Dans le Frigo

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre de la Tempête , Paris

Du 13 septembre au 20 octobre 2019
Durée : Variable selon les jours

CONTEMPORAIN

Pour ses cinquante ans L. a reçu de sa mère un cadeau : c'est un frigo. Alors commence la transe. Qu'y a-t-il dans ce frigo, dans nos frigos ? Et si le temps d'une soirée le théâtre dépassait les bornes ?
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 11 €

Prix tous frais inclus


Promotions
Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Dans le Frigo

De

 Copi

Mise en scène

Clément Poirée

Avec

Bruno Blairet

,

Eddie Chignara

,

Louise Grinberg

,

Anne-Lise Heimburger

,

Pierre Lefevre-Adrien

,

Mathieu Marie

,

Laurent Menoret

,

Céline Milliat-Baumgartner

  • Entrouvrir la porte vers l'inconnu

Pour ses cinquante ans L. a reçu de sa mère un cadeau : c'est un frigo. Devant cet objet indéchiffrable, froid comme la mort, L. est seul. Alors commence la transe. L. incarne toute une galerie extravagante de figures. Son imaginaire monstre prend le pouvoir et prolifère. « Le Frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens » dit Copi. Qu'y a-t-il dans ce frigo, dans nos frigos ? Et si le temps d'une soirée le théâtre dépassait les bornes ? Et si on entrouvrait la porte vers l'inconnu ?

  • Calendrier

Les mardis et jeudis à 20h : Dans le frigo de Copi suivi de Macbeth de Shakespeare (durée totale : 2h25)
Les mercredis et vendredis à 20h : Dans le frigo de Copi suivi des Bonnes de Genet (durée totale : 2h25)
Les samedis à 19h30 et les dimanches à 15h30 : Intégrale (durée totale : 4h + entracte)

  • Note d'intention

Tout commence par la solitude. Un homme seul et nu sur son vieux canapé, L., fait face à un frigo, comme une allégorie encore indéchiffrable. On sent simplement la mort qui rôde. On apprendra vite qu’il s’agit du cadeau que lui a fait sa mère pour ses 50 ans. Qu’y a-t-il dans ce frigo ? L. hante son appartement de vieux garçon, comme un ogre son antre. Nous sommes dans une grande pièce défraichie, le cendrier dégorge de vieux mégots, des cadavres de bouteilles jonchent ça et là la moquette élimée qui fût élégante un jour. Les murs sont tapis-sés de grandes penderies... C’est une première vision, inquiétante, sombre : le vieillissement avec pour seul interlocuteur une grande boîte froide.

Le téléphone sonne, alors commence la transe : L. incarne successivement une ancienne star du mannequinat à la retraite, Goliatha sa bonne menaçante, une gitane, un détective, madame Freud, sa mère, un rat... Il passe d’un costume à l’autre à une vitesse affolante. Son imaginaire prend le pouvoir, la vie, les obsessions, les fantasmes éclatent et se répandent dans la pièce. Ce L. est un monstrueux Homme-Théâtre qui orchestre, en même temps qu’il l’incarne, la représentation furieuse de sa propre vie. Il est possédé, multiple, à la fois homme et femme, créature hybride dialoguant avec lui-même. Quelle vigueur encore chez Copi. Au crépuscule de sa vie, quelle franchise et quelle élégance ! Dans cette pièce brève, il se livre en même temps qu’à une mise en abîme de son histoire intérieure, à celle du théâtre et de son pouvoir.

Le plateau est ce lieu où l’on retourne le gant de nos consciences ; on y observe l’intérieur à l’extérieur. La scène se fait écrin d’une cérémonie païenne, inquiétante et jubilatoire. Le théâtre a surgi du néant et l’imaginaire prolifère sans bornes. Où cela va-t-il finir ? Est-ce que cela peut, est-ce que cela doit finir ? La boîte de Pandore est grande ouverte et pourtant, jusqu’à la fin, la porte de ce mystérieux frigo, elle, reste close. Après une telle folie dionysiaque, on se prend à rêver : et si la porte s’ouvrait ?

Depuis longtemps je voulais travailler autour de la figure du monstre pour ce qu’il a d’effrayant mais aussi de merveilleux. Le désir s’est renforcé avec le besoin de sortir d’un certain formatage du langage, de la pensée et de nos scènes.

Ce spectacle est pour moi l’occasion de questionner la représentation et de lui redonner son caractère imprévisible et dangereux. Le spectateur pourra se confronter à l’inattendu. On sait comment ça commence, nous venons voir Le Frigo de Copi, mais, pour une fois, on ne sait pas jusqu’où, et vers où, cela peut aller. Dans le Frigo sera un seul en scène à huit acteurs. Un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux.

Clément Poirée

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Dans le Frigo

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment