épisodes de notre Trilogie Américaine—Pollock et Janis—, Fabrice Melquiot et moi-même avions posé avec le principe suivant : nous ne voulions pas réaliser une biographie exhaustive d’une de ces figures majeures du XXème siècle, mais il s’agissait de s’inspirer de leurs parcours, comme un matériel subjectif, pour dresser un portrait impressionniste d’un artiste entre intime et création.

A mon sens, une biographie en tant que telle, n’est pas intéressante si elle ne devient le vecteur d’une réflexion sur le présent. Ces figures, par leurs choix, par leurs vies, nous invitent à mettre en perspective notre époque.

Il en résulte donc que ces objets théâtraux sont construits à la fois à partir de l’imaginaire d’une vie mais aussi de réflexions propres à l’auteur et, dans un second temps, au metteur en scène.

La commande que j’ai donc faite à Fabrice Melquiot, c’était de raconter une histoire centrée sur trois protagonistes : Diane, sa mère Gertrude et son mari Allan laissant la figure paternelle comme un fantôme. Je lui ai demandé aussi d’écrire une tragédie et non pas un drame. La tragédie me paraît bien plus intéressante que le drame. Elle nous permet des contre-points à la fois drôles, bizarres, historiques, et surtout elle ne délire pas son père et sa mère comme dirait Deleuze, mais elle délire le monde.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Diane Arbus self portrait

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment