Des Souris et des Hommes

Théâtre 14 , Paris

Du 13 novembre au 31 décembre 2012

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Une très belle adaptation théâtrale du chef d’œuvre de Steinbeck, pièce forte et mythique sur l'amitié et la différence, située en Californie pendant la grande dépression des années 30. Dernières !
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 31 décembre 2012

 

Photos & vidéos

Des Souris et des Hommes

De

John Steinbeck

Mise en scène

Jean-Philippe Evariste

,

Philippe Ivancic

Avec

Jacques Bouanich

,

Dounia Coesens

,

Emmanuel Dabbous

,

Henri Deus

,

Jean-Philippe Evariste

,

Jean Hache

,

Pascal Ivancic

,

Philippe Ivancic

,

Hervé Jacobi

,

Emmanuel Lemire

,

Agnès Ramy

,

Augustin Ruhabura

Présentation
Note de mise en scène
Différentes adaptations
La presse

John Steinbeck pose le décor réaliste de son drame pendant la grande dépression des années trente aux Etats-Unis. Il y met en scène des personnages empreints de solitude et de dureté, avides de rêve et d’espoir.

Deux hommes liés d’amitié, George et Lennie, parcourent les grands espaces californiens à la recherche de travail dans les ranches. Ils entretiennent un même rêve : acquérir le pécule qui leur permettra d’acheter une petite ferme, synonyme de liberté et de paix. George, petit, vif et réfléchi, apparaît comme le protecteur de Lennie l’infantile et doux colosse aux mains dévastatrices. Leur amitié, leur différence et leur complémentarité surprennent ceux qu’ils croisent en chemin.

Lennie aime tout ce qui est doux et sans le vouloir finit par abîmer tout ce qu’il touche : les souris, les lapins, les chiots… Sa simplicité d’esprit leur attire souvent des histoires qui les obligent à fuir et à différer sans cesse la réalisation de leur rêve. Mais leur amitié leur permet de surmonter les événements jusqu’au moment où Lennie tue involontairement une femme. Une chasse à l’homme s’organise et pour lui éviter le lynchage, George décide alors de sacrifier lui-même son seul ami et, par ce geste, renonce à leur rêve commun.

« Et quand, sur la berge sablonneuse de la Salinas dormante, se défait par un sacrifice atroce et magnifique, l’aventure de Lennie (…), une admiration profonde et stupéfaite se lève pour l’auteur qui, en si peu de pages, avec des mots si simples et sans rien expliquer, a fait vivre si loin, si profondément et si fort. » Joseph Kessel.

Adaptation marcel Duhamel.

Haut de page

Créer l’œuvre au plus près de l’auteur.

C’est parce que John Steinbeck a vécu près de ces hommes et comme ces hommes qu’il a su si bien les peindre, en faire jaillir toute la vérité, toute l’humanité si complexe et si cruelle.

Des Souris et des Hommes est avant tout une histoire d’amitié et de différence aux thèmes intemporels et universels. L’auteur peint une humanité violente et vaincue, murée dans un quotidien auquel elle n’échappe qu’en rêvant au bonheur. Ce monde d’isolement est traversé par le sillage lumineux de l’amitié inconditionnelle de George et Lennie. Elle rassemble autour d’eux l’espoir avant de s’accomplir dans le drame du sacrifice et du renoncement.

Pour incarner cette humanité tour à tour forte et fragile, il faut mettre en scène des hommes seuls, des hommes qui se parlent et demeurent seuls, des groupes d’hommes qui croient se parler, des obsessions inavouées, des rêves tellement enfouis qu’ils en deviennent pathologiques. Cette humanité que nous allons puiser au plus profond de chacun des dix comédiens est le fondement de notre mise en scène. Les déplacements, les costumes, le décor, la lumière sont au service de chaque parole et de chaque instant d’émotion. Notre seule ambition est de créer l’œuvre au plus près de ce qu’elle raconte, au plus près des situations et du message émotionnel.

Un décor, simple et unique. Le plateau représente les grands espaces, l’Amérique sauvage. Au centre du plateau, deux panneaux faits de lattes de bois suggèrent non seulement le baraquement des hommes, l’enfermement où la confrontation devient plus cruelle et plus dense, mais aussi les limites du rêve et l’espoir… En effet, l’irrégularité des lattes de bois laisse pénétrer à l’intérieur la lumière extérieure et nous rappelle qu’il y a un ailleurs et qu’il ne s’agit là que d’une étape nécessaire avant de trouver la voie de la liberté. Entre ces deux panneaux, une table en bois contenant des accessoires quotidiens revêt une fonction différente dans chacun des tableaux.

La lumière, partenaire capital des acteurs crée à la fois les grands espaces chauds californiens et l’intérieur parfois austère, parfois chaleureux des différents lieux de la ferme suivant l’heure du jour et de la nuit. Elle construit pour le public ce qui lui manque d’espace compréhensible : cacher un homme dans les roseaux, c’est le faire passer de la lumière à l’ombre…

Les costumes sont beaux, harmonieux et réalistes. Ils ciblent l’état et la fonction de chaque personnage. Une femme qui rêve porte une robe de rêve, inacceptable pour un monde qui ne rêve plus. Les travailleurs des champs portent sur eux les traces de l’effort.

La musique, comme des guillemets, accompagne le spectateur au début et à la fin de l’histoire. La parole et le silence font le reste.

La mise en dialogue de l’œuvre est magnifique. Elle repose souvent sur des échanges qui ressemblent plus à des monologues croisés qu’à de vrais moments de communication. La grande force de l’adaptation c’est le concret. Le portrait, le langage des hommes sont si réalistes, l’accent, le vocabulaire et les expressions sont si colorés qu’il n’y a plus qu’à laisser jouer les acteurs. C’est ce que nous allons nous employer à faire, avec la complicité d’Anne Bourgeois, qui viendra nous enrichir de son expérience, de sa sensibilité de femme et d’une dramaturgie propre à son parcours.

Monter Des Souris et des Hommes, c’est faire le pari de l’émotion, de la poésie, de l’amitié…

Haut de page

L’adaptation scénique réalisée par Steinbeck lui-même est créée pour la première fois à Broadway le 23 novembre 1937, et remporte, outre le prix de la critique, un franc succès pendant plus de 200 représentations.

En France, la pièce est jouée avec succès tout d’abord en 1945 au Théâtre Hébertot, dans une mise en scène de Paul Oetlly avec Robert Hébert et André Valmy, puis en 1975 au Théâtre de Paris, dans une mise en scène de Robert Hossein avec Claude Brosset, Candice Patou et Robert Hossein lui-même.

Une première adaptation cinématographique est réalisée en 1941 par Lewis Milestone avec Burgess Meredith et Lon Chaney Jr. Puis en 1992, c’est Gary Sinise qui réalise le film et incarne George aux côtés de John Malkovitch dans le rôle de Lennie.

Haut de page

  • La presse

 " Un régal ! Excellent spectacle ! L'interprétation est fabuleuse " Pariscope

 " Une soirée formidable avec des comédiens époustouflants " France Inter

 " Standing ovation. Des acteurs excellents " Ouest France

 " Le spectacle est majestueux " Le Figaro

 " Poignant. Un jeu d'acteurs à couper le souffle " La Nouvelle République

Haut de page

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Des Souris et des Hommes

43 Notes

65 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(30)

Très bon


(9)

Bon


(1)

Pas mal


(3)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Dorothée L. (5 avis) 08 octobre 2015

Poignant Merci de nous faire entendre ici la voix de John Steinbeck qui a tant à dire sur l'amitié, la fidélité, la joie de vivre, la violence, l'espoir, la solitude, l'injustice, les choix, la liberté...
2
0
1
2
3
4
5
Par

Jean B. (3 avis) 28 février 2015

Des souris et des hommes Une très belle et authentique interprétation de l'ouvrage de Steinbeck. Les acteurs sont saisissants de réalisme ; on est très vite plongé dans l'atmosphère émouvante de la pièce. A voir absolument !
2
0
1
2
3
4
5
Par

Claude Philippe R. (1 avis) 15 février 2015

Spectacle de très grande qualité Très belle soirée avec Steinbeck et cette troupe talentueuse. On est souvent scotché à son fauteuil par ces comédiens sui composent et recomposent ce chef d'oeuvre de Steinbeck. Courez sans la moindre hésitation au Palais Royal, si vous aimez le théâtre vous allez adorer
2
0
1
2
3
4
5
Par

Alain C. (38 avis) 25 octobre 2015

Mortelles Caresses ! Ce spectacle " Des Souris et des Hommes" est chez lui maintenant au Palais Royal et charme toujours tant par la force et l'intelligence du texte que par le jeu fabuleux des acteurs . Si vous allez voir cette pièce , la magie opérera forcément et vous conduira dans cette Amérique rurale où rode une violence constante,pourtant mêlée de rêve...et vous le vivrez ! J'ai vu plusieurs fois ce spectacle , toujours avec la même émotion et le même enthousiasme .......
1
0
1
2
3
4
5
Par

Napoline F. (1 avis) 10 octobre 2015

Exceptionnel Un trés bon moment des acteurs sur le vif, écorchés, vrais, une pièce bien ficelée ni trop ni pas assez. On aurait envie de rester plus longtemps avec ces personnages si prenants. Bravo et bravo à la jeune actrice de plus belle la vie qui tire son epingle du jeu et signe là je crois une belle prestation de grande comédienne au théâtre. A voir.
1
0
1
2
3
4
5
Par

DANY09 (29 avis) 23 mars 2015

Excellent Un très beau spectacle. Une interprétation remarquable ,une mise en scène simple mais réussie. De l'émotion mais aussi du rire. Un bon moment dans cette belle salle du Palais Royal .Allez-y !
1
0
1
2
3
4
5
Par

Renata S. (31 avis) 14 mars 2015

Des souris et des hommes Magnifique,l'es acteurs,la mise en scene,le public a beaucoup aimé,et moi aussi,merci
1
0
1
2
3
4
5
Par

CLAUDINE L. (1 avis) 10 mars 2015

claudine l'aveyronnaise Magnifiquement mis en scène et interprété; l'ambiance bien rendue. J'ai pleuré...
1
0
Par

Mohamed G. (2 avis) 28 août 2015

(Y)
1
2
3
4
5
Par

Stéphanie W. (2 avis) 08 mars 2015

Conforme à l'oeuvre écrite On retrouve tout à fait l'ambiance et l'esprit du roman de Steinbeck grâce aux acteurs dont le jeu est admirable.
1
0
1
2
3
4
5
Par

Joseph B. (1 avis) 07 mars 2015

des souris et des hommes excellents comédiens mettant en valeur l'oeuvre très forte de steinbeck
1
0
+ d'avis

Spectacles consultés récemment