Des Territoires (… D’une prison l’autre…)

1
2
3
4
5

Théâtre de la Bastille , Paris

Du 02 au 25 novembre 2017
Durée : 2h30

CONTEMPORAIN

,

Festival d'Automne à Paris

Quel type de révolution connaîtra le XXIè siècle ? s'inquiète Baptiste Amann. Il présente le deuxième spectacle de sa trilogie intitulée Des territoires, une nouvelle parenthèse contenant toute la colère d'une fratrie coincée entre désir de fuir et réalité d'un quotidien, d'un monde, d'un héritage, qui la retient.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 28,50 €,21 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Des Territoires (… D’une prison l’autre…)

De

Baptiste Amann

Mise en scène

Baptiste Amann

Avec

Solal Bouloudnine

,

Nailia Harzoune

,

Yohann Pisiou

,

Samuel Réhault

,

Anne-Sophie Sterck

,

Lyn Thibault

,

Olivier Veillon

  • Soulèvements

Quel type de révolution connaîtra le XXIè siècle ? s'inquiète Baptiste Amann. Auteur et metteur en scène invité pour la première fois au Théâtre de la Bastille, il présente le deuxième spectacle de sa trilogie intitulée Des territoires. Après (Nous sifflerons La Marseillaise), voici un nouveau sous-titre (...D'une prison l'autre...), une nouvelle parenthèse contenant toute la colère d'une fratrie coincée entre désir de fuir et réalité d'un quotidien, d'un monde, d'un héritage, qui la retient.

Lyn, Hafiz, Benjamin et Samuel sont réunis dans la maison de leurs parents morts. Passé le déni traumatique (sujet du premier volet), ils reviennent de l'enterrement et découvrent chez eux Lahcen et Moussa venus les prévenir qu'une violente émeute gronde dans le quartier. Contraints au confinement par la Mairie, les voici enfermés ensemble, à la fois protégés du monde et prisonniers du deuil et de la difficile relation à l'autre. Une certaine Louise Michel, militante activiste luttant contre le projet d'extension du centre commercial est également avec eux...

Indices d'un anachronisme qui traverse la pièce en parallèle, Louise Michel et les cris de l'émeute au-dehors font résonner l'écho de l'insurrection de la Commune (1871). Ce bref mais important soulèvement émanait de la volonté de changer le monde. Les six personnages vont alors glisser, d'une révolte à l'autre, et devenir les figures réelles et fantasmées de Théophile Ferré, Gustave Courbet, Élisabeth Dmitrieff, Élisée Reclus, Marie Ferré et Louise Michel.

Héritant de cette question non résolue du déterminisme social, Baptiste Amann choisit un territoire qu'il connaît bien, une cité peu radieuse, un pavillon témoin dans une résidence HLM et une famille banale, pour écrire une chronique sociale et politique actuelle. S'y croisent, sur un ton féroce et quotidien, des enjeux contemporains : démocratie, crise identitaire, racisme, solidarité...

Entouré de six admirables comédiens et complices rencontrés pour la plupart à l’École régionale d'acteurs de Cannes, l'auteur compose sur mesure des personnages bruts et sensibles. Alors qu'ils débattent de sujets qui les dépassent, on les découvre portant chacun un rapport à l'enfermement et la possibilité d'en sortir. En contrepoint de la violence du verbe et des situations, Baptiste Amann propose un espace sonore et visuel ouvert, dans lequel la poésie, le rêve et l'humour pourront doucement s'inviter...

Elsa Kedadouche

  • Note d'intention

Les trois volets de la trilogie intitulés respectivement « Nous sifflerons La Marseillaise », « ...D’une prison l’autre... » et « ...Et tout sera pardonné » sont tous trois sous tendus par le mouvement du deuil que l’on pourrait schématiser ainsi : « Déni », « Colère » et « Réconciliation »

Après un premier volet qui décrivait la fuite en avant de personnages en apnée, incapables de mesurer le traumatisme subi (la mort des parents), cherchant par tous lesmoyens à éviter le sujet, cette deuxième pièce est donc une pièce de colère.

Ce n’est pas pour autant que je vais chercher à mettre en scène une forme de chaos, à grand renfort de hurlements, de crises de nerfs, et d’explosions. Ce qui m’intéresse ici, c’est d’engager une mise en perspective des différentes valeurs de la notion d’enfermement, et d’observer à chaque fois comment l’influence de la colère peut y être vécue comme une malédiction ou au contraire, comme un principe rédempteur.

Si cette notion d’enfermement me paraît importante à traiter, c’est que notre époque semble opérer un grand écart impossible entre, d’une part, une aspiration mondialiste, reposant sur la transaction de flux financiers abstraits, l’émergence toujours grandissante de la réalité virtuelle, la globalisation des outils de communication et d’information dématérialisés, et de l’autre côté, l’expression d’un repli sur soi identitaire, politique et économique. L’opposition entre souverainisme et internationalisme a changé. La guerre froide est une histoire ancienne. Les « empires » continuent pourtant leurs entreprises de conquête idéologique (démocraties libérales vs états religieux ou dogmatiques) mais à l’intérieur, à une échelle réduite, d’autres cherchent non plus à conquérir, mais à « protéger ». La Grande-Bretagne est sortie de l’Union Européenne, des murs se dressent à nouveau en Europe de l’est, le populisme et le néo-fascisme sont les grands gagnants d’une Europe coincée entre les États-Unis et le Moyen-Orient.

Cette « réaction » ne contient pas que des valeurs délétères, nous pourrions parler également des aspirations décroissantes de sociétés qui cherchent à infléchir la course à la consommation, au progrès, dans laquelle s’est jeté le monde contemporain. Ou encore l’enjeu écologique qui voit se multiplier les micro-initiatives du réseau alternatif qui tentent de court-circuiter la logique de la macro-économie. Toujours est-il que nous retrouvons ici notre opposition entre ouverture et repli.

Ce sentiment d’être coincé dans un étau, en Europe, mais aussi en France, soulève des débats corrosifs sur les notions d’identité, d’héritage historique, de valeurs fondamentales, qui sont au cœur de ce projet de trilogie. Évidemment, ce qui vient d’être formulé ci-dessus n’est absolument pas une thèse indéniable, sûre d’elle et péremptoire. Elle n’est que l’impression subjective de mon rapport au monde. Aussi, la fiction est essentielle ici, pour rester à la mesure de mes personnages qui, comme moi, sont aux prises avec des sujets qui les dépassent.

Baptiste Amann

Avis du public : Des Territoires (… D’une prison l’autre…)

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment